Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

L'ex-président soudanais Béchir en prison

Le président sud-soudanais Salva Kiir, à gauche, et le président soudanais Omar al-Béchir lors d’une conférence de presse conjointe au palais présidentiel de Khartoum, Soudan, 2 novembre 2017.

Les manifestants qui réclament un pouvoir civil au Soudan sont restés fortement mobilisés mercredi, malgré le transfert en prison de l'ex-président Omar el-Béchir, principale cible de leur colère avant sa destitution par l'armée la semaine dernière.

Un proche de l'ex-chef de l'Etat a indiqué à l'AFP que le président déchu, jusque-là détenu dans un lieu inconnu, avait été transféré dans la nuit dans une prison du nord de Khartoum.

M. Béchir, 75 ans, a vu ses trois décennies de règne s'achever jeudi dernier avec sa déposition par les militaires après quatre mois de contestation populaire.

Il est par ailleurs sous le coup de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), notamment pour "génocide" dans la province du Darfour (ouest), mais son extradition reste très incertaine.

Dans la capitale, des milliers de personnes sont toujours présentes pour le 12e jour consécutif devant le QG de l'armée. Le pays est en proie depuis décembre à une contestation inédite, déclenchée à l'origine par un triplement du prix du pain.

Les revendications de départ du président Béchir ont évolué en exigence de dissolution du Conseil militaire qui lui a succédé, les manifestants réclamant désormais l'instauration d'un pouvoir civil.

"Nous avons fait face aux gaz lacrymogènes, beaucoup d'entre nous ont été emprisonnés. On nous a tiré dessus et beaucoup ont été tués. Tout cela parce que nous avons dit ce qu'on voulait", a déclaré mercredi à l'AFP une manifestante, Fadia Khalaf.

- "Energie pour continuer" -

Au moins 65 personnes sont mortes depuis le début de ce mouvement en décembre, selon un bilan officiel.

"Quand je pense à ceux qui ont été tués dans la contestation, cela me donne de l'énergie pour continuer", a expliqué Ossama Hussein, un manifestant.

Des médecins et des journalistes ont rejoint mercredi le sit-in. Les premiers en blouse blanche, scandant "liberté, paix et justice", sont partis de l'hôpital central de Khartoum. Les journalistes ont entamé eux leur marche à partir du siège de l'agence de presse officielle Suna.

Les leaders du mouvement soulignent que la "révolution" n'a pas encore atteint ses objectifs. "Nous avons renversé le dictateur, mais ses lois sont encore en place", a souligné dans un communiqué l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe plusieurs formations parties prenantes de la contestation.

"On a peur qu'on nous vole notre révolution, c'est pourquoi nous restons sur place, et nous ne partirons pas avant d'obtenir satisfaction à nos demandes", a indiqué la manifestante Fadia Khalaf.

Le conseil militaire a déjà fait des gestes envers les manifestants en libérant des protestataires, limogeant des figures controversées du nouveau pouvoir, et en promettant qu'un gouvernement civil serait établi, sans ingérence des militaires.

Mais lundi, la SPA a exigé que le Conseil militaire soit dissout et remplacé par un conseil civil, comprenant aussi des représentants de l'armée, une exigence qui a tendu les relations avec l'armée.

Samedi, le général Abdel Fattah Buhrane avait promis "d'éliminer les racines" du régime d'Omar el-Béchir. Le Conseil militaire qu'il dirige compte toutefois parmi ses dix membres des piliers du pouvoir sortant.

- "Cessez-le-feu" -

Parmi les autres mesures prises par le Conseil militaire figurait un cessez-le-feu à travers ce pays en proie à diverses rébellions.

Un haut responsable rebelle a ordonné mercredi la suspension des hostilités jusqu'à fin juillet dans les Etats méridionaux du Nil Bleu et du Kordofan-Sud, où ses hommes sont engagés dans des combats contre les forces gouvernementales.

Abdelaziz Al-Hilou, chef du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-N), a parlé d'un "gage de bonne volonté pour donner une chance à un transfert immédiat du pouvoir aux civils".

Concernant le sort d'Omar el-Béchir, visé par des mandats d'arrêt de la CPI pour "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité" puis pour "génocide" au Darfour (ouest), le pouvoir militaire a d'abord affirmé qu'il refuserait de l'extrader.

Puis il a, par la voix du général Jalaluddine Cheikh, indiqué que la décision serait "prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire".

Omar El-Béchir "doit être immédiatement remis à la CPI", a déclaré mercredi Amnesty International dans un communiqué.

"Son cas ne doit pas être jugé précipitamment par le système judiciaire soudanais, notoirement dysfonctionnel", a ajouté l'ONG.

"Un procès devant la CPI n'est pas seulement vital pour les victimes des crimes atroces qui l'ont conduit à être inculpé mais doit constituer un premier pas pour garantir la justice" dans le pays.

Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef du Conseil militaire de transition, a ordonné par ailleurs mercredi à la banque centrale de contrôler tous "les grands transferts d'argent".

Sur le plan diplomatique, les Etats-Unis ont indiqué être prêts à retirer le Soudan de leur liste des pays accusés de soutenir le "terrorisme" si le Conseil militaire engageait un "changement fondamental" de gouvernance.

Un responsable du Département d'Etat a aussi précisé que Washington avait poussé le Conseil militaire à "agir rapidement" pour inclure des civils dans un gouvernement provisoire et organiser des élections.

Toutes les actualités

11 personnes en garde à vue décédées à l'unité antidrogue en une nuit

Adama Pamtaba, chargé de communication de la police municipale de Ouagadougou, au Burkina, le 12 novembre 2018. (VOA/Lamine Traoré)

Onze personnes détenues en garde à vue sont décédées dans la nuit de dimanche à lundi dans les locaux de l'Unité antidrogue de Ouagadougou, a annoncé la procureure du Burkina Faso, Maiza Sérémé.

"Le procureur du (Burkina) Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a été informé, ce jour 15 juillet 2019, par la directrice de la police judiciaire de la police nationale de ce que onze personnes gardées à vue à l'Unité antidrogue (UAD) pour des infractions relatives à la législation des stupéfiants sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019", a écrit Mme Sérémé dans un communiqué.

Une "enquête a été ouverte",a indiqué la procureure qui s'est rendue sur les lieux accompagnée de ses substituts et de membres des services techniques.

"Des médecins légistes ont été requis" pour procéder à des examens et aux autopsies nécessaires pour déterminer les raisons des décès qui sont encore inconnues, a-t-elle souligné.

La société civile a par le passé souvent dénoncé les violences des forces de sécurité.

Le Burkina Faso, pays pauvre, est une des plaques tournantes du trafic de drogue vers l'Europe. La drogue arrive au Burkina Faso en provenance des ports d'Afrique de l'Ouest et prend ensuite la direction du nord vers le désert malien et libyen, selon une source sécuritaire.

En juin dernier, les autorités ont procédé à l'incinération de 35.300 tonnes de drogue, représentant le quart des saisies de l'année 2018, selon le secrétariat permanent du comité national de lutte contre la drogue.

Finale CAN-2019: 28 avions pour transporter les fans algériens

Un Boeing Boeing 737-8D6 immatriculé 7T-VKQ d'Air Algérie débarque à l'aéroport de Genève, le 20 novembre 2017.

Les autorités algériennes ont annoncé lundi avoir mobilisé 28 avions afin de transporter, via un pont aérien, 4.800 fans des "Fennecs" pour assister à la finale de la CAN-2019 face au Sénégal, vendredi au Caire.

Selon des sources concordantes, il y aura 13 avions d'Air Algérie, six de Tassili Airlines et neuf avions militaires. Ces avions décolleront des quatre coins du pays.

Le ministère algérien de la Défense avait annoncé dimanche par communiqué qu'il allait mettre à disposition neuf avions de transport militaire au profit de 870 supporters algériens.

La décision du pont aérien a été prise par le Premier Ministre, Noureddine Bédoui, lors d'un conseil du gouvernement tenu lundi.

Le pays est secoué depuis le 22 février d'un mouvement de contestation qui demande la fin du régime en place. Le Premier ministre fait partie des personnes dont le départ est réclamé par la rue.

Depuis le début de la CAN, 2.275 supporters sont partis d'Algérie. Plus de 1.200 d'entre eux sont restés au Caire pour assister jusqu'au bout aux matchs des verts, selon des sources concordantes.

Ebola fait son entrée à Goma

Ebola fait son entrée à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Afrotech

Afrotech
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:07:34 0:00

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:22 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG