Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

"IBK" en pole position avant le second tour de la présidentielle au Mali

Une Malienne vote dans un bureau à Bamako, au Mali, le 29 juillet 2018.

Le Mali, toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d'interventions militaires internationales, retourne aux urnes dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle avec un chef d'Etat sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, en position de force face à un candidat de l'opposition isolé mais convaincu d'encore pouvoir l'emporter.


Le vainqueur, qui entrera en fonction début septembre, aura la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 par le gouvernement et l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards.

L'accord avait été signé après l'intervention de l'armée française qui, en 2013, avait repris le contrôle du nord du Mali, où les jihadistes avaient instauré la charia pendant un an.

Cheick Modibo Diarra pense que les candidats au second tour ne représentent pas un "changement" au Mali
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

>> Lire aussi : Le match Keïta-Cissé aura bien lieu, les recours de l'opposition rejetés

Au chevet de cet immense pays du Sahel, la communauté internationale s'impatiente et espère que le prochain président saura enrayer la propagation des violences islamistes, qui se sont étendues du nord vers le centre et le sud du Mali, et le Burkina Faso et Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits ethniques ayant encore fait plus de 10 morts cette semaine.

Avec l'opération "Barkhane", la France a déployé au Mali et dans trois autres pays du Sahel sa plus importante mission militaire à l'étranger, avec 4.500 hommes. Les Nations unies disposent quant à elles dans le pays de leur plus important contingent de soldats de la paix, avec 14.000 Casques bleus. S'y ajoutent des membres de la force antijihadiste du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad).

Le chef de l'opposition malienne appelle à l'unité avant le 2e tour (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Pendant un entre-deux tours au climat pesant, l'opposition a accusé le pouvoir d'avoir profité de l'insécurité dans le Nord et le Centre pour manipuler le vote au premier tour, le 29 juillet.

"Pour diverses raisons", près de 250.000 électeurs n'ont pas été en mesure de voter dans ces deux régions, a reconnu le gouvernement. Mais les accusations de fraudes, notamment de "bourrages d'urnes", ont été balayées par la Cour constitutionnelle, qui a officiellement crédité M. Keïta de 41,70% des suffrages, contre 17,78% pour Soumaïla Cissé.

La mission d'observation de l'Union européenne a réclamé davantage de "transparence", ainsi que la garantie que tous les électeurs auront accès dimanche aux bureaux de vote. Ce qui a valu un rare rappel à l'ordre de la diplomatie malienne, qui a demandé à l'UE de ne pas "entraver le processus électoral".


Dans ce qui s'apparente à la revanche de 2013, M. Keïta, dit "IBK", qui brigue à 73 ans un second mandat, sera donc une nouvelle fois défié par Soumaïla Cissé, un ancien ministre des Finances de 68 ans.

"Il ne faut jamais préempter une élection" mais "nous pouvons y aller avec confiance et sérénité", a déclaré M. Keïta vendredi sur la radio RFI.

Convaincu d'être "sur orbite", le chef de l'Etat promet de "consolider les acquis, amplifier les réussites et corriger les manques" au cours des cinq prochaines années.

Outre la propagation des violences, le pays, célébré pour son rayonnement culturel avec ses cités légendaire comme Tombouctou et ses musiciens de renommée mondiale, s'est appauvri. Le revenu par habitant a reculé depuis 2014, selon la Banque mondiale, et quelque 47% des 18 millions de Maliens vivent sous le seuil de pauvreté, même si le Mali est redevenu en 2017-18 le premier producteur de coton africain et qu'il enregistre un taux de croissance supérieur à 5% depuis plusieurs années.

Soumaïla Cissé semble pour sa part à la peine, mais il n'a pas renoncé. Alors qu'il avait réussi à rassembler la plupart des opposants pour dénoncer le "hold-up électoral" du premier tour, ce "front démocratique" ne s'est pas mué en soutien à sa candidature.

De manière significative, les candidats arrivés aux 3e et 4e places, Aliou Diallo et Cheick Modibo Diarra (15% à eux deux) ont refusé de donner des consignes de vote.

"Je suis convaincu de pouvoir renverser la tendance", a-t-il toutefois dit à RFI, affirmant ne pas s'inquiéter de son retard car "ce sont des points de fraude".

Pour l'analyste politique Souleymane Drabo, "la question est de savoir s'il y aura un plébiscite pour IBK, comme en 2013", où il l'avait emporté avec plus de 77%. Il estime que les autres opposants ont déjà acté sa victoire et tourné leurs regards vers la prochaine échéance, les législatives prévues en novembre.

Avec AFP

Toutes les actualités

Attaques Boko-Haram : lourd bilan pour les civils à Diffa

Attaques Boko-Haram : lourd bilan pour les civils à Diffa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

L'ex-président Jammeh accusé d'agressions sexuelles par trois femmes en Gambie

L'ex-président Yahya Jammeh, au centre, en train d'aller en exil à l'aéroport de Banjul, Gambie, 27 janvier 2017.

L'ancien président Yahya Jammeh est accusé par trois Gambiennes de les avoir contraint à des relations sexuelles en usant de pressions morales, financières ou physiques lorsqu'il dirigeait ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, selon un rapport de Human Rights Watch présenté mercredi au Sénégal.

"Yahya Jammeh a traité les femmes gambiennes comme ses choses", a expliqué à Dakar le célèbre avocat américain de Human Rights Watch, Reed Brody. "Le viol et l'agression sexuelle sont des crimes, Jammeh n'est pas au-dessus des loi".

Yahya Jammeh a dirigé d'une main de fer ce petit pays enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade atlantique, de 1994 à son départ pour la Guinée équatoriale le 21 janvier 2017, sous la pression d'une force régionale.

Les défenseurs des droits humains accusent son régime d'actes systématiques de torture contre des opposants et des journalistes, d'exécutions extra-judiciaires, de détentions arbitraires et de disparitions forcées. Il est en outre soupçonné d'avoir détourné plusieurs centaines de millions de dollars.

L'ex-président gambien et ses collaborateurs ont "recouru à la coercition, à la tromperie et à la violence" pour obtenir des faveurs sexuelles, "ainsi qu'à des représailles lorsque les femmes refusaient ses avances", accuse l'enquête, menée avec l'ONG suisse TRIAL International.

En décembre 2014, Fatou Jallow, dite "Toufah", alors étudiante en art dramatique de 18 ans, a été élue "reine de beauté" lors d'un concours retransmis en direct à la télévision d'Etat.

Dans les six mois qui ont suivi, le chef de l'Etat l'a invitée plusieurs fois au palais présidentiel, couverte de cadeaux, puis lui a demandé de l'épouser, ce qu'elle a refusé, selon le récit de la jeune femme, qui a choisi de témoigner à visage découvert depuis le Sénégal, où elle a trouvé refuge.

En juin 2015, Yahya Jammeh l'a enfermée dans une pièce de son palais, menacée de mort et lui a injecté une substance au moyen d'une seringue, avant de l'immobiliser et de la violer, a-t-elle expliqué.

Selon plusieurs témoignages rapportés par les deux ONG, Yahya Jammeh s'est aussi entouré de "protocol girls" - des jeunes femmes qu'il recrutait personnellement comme assistantes, avec l'aide d'une cousine, Jimbee Jammeh, chargée de les mettre en confiance - avant de les harceler sexuellement.

L'une d'entre-elles, désignée par le pseudonyme "Anta", a expliqué que le président l'avait menacée de lui couper les vivres si elle se refusait à lui. Une autre, "Bintu", affirme que Yahya Jammeh lui a proposé une bourse d'études aux Etats-Unis avant de se rétracter devant son refus de relations sexuelles.

Une quatrième femme, Fatoumatta Sandeng, chanteuse connue en 2015, affirme avoir été forcée à se rendre dans le village du président, sans doute, estime-t-elle, pour la "piéger". Empêchée de quitter son hôtel pendant trois jours, elle avait finalement été autorisée à partir sans avoir eu de contact avec Yahya Jammeh.

Fille de l'opposant Solo Sandeng, dont la mort en détention en avril 2016 avait galvanisé l'opposition à Yahya Jammeh, Fatoumatta Sandeng dirige à présent une campagne internationale pour traduire l'ex-président et ses principaux collaborateurs en justice.

La Commission vérité et réconciliation (TRRC), qui enquête sur les crimes présumés du régime Jammeh, a entamé début juin sa 5e session d'auditions. Elle prévoit d'organiser des séances consacrées aux violences sexuelles dans les prochains mois.

Interrogé début 2018 sur une éventuelle demande d'extradition de Yahya Jammeh, son successeur Adama Barrow, qui l'avait battu à la présidentielle de décembre 2016, a indiqué qu'il attendrait la fin des travaux de la TRRC pour se prononcer.

"Ces femmes ont un courage immense et ont brisé la culture du silence. Il est important que la Commission vérité et réconciliation et le gouvernement leur offrent la possibilité d'obtenir réparation et justice", a déclaré Marion Volkmann-Brandau, principale enquêteuse ayant travaillé sur ce projet pour Human Rights Watch et TRIAL.

Premières épreuves du baccalauréat

Premières épreuves du baccalauréat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

L'ONU promet son soutien dans l'exécution du mandat d'arrêt d'un chef de guerre congolais

Le juge président de la CPI, Robert Fremr, dans la salle d'audience de la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye, aux Pays-Bas, le 28 août 2018.

Les Nations unies ont promis mercredi leur soutien à l'exécution d'un mandat d'arrêt émis par la justice militaire congolaise à l'encontre d'un chef de guerre accusé d'atteintes aux droits de l'Homme et de violences sexuelles dans l'est de la République démocratique du Congo.

L'auditorat militaire a lancé le 7 juin un mandat d'arrêt contre Guidon Shimiray Mwissa pour "participation à un mouvement insurrectionnel", "crime de guerre par recrutement d’enfants", et "crime contre l’humanité par viol", selon une information mercredi de Radio France internationale (RFI).

Déjà sous sanctions de l’ONU, des Etats-Unis et de la France qui ont gelé ses avoirs en 2018, le chef de guerre est à la tête depuis 2015 d’une coalition de groupes armés dans la province du Nord-Kivu.

Ce groupe baptisé NDC-R mène des offensives contre divers groupes armés hutus.

Le chef de guerre est aussi accusé de se "substituer aux autorités locales" et de se livrer avec ses hommes "à des exactions graves sur les populations civiles", d'après le mandat d'arrêt consulté et authentifié par RFI.

"Nous allons accompagner la justice militaire congolaise pour pouvoir exécuter ce mandat", a précisé la porte-parole de la Monusco Florence Marchal lors de son point-presse hebdomadaire.

"Depuis le début de l'année, près de 300 allégations de violences sexuelles liées au conflit ont été rapportés dans le territoire de Masisi (un des territoires du Nord-Kivu). Le bureau conjoint des droits de l'Homme a vérifié 111 cas entre janvier et avril dernier, dont la moitié sont imputables au NDC-R", a ajouté la porte-parole.

La Monusco a qualifié le mandat d'arrêt de "développement positif pour la sécurisation de la province et la lutte contre l'impunité".

Des dizaines de milliers de personnes honorent les responsables assassinés en Ethiopie

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, au centre, assiste à une cérémonie officielle en l'honneur du chef de l'armée assassinée, le général Seare Mekonnen, au Millennium Hall de la capitale Addis-Abeba en Éthiopie, le 25 juin 2019.

Les hauts responsables éthiopiens assassinés samedi dans deux attaques en Ethiopie, dont le chef d'état-major de l'armée nationale et le président d'une région du nord-ouest, ont été honorés dans leurs régions natales mercredi par des dizaines de milliers de personnes.

Les assassinats de ces cinq hauts responsables, qui s'inscrivent dans le cadre de la crise politico-ethnique que traverse le pays et qui a déjà fait plus de deux millions de déplacés, ont plongé l'Ethiopie dans l'émoi.

Les autorités ont qualifié ces événements de "tentative de coup d'Etat" contre le gouvernement de la région Amhara (nord-ouest), une des neuf régions du pays dessinées sur les bases d'un fédéralisme ethnique. Cette théorie est toutefois mise en doute par de nombreux observateurs.

A Bahir Dar, où le président de la région Amhara Ambachew Mekonnen, un de ses conseillers et le procureur général de cette région ont été tués samedi par un "commando armé", des dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées mercredi dans le stade de la ville, drapés pour la plupart dans des tissus traditionnels blancs.

"Nous nous souviendrons pendant des générations de ceux qui sont tombés, pour leur contribution à la région et au pays", a déclaré le vice-Premier ministre éthiopien Demeke Mekonnen, lui-même issu de l'ethnie Amhara. "Nous découvrirons les mobiles et les intérêts de ceux qui ont commis cette acte barbare".

M. Demeke a ensuite déposé des fleurs devant les cercueils des trois hommes, tués selon les autorités par un "commando armé" obéissant au chef de la sécurité de la région Amhara, Asaminew Tsige, un ethno-nationaliste qui se serait trouvé sur la sellette notamment pour avoir ouvertement entrepris de former des milices ethniques. Asaminew Tsige a été tué lundi par la police.

Une fois terminée la cérémonie dans le stade, les trois cercueils doivent être emmenés vers une église orthodoxe pour un office religieux.

A plusieurs centaines de kilomètres de là, à Mekele (nord), des milliers de personnes s'étaient rassemblées pour honorer le chef d'état-major de l'armée nationale, tué samedi par son garde du corps à son domicile d'Addis Abeba alors qu'il menait l'opération de réponse à l'attaque de Bahir Dar. Hommage était également rendu à un général à la retraite qui lui rendait visite et qui a également été tué.

Les deux généraux avaient déjà été honorés mardi lors d'une cérémonie à Addis Abeba lors de laquelle le Premier ministre réformateur Abiy Ahmed avait ouvertement pleuré. Leurs cercueils avaient ensuite été transportés vers Mekele, dans leur région natale du Tigré. Ils doivent être inhumés mercredi.

Les autorités accusent Asaminew Tsige d'être responsable des deux attaques.

Abiy Ahmed s'est efforcé depuis son entrée en fonction en avril 2018 de démocratiser le pays, légalisant des groupes dissidents et améliorant la liberté de la presse. Cet assouplissement a également permis une expression plus libre des tensions intercommunautaires et nationalismes ethniques.

Voir plus

XS
SM
MD
LG