Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La lutte contre les mutilations génitales féminines est menacée, estime l'ONU


Rassemblement autour d'un groupe d'adolescentes de la tribu Sebeï, en Ouganda, juste après leur excision à Bukwa, au Nord-Est de Kampala (archives 2008)
Rassemblement autour d'un groupe d'adolescentes de la tribu Sebeï, en Ouganda, juste après leur excision à Bukwa, au Nord-Est de Kampala (archives 2008)

La lutte contre les mutilations génitales féminines est menacée par la pratique consistant à envoyer les filles dans des pays ne l'interdisant pas, a alerté vendredi l'ONU, appelant la communauté internationale à réagir.

Bien que de nombreux Etats fassent plus d'efforts pour éradiquer les mutilations génitales féminines, elles se poursuivent à travers le monde, en partie en raison de la "nature clandestine" de ces déplacements transfrontaliers contournant les interdictions, indique le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme dans un communiqué.

Ce phénomène, difficile à chiffrer, touche notamment des filles vivant en Europe ou aux Etats-Unis, souvent pendant les vacances scolaires, mais d'autres régions sont concernées, selon un rapport du Haut-Commissariat envoyé vendredi aux médias.

Bien que les "mutilations génitales féminines transfrontalières" aient toujours existé, l'un des facteurs qui favorise désormais ces déplacements en Afrique est la différence de législation entre pays, explique le rapport, qui indique que la majorité des pays de ce continent les ont "spécifiquement criminalisées".

"Les mutilations génitales féminines s'inscrivent dans un continuum de violences fondées sur le genre et n'ont pas leur place dans un univers respectueux des droits humains"
, a déclaré le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, dans le communiqué.

La pratique de l'excision recule au Burkina
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:22 0:00

Il appelle les Etats à "veiller à adopter une approche globale concertée" pour s'attaquer aux causes et conséquence de cette pratique, "notamment en harmonisant leurs cadres juridiques et politiques (...) s'ils veulent vraiment respecter leurs engagements de mettre fin à cette pratique préjudiciable partout dans le monde".

Les filles sont dans certains cas emmenées dans des pays qui servent de "plaques tournantes transnationales de mutilations génitales féminines", dénonce l'ONU, sans préciser lesquels. M. Türk appelle également les pays à renforcer la collecte de données, même s'il souligne que la nature clandestine de ces déplacements les rend difficile à chiffrer. Les statistiques manquent particulièrement au Moyen-Orient et en Asie.

Selon le Fonds des Nations unies pour la population, plus de 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd'hui ont subi des mutilations génitales. En 2024, il est estimé que 4,3 millions de filles risquent d'en subir à leur tour. "Si la pratique se poursuit au rythme actuel, il est estimé que 68 millions de filles auront subi des mutilations génitales féminines entre 2015 et 2030", indique le Haut-Commissariat.

Selon le rapport, il y aurait dans l'Union européenne 600.000 femmes ayant subi des mutilations génitales féminines et 190.000 jeunes filles sont exposées à ce risque.

Gambie : L’assemblée examine un texte autorisant l'excision
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Forum

XS
SM
MD
LG