Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'Egypte proteste auprès de Moscou après une question en ligne de Russia Today


Le président égyptien Abdel Fattah, à gauche, al-Sissi et son homologue soudanais Omar el-Béchir.

L'Egypte a fermement protesté samedi auprès de Moscou après une question aux internautes posée par la chaîne Russia Today sur la souveraineté d'un territoire disputé entre l'Egypte et le Soudan, a indiqué le ministère des Affaires étrangères égyptien.

La chaîne d'information internationale publique russe Russia Today a demandé vendredi à ses internautes s'ils pensaient que Halayib, un territoire situé près de la mer Rouge dans une région riche en minerais était égyptien ou soudanais.

Le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Choukri a exprimé sa "forte condamnation" et a demandé aux autorités russes "une explication urgente pour cette conduite inacceptable", a déclaré son porte-parole Ahmed Abou Zeid, dans un communiqué.

La question posée aux internautes a été supprimée du site de la chaîne russe, ont précisé samedi les autorités égyptiennes. Le résultat final de cette consultation n'est pas connu.

>> Lire aussi : Khartoum saisit l'ONU après un vote dans un secteur disputé avec l'Egypte

En signe de protestation, le chef de la diplomatie égyptienne a également annulé une interview avec la chaîne, a-t-il ajouté, à la veille d'une visite officielle à Moscou.

Les relations entre l'Egypte et la Russie se sont considérablement renforcées ses dernières années, malgré des tensions après le crash d'un avion d'une compagnie russe (224 morts) après son décollage d'Egypte, un attentat revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Les deux pays ont signé en grande pompe au Caire en décembre, en présence des présidents Vladimir Poutine et Abdel Fattah al-Sissi, un contrat pour la construction de la première centrale nucléaire égyptienne, dans le nord du pays.

>> Lire aussi : L'Egypte et le Soudan veulent se rapprocher après des tensions

Le ministre de la Défense Sedki Sobhi et M. Choukri sont attendus par leurs homologues russes cette semaine pour évoquer les relations bilatérales et la situation régionale.

Le gouvernement égyptien réagit régulièrement aux publications de la presse étrangère sur le pays.

La justice égyptienne avait affirmé en février qu'elle poursuivrait les médias en cas de diffusion de "fausses informations", après que le gouvernement a jugé mensonger un reportage de la chaîne britannique BBC sur la répression en Egypte.

L'Egypte est classée 161e - sur 180 pays - au classement mondial de la liberté de la presse 2018, réalisé par l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG