Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

L'un des deux Canadiens détenus en Chine a été jugé, en attente de verdict

Les Canadiens Michael Spavor (à g.) et Michael Kovrig sur cette photo d'archive prise le 8 mai 2019.

Michael Spavor, l'un des deux Canadiens détenus en Chine depuis deux ans pour "espionnage", a été jugé à huis clos vendredi matin à Dandong (nord-est), a annoncé un diplomate canadien, précisant que le verdict serait annoncé ultérieurement.

Ni les diplomates ni la presse n'ont été autorisés à assister à l'audience. M. Spavor a été arrêté fin 2018 en même temps qu'un compatriote, Michael Kovrig, peu après l'interpellation au Canada d'une dirigeante du géant des télécoms chinois Huawei, à la demande des Etats-Unis.

Pékin dément tout lien entre ces deux affaires.

Devant le palais de justice de Dandong, le numéro deux de l'ambassade du Canada en Chine, Jim Nickel, a déclaré à la presse en milieu de journée que l'audience, qui s'était ouverte à 10H00 locales (02H00 GMT) était terminée et que le verdict serait annoncé plus tard.

Il a une nouvelle fois dénoncé la détention "arbitraire" de MM. Spavor et Kovrig et précisé que son pays travaillait "étroitement" avec les Etats-Unis pour obtenir la libération immédiate de M. Spavor et de M. Kovrig, qui doit pour sa part être jugé lundi à Pékin.

"Nous avons bon espoir que dans une certaine mesure ce procès puisse mener à leur libération immédiate", a-t-il dit.

Le procès de M. Spavor s'est ouvert alors qu'une rencontre entre de hauts dirigeants chinois et américains a débuté en Alaska dans une atmosphère glaciale, pour la première prise de contact directe à ce niveau sous l'administration de Joe Biden.

Toutes les actualités

Au moins une dizaine de civils tués dans deux attaques au Burkina Faso

Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de jihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou,

Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de jihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locale.

Jeudi en fin de journée, "un groupe d'individus armés et à bord de motos ont fait irruption à Doh, un village de la commune de Dassa et ouvert le feu sur des habitants. Six d'entre eux sont morts sur le coup et deux autres ont été blessés", a indiqué à l'AFP un habitant.

"Au même moment, un autre groupe d'hommes armés a attaqué une autre localité de la commune, Bachoukorêpoun, située à quelques kilomètres, faisant également six morts", a poursuivi le même habitant.

Une source sécuritaire anonyme jointe par l'AFP, a confirmé les deux attaques évoquant de son côté un "bilan provisoire" d'une "dizaine de victimes". "Des opérations (de ratissage) sont en cours pour ramener la quiétude et rassurer les populations" qui avaient commencer à quitter la zone, a indiqué la même source.

Selon plusieurs habitants de la commune de Dassa, des incursions de membres de groupes jihadistes présumés sont fréquentes depuis quelques mois, à la suite d'une vaste opération anti-jihadiste lancée par les forces de défense et de sécurité dans la province voisine du Nayala.

Celle-ci contraint les jihadistes présumés à se replier dans la province du Sanguie où se trouve Dassa. La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays faisant une trentaine de morts, dont une quinzaine de Volontaires de la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils de l'armée.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui se multiplient. Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre le deuxième en huit mois s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

Le Burkina Faso était aidé depuis plusieurs années dans sa lutte contre les jihadistes par des forces spéciales françaises, mais les autorités de la transition leur ont demandé cette semaine de plier bagage d'ici un mois.

Cette décision est motivée par "la volonté des autorités de la transition et de l'ensemble des Burkinabè, d'être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire", a justifié lundi le porte-parole du gouvernement, Jean-Emmanuel Ouédraogo.

Cinq policiers inculpés pour le meurtre d'un Afro-Américain à Memphis

Cinq policiers inculpés pour le meurtre d'un Afro-Américain à Memphis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Explosion meurtrière dans l'État de Nasarawa: l'armée nigériane pointée du doigt

Explosion meurtrière dans l'État de Nasarawa: l'armée nigériane pointée du doigt
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Un raid israélien fait 9 morts en territoire palestinien

Un raid israélien fait 9 morts en territoire palestinien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Arrestation d'une figure de la société civile à Conakry

Arrestation d'une figure de la société civile à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG