Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

La dépigmentation des hommes, un phénomène fréquent au Sénégal

Scène de rue à Dakar le 19 décembre 2016.

La dépigmentation des hommes est un phénomène de plus en plus fréquent au Sénégal. Et si ceux qui le font avance des questions de bien-être, cela est globalement mal perçu.

Sophie Diop dans sa boutique devant ses produits cosmétiques, le 26 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Sophie Diop dans sa boutique devant ses produits cosmétiques, le 26 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)


Selon Sophie Diop, une vendeuse sénégalaise, "ce sont les hommes qui achètent le plus. Ils viennent tout le temps pour acheter ces produits. Ils le font pour suivre la mode", pense-t-elle.

La dépigmentation des hommes, un phénomène fréquent au Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00


Pour cet homme ayant requis l'anonymat, c'est avant tout une question de bien-être car chacun a le choix de faire ce qu'il veut. Il avoue utiliser "une gamme de produits", avant d'ajouter qu'il ne le fait pas pour se dépigmenter mais pour se sentir bien.

"C'est naturel, j'aime le faire et ça ne me dérange pas. J'ai le droit de prendre soin de mon corps, c'est pour cela que j'ai acheté une gamme de produits qui me va bien, rien de plus", tranche-t-il.

La pratique de la dépigmentation chez les hommes est très mal perçu par leurs pairs, qui jugent cela dévalorisant pour un homme. Pour Pape Matar Gueye, ceux qui le font sont souvent conditionnés par les tendances et l'envie de se faire voir.

"C'est devenu un phénomène à la mode et on voit de plus en plus d'hommes se dépigmenter. Peut-être qu'ils ont des problèmes de peau, mais moi, je ne cautionne pas ça, parce que je ne le tolère même pas pour les femmes", explique Matar.

Pape Matar affirme qu'il y a des hommes pour qui "tous les moyens sont bons pour se faire voir, la dépigmentation, les épilations et j’en passe". Pour terminer, il affirme qu'il y a beaucoup de choses que les hommes font maintenant alors que c'était "l'apanage des femmes".

La gent féminine est même de moins en moins enclin à pratiquer la dépigmentation. Certaines femmes jugent que les hommes qui s'y adonnent font un mélange de genre au moment où les dames s'éloignent de plus en plus de ces pratiques comme l'indique Arame Sene.

Carnet de Santé : le blanchiment de la peau
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:15:00 0:00

"Les femmes elles-mêmes commencent réellement à voir la beauté d'une autre façon", affirme-t-elle.

Mode, tendances et dépigmentation sont des aspects de la vie auxquels les hommes s'intéressent de plus en plus. Dans une société sénégalaise ouverte mais assez conservatrice sur certains points, ces pratiques, surtout la dépigmentation chez les hommes, demeurent très controversées.

Toutes les actualités

Génocide rwandais: l'ancien ministre Ngirabatware transféré au Sénégal

Augustin Ngirabatware (D), ancien ministre rwandais de l’urbanisme, est assis à côté de son avocat Cecil John Maruma (G) lors de sa première comparution devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha, le 10 octobre 2008

L'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware, condamné à 30 ans de prison pour son rôle dans le génocide au Rwanda en 1994, purgera le restant de sa peine au Sénégal, a indiqué mercredi la justice internationale.

Dans un document daté du 28 mai, rendu public mercredi, le juge Carmel Agius a ordonné le transfert de M. Ngirabatware au Sénégal "pour l'exécution de sa peine dès que possible après le prononcé du jugement" dans une autre affaire.

Dans ce dossier distinct, M. Ngirabatware et trois de ses proches ont été reconnus coupables le 25 juin d'avoir cherché à soudoyer et intimider des témoins dans le but d'annuler la condamnation pour génocide à l'encontre de l'ancien ministre.

Né en 1957 à Nyamyumba, M. Ngirabatware est le gendre de l'homme d'affaires Félicien Kabuga, accusé d'être le financier du génocide et arrêté en mai 2020 près de Paris.

Ministre du Plan au moment du génocide, qui a fait 800.000 morts selon l'ONU, essentiellement des membres de la minorité tutsi, Augustin Ngirabatware a été condamné en appel en 2014 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), pour génocide et incitation à commettre le génocide dans sa commune de Nyamyumba (nord-ouest).

La condamnation avait été confirmée en 2019 au terme d'une procédure de révision de son procès devant le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui a pris le relais du TPIR.

Docteur en économie formé en Suisse, M. Ngirabatware avait fui le Rwanda en juillet 1994. Il avait travaillé dans des instituts de recherche au Gabon et en France, avant d'être arrêté en Allemagne en 2007 puis transféré au TPIR un an plus tard.

Fête de la Tabaski: à Dakar, pas d'affluence chez les vendeurs de moutons

A Dakar, les points de vente sont installés un peu partout au Sénégal, le 20 juillet 2021. (VOA/Seydina Aba Gueye)

La Fête de l’Eid, communément appelée Tabaski, est l’une des célébrations religieuses les plus respectées au Sénégal avec notamment le sacrifice du mouton. Mais pour la deuxième année consécutive, elle sera célébrée en pleine pandémie de Covid-19. 

A quelques heures de la Tabaski, les éleveurs étaient installés un peu partout dans les rues et places de Dakar. D'habitude, les moutons de race sont très prisés malgré leur cherté.

Avec la conjoncture, Samba Diallo préfère ne pas en vendre cette année. Il est basé à Liberté 6, les prix de ses bêtes varient entre 100.000 et 400.000 francs. Sa moyenne de vente : 1 à 2 moutons tous les 3 jours. "Il y a de cela 3 ans nous ne vendions que des moutons de race. Cependant avec la crise sanitaire et la conjoncture, les acheteurs de moutons de race se font rares", se plaint-il.

Amadou sow est également éleveur. Il a commencé a exposer ses moutons depuis 10 jours. Il n’a vendu aucun mouton. Pourtant pour ses prix se veulent abordables et varient entre 100.000 et 350.000 f CFA.

"Les acheteurs se font rares en ce moment, sûrement c’est parce qu'ils n’ont pas d’endroit où garder le mouton. Les prix sont abordables, le moins cher coûte 100.000 F et le plus cher 350 000 francs CFA. Ils viennent demander les prix mais n’achètent pas. La preuve je n’ai pas encore vendu de mouton, une première pour moi si je compare cette opération Tabaski avec les éditions passées", se plaint-il.

Comment les Maliens ont passé la Tabaski
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Assane est un père de famille qui habite à Ouest foire, il n’a pas encore acheté le mouton de la Tabaski. Pour lui, conjoncture ou pas, il va accomplir ce rituel religieux, en bon croyant il reste optimiste et place toute sa confiance entre les mains du bon Dieu.

"C’est évident je vais acheter un mouton, même s' il faut le reconnaître les temps sont durs. Je crois en Dieu et je lui fais confiance, il va me donner de quoi faire le sacrifice d' Abraham et le fera avec tout le monde, c’est mon intime conviction, ça va aller pour tout le monde même si le contexte économique est particulier", dit-il d’un air résigné.

Le président des éleveurs a annoncé une quantité importante de moutons disponibles pour les besoins de la Tabaski. Il parle de plus de 27.000 bêtes réparties dans les régions.

A Dakar, dans chaque quartier est installé un point de vente. Seulement les éleveurs ont avoué qu'en ce moment les acheteurs viennent au compte-gouttes. La conjoncture ne leur permet pour le moment pas de prétendre acheter les moutons avec les prix actuels.

La troisième vague du Covid-19 préoccupe les autorités sénégalaise

Une rue de Dakar, la capitale du Sénégal, le 15 juillet 2021.

Une 3e vague de covid19 est annoncé sur le continent africain. Au Sénégal, si plusieurs variants ont été détectés, les mesures préventives sont plus que jamais négligées.

L'organisation mondiale de la santé (OMS) alerte depuis des semaines sur l'arrivée d'une 3e vague de Covid-19 en Afrique. Au Sénégal, l'Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Épidémiologique et de Formations (Iressef) a confirmé la présence de variants préoccupants dont le très redouté Delta. Le directeur de l’Iressef, professeur Souleymane Mboup, conforte l'OMS et sollicite plus de vigilance.

"Avec cette épidémie on a vraiment senti une fatigue, ce qui est normal. A un certain moment, il y a eu des mesures que tout le monde respectait. Au fur et à mesure de l'évolution de la pandémie, surtout à la fin de la deuxième vague, on a senti qu'il y a eu un relâchement", souligne le scientifique. Mais l'information importante est qu'il faut se préparer à une 3e vague, d’après le Pr Souleyemane Mboup.

"Dans des pays en Afrique on voit la présence de ces variants préoccupants, le variant britannique est pour le moment majoritaire, suivi du variant indien. Et ce qu’on sait c’est qu’il se propage très rapidement", prévient-il.

Paradoxalement face à cette situation alarmante décrite par les autorités sanitaires, on constate un relâchement de la part des populations.

A Dakar, un jeune homme qui a requis l’anonymat semble minimiser l'arrivée d'une 3e vague. Nous l’avons rencontré dans la rue sans masque.

"Sincèrement je ne crois pas à l'arrivée de la 3e vague de coronavirus. Pourquoi ? parce qu’on nous avait déjà annoncé la deuxième vague avec des conséquences désastreuses pourtant rien de tout cela ne s'est produit", affirme-t-il. Le jeune homme conclut son propos en reprenant les mots des autorités. "Le président avait dit d'apprendre à vivre avec le virus. C'est ce que nous faisons. Donc avec ou sans 3e vague, la vie continue et nous allons vivre", dit-il d’un ton amusé.

Trouvé à un arrêt de bus, Ousmane Samba pense que les Sénégalais ne sont pas conscients des dangers que pose le virus.

"Nous négligeons les effets néfastes du virus. Nous entendons tous la hausse des cas mais on s’obstine à vouloir dire qu'il n'y aura pas 3e vague. De plus arrêtons d’accuser l’État de tous les maux. Nous n’avons qu'à porter des masques, respecter les gestes barrières et utiliser du gel hydro alcoolique", suggère-t-il.

Au Sénégal, le vaccin gratuit anti-covid ne fait pas courir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Salif Diop est en phase avec Ousmane Samba. Pour lui, l'arrivée de la 3e vague est due au relâchement.

"Nous ne respectons pas les mesures préventives et nous avons tendance à baisser les bras d’où l’augmentation des cas", estime-t-il.

Malgré le relâchement constaté, certains continuent à suivre scrupuleusement les mesures barrières.

Porter son masque, se laver les mains régulièrement Ali, un sexagénaire, dit prendre toutes ces précautions pour éviter de contracter le virus. "Je vois les cas augmenter donc je continue le port du masque et le lavage fréquent des mains", affirme-t-il avec sérénité.

Malgré la découverte de vaccin, au Sénégal les cas augmentent.

Si d'aucuns pensent qu'il faut vivre avec le virus, d'autres continuent à respecter les gestes barrières et les règles d'hygiène. La seule constante est que nous assistons à une augmentation des cas notamment ceux dits communautaires.

COVID-19: A Dakar, "avec ou sans 3e vague, la vie continue"

COVID-19: A Dakar, "avec ou sans 3e vague, la vie continue"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

Un data center accueilli comme une révolution au Sénégal

Un data center accueilli comme une révolution au Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG