Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'UE élargit sa mission de formation militaire en Centrafrique


Des civils applaudissent un soldat centrafricain du premier bataillon des Forces armées centrafricaines (FACA) à Obo, dans l'est du pays, le 18 février 2018.

L'Union européenne a élargi et prolongé pour deux ans sa mission militaire de formation en République centrafricaine (EUTM RCA), qui vise à contribuer à la réforme du secteur de la Défense dans ce pays en proie aux violences, a-t-elle indiqué lundi.

La mission EUTM RCA est étendue jusqu'au 19 septembre 2020. La décision a été adoptée par procédure écrite par le Conseil de l'UE, qui représente les 28 Etats membres, selon un communiqué.

Outre sa prolongation, "le Conseil a également modifié le mandat de la mission afin qu'elle puisse donner des conseils stratégiques non seulement au ministère de la Défense, au personnel militaire et aux forces armées, mais aussi au cabinet du président, et qu'elle puisse conseiller sur la coopération entre civils et militaires, y compris au ministère de l'Intérieur et de la gendarmerie", selon le communiqué.

>> Lire aussi : Un premier groupe de rebelles intégré à l'armée en Centrafrique

Le Conseil a débloqué une enveloppe d'environ 25,4 millions d'euros pour les coûts d'EUTM RCA, qui est basée à Bangui, pour la période du 20 septembre 2018 au 19 septembre 2020.

Cette mission d'entraînement et de formation de l'armée centrafricaine a été lancée le 16 juillet 2016. Elle compte environ 170 personnes.

EUTM RCA a pour objectif de participer à la restructuration du secteur de la Défense dans trois domaines: le conseil stratégique, l'entraînement opérationnel et la formation. Au terme de son premier mandat de deux ans, l'EUTM a formé et entraîné plus de 3.000 soldats, hommes et femmes des Forces armées centrafricaines (FACA), selon elle.

>> Lire aussi : Un cinquième Casque bleu retrouvé mort en Centrafrique

L'ONU a par ailleurs déployé une mission de paix (Minusca, 10.000 soldats) depuis 2014 en Centrafrique. Mais elle peine à maintenir la sécurité dans ce pays où l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national.

Les groupes armés contrôlent une majorité du pays, où ils combattent pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG