Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La Corée du Sud relève l'âge du consentement sexuel de 13 à 16 ans


Jeunes femmes en robe hanbok assistant à une cérémonie traditionnelle pour marquer l’âge adulte au village Namsan Hanok à Séoul. La cérémonie marque l’âge de 19 ans, lorsqu'une personne est légalement en mesure de faire des choix de vie et de voter. (Ed Jones/AFP/20 mai 2019)

La Corée du Sud a relevé l'âge du consentement sexuel de 13 à 16 ans dans l'objectif de mieux protéger les mineurs, la loi sur les délits sexuels en vigueur jusque-là étant considérée comme insuffisante.

Selon cette nouvelle disposition, les adultes ayant une relation sexuelle avec un mineur de moins de 16 ans seront poursuivis pour abus sexuels ou viol d'un enfant, indépendamment de tout consentement présumé.

Jusqu'à présent, les adolescents âgés de 13 ans ou plus étaient considérés comme étant légalement capables d'avoir une relation sexuelle consentie.

Cela avait donné lieu à des controverses et des voix s'étaient élevées pour dénoncer le fait que des délinquants sexuels avaient ainsi pu échapper à la justice.

Ainsi, en 2017, un homme de 42 ans avait été déclaré non coupable du viol d'une jeune de 15 ans sous prétexte qu'elle était consentante.

Cette affaire avait suscité l'indignation et un relèvement de la limite d'âge du consentement sexuel avait été réclamé.

Malgré ses performances économiques et dans le domaine des nouvelles technologiques, la Corée du Sud demeure une société conservatrice et patriarcale. Très souvent, les victimes d'agressions sexuelles ont peur et honte de dénoncer les faits.

L'âge du consentement a été relevé à 16 ans afin de "protéger les adolescents des crimes sexuels de manière fondamentale", a déclaré mardi le ministère de la justice du Sud dans un communiqué.

La loi ainsi modifiée a également supprimé la prescription pour les crimes sexuels commis à l'encontre de mineurs de moins de 13 ans.

XS
SM
MD
LG