Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

L'Afrique du Sud enquête sur l'attribution des marchés publics liés au coronavirus

La patronne de l'agence anti-corruption d'Afrique du Sud, Busisiwe Mkhwebane, lors d'un briefing au Parlement au Cap, Afrique du Sud, le 19 octobre 2016. REUTERS/Mike Hutchings

Busisiwe Mkhwebane, la patronne de l’agence sud-africaine de lutte contre la corruption, a déclaré lundi qu'elle a ouvert une enquête sur les irrégularités présumées dans les appels d'offres liés à la crise du coronavirus.

Ces dernières semaines, les médias locaux ont fait état d'allégations selon lesquelles des individus connectés aux politiciens ont bénéficié de contrats publics pour fournir des biens et services dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Selon le quotidien Business Day, la porte-parole de la présidence, Khusela Diko, a dû quitter temporairement son poste après qu'il ait été révélé que son mari avait obtenu un contrat d'une valeur de 124 millions de rands pour la fourniture d'équipements de protection individuelle à Gauteng, où Mme Diko est membre du comité exécutif provincial de l'ANC.

L’office du Protecteur du public a cité l’appel d'offres concernant un camp de quarantaine dans la province de Mpumalanga. Au KwaZulu-Natal, une enquête se focalise sur des allégations de surfacturation, tandis qu’au Cap-Oriental, un haut fonctionnaire aurait fait louer à prix fort un de ses biens immobiliers transformé en site de quarantaine.

Mme Busisiwe Mkhwebane examine également des plaintes selon lesquelles des citoyens nécessiteux se sont vu refuser des subventions COVID-19 sans motif valable.

L'Afrique du Sud a enregistré plus d'un demi-million de cas de COVID-19, le plus grand nombre sur le continent africain, et le nombre d'infections continue à augmenter rapidement.

Toutes les actualités

Les déplacements des diplomates en RDC soumis à des nouvelles règles

Le président Félix Tshisekedi conduisant à distance une réunion gouvernementale à la Cité de l'Union africaine, Kinshasa, le 26 juin 2020 (Facebook / Présidence de la RDC)

Les diplomates accrédités à Kinshasa sont désormais obligés de faire connaître au préalable aux autorités leurs déplacements à l'intérieur de la République démocratique du Congo, après l'assassinat lundi de l'ambassadeur italien dans l'est du pays, selon la télévision publique mercredi.

A l'issue de la réunion présidé mardi par le chef de l’État Félix Tshisekedi, il a été décidé que "tous les diplomates, présents sur le territoire national sont désormais, obligés de signaler tout déplacement à l'intérieur du pays auprès du gouvernement", a indiqué la présidence congolaise dans un communiqué.

Les diplomates "doivent absolument informer le ministère des Affaires étrangères" avant tout déplacement et "se signaler" aux responsables locaux à leur arrivée dans une entité, a déclaré la cheffe de la diplomatie congolaise Marie-Thérèse Tumba Nzeza à la télévision d’État, RTNC.

L'ambassadeur italien Luca Attanasio, 43 ans, est décédé après avoir été blessé par balles lorsque le convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) dans lequel il circulait a été pris dans une embuscade dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda.

Son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci et un chauffeur congolais du PAM, Moustapha Milambo, ont aussi été tués.

Les corps des deux diplomates ont été rapatriés mardi à Rome. M. Milambo a été inhumé le même jour à Goma, capitale du Nord-Kivu.

L’Italie a demandé mercredi à l'ONU l'ouverture d'une enquête et des "réponses claires" après ce drame.

"Nous avons formellement demandé au PAM et à l'ONU l'ouverture d'une enquête pour faire la lumière sur ce qui s'est passé, les raisons justifiant le dispositif de sécurité mis en place et à qui incombe la responsabilité de ces décisions", a déclaré Luigi Di Maio devant les députés italiens.

La province troublée du Nord-Kivu est considérée comme une des zones les plus dangereuses de la RDC, à la lisière du parc national des Virunga.

Selon des responsables humanitaires, la route sur laquelle circulait le convoi ne nécessitait toutefois pas d'escorte.

L'initiative "Follow the money" s'intéresse au budget covid au Cameroun

L'initiative "Follow the money" s'intéresse au budget covid au Cameroun
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

Le prochain ministre de la justice promet d'enquêter sur l'émeute du 6 janvier au Capitole

Le prochain ministre de la justice promet d'enquêter sur l'émeute du 6 janvier au Capitole
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:26 0:00

La mort de l'ambassadeur italien "va ralentir le travail du PAM", selon l'analyste Henri Désiré N’Zouzi

La mort de l'ambassadeur italien "va ralentir le travail du PAM", selon l'analyste Henri Désiré N’Zouzi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Les FDLR nient leur implication dans l'attaque contre Luca Attanasio

Les FDLR nient leur implication dans l'attaque contre Luca Attanasio
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG