Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'offensive de Haftar constitue une menace pour la sécurité internationale


De gauche à droite, le maréchal de l'armée nationale libyenne Khalifa Haftar, président du Parlement libyen basé à Tobruk, dans l'est du pays, Aguila Saleh Issa, président du conseil de gouvernement libyen Fayez al-Sarraj et président du Conseil supérieur

L'Union européenne a condamné lundi l'offensive menée par les forces du maréchal Khalifa Haftar contre Tripoli, la qualifiant d’une menace pour la sécurité internationale, et a appelé à un cessez-le-feu immédiat en Libye.

"L'attaque militaire de la LNA (l'Armée nationale libyenne) contre Tripoli et l'escalade qui s'en est suivie à l'intérieur et autour de la capitale constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales et menacent davantage la stabilité de la Libye", ont averti les ministres des Affaires étrangères de l'UE dans une déclaration commune.

"L'UE appelle toutes les parties à mettre en œuvre immédiatement un cessez-le-feu et à coopérer avec les Nations unies pour assurer une cessation complète et globale des hostilités", ajoute la déclaration.

"La priorité est un cessez-le feu immédiat", a insisté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

"Les attaques aveugles contre des zones résidentielles densément peuplées peuvent constituer des crimes de guerre et ceux qui violent le droit international humanitaire doivent rendre des comptes", ont averti les Européens.

La déclaration commune insiste sur "l'engagement à respecter l'embargo sur les ventes d'armes" à la Libye.

Mais pour faire respecter cet embargo, les Européens devraient décider de renvoyer des navires de guerre en Méditerranée pour permettre à l'opération militaire Sophia de mener cette mission. Le mandat de l'opération a été prolongé jusqu'au 30 septembre, mais les moyens navals ont été retirés.

XS
SM
MD
LG