Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

La mort d'un collégien de 11 ans dans des circonstances troubles agite le Nigeria

Un camion de police est stationné devant la porte des quartiers du personnel de l'Université d'Abuja où des hommes armés inconnus ont enlevé deux professeurs d'université, des conférenciers et des membres de leur famille à Abuja, au Nigeria, le 2 novembre 2021.

L'enquête sur la mort d'un collégien de onze ans fait scandale au Nigeria, la famille affirmant que leur enfant scolarisé dans un pensionnat d'élite à Lagos a été empoisonné par cinq de ses camarades et dénonçant une tentative de dissimulation d'un homicide.

La mort le 30 novembre de Sylvester Oromoni a ému le pays le plus peuplé d'Afrique, et pris une tournure nationale après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une insoutenable vidéo montrant le garçon hurlant sur son lit d'hôpital, faisant réagir jusqu'à la présidence.

La famille affirme que leur enfant a été forcé par ses camarades à ingurgiter un liquide toxique, et que les responsables sont protégés. L'école affirme qu'il n'y a pas eu de dissimulation et qu'elle coopère avec les enquêteurs.

Les autorités locales ont fermé le pensionnat, où sont scolarisés des enfants de familles riches et influentes, jusqu'à nouvel ordre et le président Muhammadu Buhari a appelé dans un communiqué la police "à faire toute la lumière" sur la mort du garçon.

Cette affaire commence le 22 novembre, quand les responsables du Collège Dowen, à Lagos, appellent les parents de Sylvester et leur demandent de venir récupérer leur fils, blessé la veille à la cheville au cours d'un match de football, raconte à l'AFP sa famille.

Initialement, le garçon affirme s'être blessé lui-même mais alors que son état de santé se détériore sur la route le menant à Warri, sa ville natale dans le sud-est du Nigeria où il est finalement admis à l'hôpital, sa famille commence à douter.

Sylvester a été victime de harcèlement un mois plus tôt, battu par des camarades qui ont menacé "de le tuer", affirme à l'AFP son grand frère Keyness Oromoni.

"Je lui ai demandé: 'ça ne peut pas être que le football, qu'est ce qu'il t'es arrivé, dis-moi!' mais il n'a rien dit, il pleurait juste et avait l'air de tellement souffrir", poursuit le grand frère.

"Problème récurrent"

Le 29 novembre, un jour avant son décès, il soutient finalement que cinq garçons sont entrés dans sa chambre la nuit, le brutalisant et le forçant à boire un liquide chimique, toujours selon sa famille.

Dans un communiqué, les responsables du pensionnat affirment que la famille les a appelés le jour même pour les informer de ses accusations.

"Nous avons alors immédiatement lancé une enquête interne... Malheureusement, nous avions à peine avancé que la frénésie des réseaux sociaux a commencé", a déclaré la commission scolaire dans un communiqué, ajoutant qu'elle coopérait avec les autorités et qu'elle s'engageait à ce que justice soit faite.

Les cas de harcèlement scolaire entraînant la mort ne sont pas rares au Nigeria, et les auteurs de ces actes sont rarement traduits en justice.

La presse se fait souvent l'écho de cas d'élèves et d'étudiants qui engagent ou contraignent d'autres personnes à des pratiques violentes pour rejoindre des sectes, appelées localement "cultes".

"Si cet incident découle vraiment de l'intimidation ou du cultisme", a déclaré un porte-parole du président Buhari dans un communiqué, "il doit servir de déclencheur pour répondre de façon permanente à ce problème récurrent".

Dissimuler un crime ?

Le 7 décembre, cinq adolescents ainsi que trois surveillants ont finalement été arrêtés, mais ils ont tous été libérés sous caution quelques jours plus tard.

Les conclusions d'une autopsie conduite à Lagos affirme qu'il "n'y a aucune preuve pouvant établir un cas de torture, d'intimidations et d'ingurgitation forcée de substances toxiques", a affirmé la semaine passée le chef de la police locale, Hakeem Odumosu.

Mais les conclusions d'une autre autopsie conduite elle dans l'Etat du Delta, où le collégien est décédé, diffèrent.

Une copie de ce rapport d'autopsie, consultée par l'AFP, fait état de "flancs et dos meurtris" et décrit la cause du décès comme étant "une lésion pulmonaire aiguë" due à "une intoxication chimique dans un contexte de traumatisme contondant".

Contactés par l'AFP, les avocats représentant les cinq adolescents n'étaient pas joignables et l'école a refusé de répondre.

L'enquête a repris le 15 janvier, et la justice a demandé aux différentes parties de s'abstenir de faire de déclarations à la presse jusqu'à la fin de l'instruction.

Mais contactée la semaine passée, la famille du collégien, s'appuyant sur le rapport d'autopsie réalisé à Delta, a affirmé qu'il y a eu une tentative de couvrir un crime.

"Avec cinq familles qui se réunissent pour essayer de tuer l'affaire, avec l'école et le gouvernement empêtrés, il n'y a presque aucune chance pour nous de nous battre", déclare à l'AFP la soeur du collégien, Annabel Oromoni, jointe au téléphone au Canada où elle réside.

"Mon frère était en train de mourir parce que tout le monde a essayé de se couvrir", dénonce-t-elle en larmes.

L'enquête sur la mort de Sylvester n'est toutefois pas terminée, et le père du garçon dit lui garder espoir: "Je pense que nous allons y arriver, ce n'est pas la fin".

Toutes les actualités

Trois Italiens et un Togolais enlevés par des "hommes armés" au Mali

Une patrouille de l'armée malienne.

Trois Italiens et un ressortissant togolais ont été enlevés "par des hommes armés" jeudi dans la soirée dans le sud-est du Mali, a appris l'AFP auprès d'un élu local et d'une source sécuritaire malienne.

"Des hommes armés ont procédé jeudi dans la nuit à l'enlèvement de trois ressortissants italiens et d'un Togolais (...) Nous faisons tout pour obtenir leur libération", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne qui a requis l'anonymat, précisant que l'enlèvement a eu lieu dans la localité de Sincina (sud-est). "Ce sont des religieux. Nous faisons tout pour obtenir leur libération, et nous avons des contacts diplomatiques", a ajouté cette source.

De son côté, un élu local de la région de Koutiala, interrogé sous le couvert de l'anonymat, a déclaré que "des hommes armés à bord d'un véhicule ont enlevé (jeudis soir) trois ressortissants italiens et un Togolais à une dizaine de km de Koutiala". Selon cet élu, cet enlèvement concerne "deux Italiens et un enfant" et un ressortissant togolais, appartenant tous selon lui au mouvement religieux des Témoins de Jehovah.

L'ONU dit regretter le départ du Mali du G5 Sahel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Le Mali est le théâtre depuis 2012 d'attaques menées par des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, ainsi que de violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense et des bandits. Ces violences, parties du nord en 2012, se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires ainsi que des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaine.

Le Français Olivier Dubois, journaliste indépendant de 47 ans vivant et travaillant au Mali depuis 2015, a été enlevé au Mali il y a plus d'un an. Il avait lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021. Il y expliquait avoir été enlevé le 8 avril précédent à Gao (nord) par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim en arabe), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda et dirigée par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly.

Le 13 mars dernier, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, montrant un homme qui semble être le journaliste français et qui s'adresse à ses proches et au gouvernement français.

Saisie d'environ 1.500 kg d'ivoire à Lubumbashi

Saisie d'environ 1.500 kg d'ivoire à Lubumbashi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Homosexuel présumé agressé au Sénégal: un témoin raconte

Homosexuel présumé agressé au Sénégal: un témoin raconte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Au Sénégal, un témoin interrogé par l'AFP décrit une agression collective contre un homme supposé homosexuel dans un quartier de Dakar. Dans ce pays, les homosexuels se plaignent d'une montée des agressions et des propos homophobes ces dernières années.

Soupçonné de malversations, le contrôleur des finances du Nigeria suspendu

Soupçonné de malversations, le contrôleur des finances du Nigeria suspendu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Tuerie raciste de Buffalo: l'accusé a comparu devant un juge

Payton Gendron dans la salle d'audience pour une audience au tribunal du comté d'Erie, à Buffalo, le 19 mai 2022.

Le jeune suprémaciste blanc accusé d'avoir perpétré le 14 mai une tuerie raciste en assassinant dix personnes noires à Buffalo, dans le nord de l'Etat de New York, a comparu brièvement jeudi devant un tribunal qui a fixé au 9 juin une nouvelle audience de procédure.

Payton Gendron, 18 ans, est poursuivi depuis samedi pour "meurtre avec préméditation" - inculpation initiale pour laquelle il a plaidé "non coupable" - et il a comparu de nouveau dans la matinée devant un juge du tribunal de Buffalo pour une éventuelle inculpation de "crime raciste motivé par la haine" et d'acte de "terrorisme intérieur", comme l'en accusent les autorités policières et judiciaires.

Lors d'une audience publique et filmée de moins de cinq minutes, en présence dans la salle de familles des victimes, le jeune homme est apparu en combinaison orange de détenu, masqué, semblant entravé aux mains et aux pieds et escorté par nombre de policiers en tenue et en civil.

Il n'a pas dit un mot devant le juge Craig Hannah, dont la lecture d'un acte de procédure était quasiment inaudible.

En revanche, on entend, sur une vidéo de la télévision de Buffalo WGRZ, une voix crier "Payton, tu es un lâche".

Dans une ambiance lourde, le juge Hannah a reporté au 9 juin une nouvelle audience de procédure et le procureur du district d'Erié, à la frontière du Canada, John Flynn, a indiqué dans un communiqué que l'accusé "resterait détenu" sans possibilité de verser une caution.

Il a précisé qu'il ne ferait plus de commentaires avant les résultats d'une éventuelle "enquête d'un grand jury" et avant un possible procès.

Cette tuerie raciste samedi dans un supermarché Tops de Buffalo a fait dix morts et trois blessés, dont 11 sont des personnes noires. Elle a été méticuleusement préparée pendant des mois, comme le montrent des centaines de messages sur internet du tueur présumé.

Le jeune homme avait aussi effectué en mars un voyage de reconnaissance à Buffalo depuis son domicile 300 km plus au sud.

Dans ses messages et un manifeste raciste, suprémaciste et complotiste qui lui est attribué, Gendron avait ainsi écrit plusieurs mois avant le massacre qu'il voulait tuer des personnes noires et qu'il visait un quartier pauvre et isolé de Buffalo en raison de sa forte proportion d'Afro-Américains.

Il avait également préparé son attaque, minute par minute, prévoyant une tenue militaire, une caméra et la diffusion de son crime sur la plateforme Twitch.

Voir plus

XS
SM
MD
LG