Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La justice américaine rétablit les avortements médicamenteux au Texas


Manifestation à Washington en faveur d’une adolescente de 17 ans enceinte détenue dans un établissement du Texas pour enfants immigrants non accompagnés. (AP Photo/J. Scott Applewhite)

Des défenseurs du droit à l'avortement ont retiré mardi un recours adressé à la Cour suprême des Etats-Unis pour empêcher le Texas d'interdire les IVG pendant la pandémie de coronavirus, après un rebondissement en justice.

Une cour fédérale d'appel a décidé lundi soir que les autorités de cet Etat conservateur ne pouvaient pas inclure les avortements médicamenteux dans la liste des "opérations non urgentes" interdites pendant la crise.

Efficaces pour interrompre une grossesse dans les premières semaines, ils consistent à prendre des pilules à environ 30 heures d'intervalle, et ne sont pas des "procédures chirurgicales", ont plaidé devant la justice les défenseurs du droit à l'avortement.

Or, les autorités du Texas, suivies par plusieurs autres Etats conservateurs, ont décidé d'interdire tous les avortements pour réserver les lits d'hôpitaux et les équipements de protection aux malades du Covid-19 et à leurs soignants.

Appliquer cette décision "aux avortements médicamenteux bien qu'ils ne soient apparemment pas concernés semble indiquer qu'il s'agit d'un prétexte et n'a pas de réel lien avec la crise sanitaire", a estimé le juge James Dennis d'une cour d'appel fédérale de La Nouvelle Orléans.

Suite à ce jugement, le cinquième dans ce dossier, les défenseurs du droit à l'avortement ont retiré mardi un recours adressé à la plus haute juridiction du pays devenu caduc, même si les avortements chirurgicaux restent en partie interdits au Texas.

D'autres tribunaux fédéraux ont empêché l'Alabama ou l'Oklahoma notamment de suspendre le droit des femmes à avorter pendant la crise sanitaire.

Cette bataille judiciaire est la dernière en date dans un pays qui reste très divisé près de 50 ans après la légalisation de l'avortement par la Cour suprême.

Si les Etats côtiers garantissent un accès relativement aisé aux IVG, les Etats plus religieux du sud et du centre ont multiplié les législations restrictives, poussant de nombreuses cliniques à fermer leurs portes.

XS
SM
MD
LG