Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'Afrique divisée face à la mort de la reine Elizabeth II


La reine Elizabeth II salue les vainqueurs des Jeux de la jeunesse du Commonwealth à Londres, le 14 mars 2016.

Alors que les condoléances affluaient du monde entier après la mort de la reine Elizabeth, certains Africains ont exprimé des sentiments mitigés à propos de la monarque et de l'héritage colonial de son pays sur un continent où la Grande-Bretagne gouvernait autrefois plus de la moitié du territoire.

Certains Africains ont de bons souvenirs de la reine Elizabeth II, la plus ancienne monarque de Grande-Bretagne, qui est venue saluer les populations dans 20 pays à travers le continent au cours de ses 70 ans de règne.

D'autres ont cependant rappelé des passifs humanitaires comme l'écrasement brutal par la Grande-Bretagne dans les années 1950 de la rébellion des Mau Mau au Kenya, et l'énorme diamant que la famille de la reine a acquis de l'Afrique du Sud coloniale en 1905, qu'elle n'a jamais rendu malgré les appels à le faire.

Nana Akufo-Addo, président du Ghana, où la reine s'est rendue en 1961, quatre ans après qu'il soit devenu l'un des premiers pays africains à obtenir son indépendance, a mis les drapeaux en berne et déclaré que le Ghana était fier de faire partie du Commonwealth.

Le président kenyan Uhuru Kenyatta, dont le prénom signifie liberté en swahili et dont le pays a obtenu son indépendance en 1963, l'a qualifiée d'"icône imposante du service désintéressé".

Mais beaucoup étaient moins enthousiastes à l'idée de célébrer la vie d'une reine dont le pays a un parcours mouvementé en Afrique.

Soutien à une dictature militaire

Certains Nigérians ont rappelé le soutien de la Grande-Bretagne dans les années 1960 à une dictature militaire qui a écrasé la rébellion du Biafra. Les officiers Igbo avaient lancé la rébellion en 1967, déclenchant une guerre civile de trois ans qui a tué plus d'un million de personnes, principalement à cause de la famine.

Uju Anya, professeur Igbo et survivante de cette guerre qui vit maintenant aux États-Unis, a suscité la controverse lorsqu'elle a écrit sur Twitter jeudi soir son "mépris pour la monarque qui a supervisé un gouvernement qui a parrainé le génocide qui a massacré et déplacé la moitié ma famille et dont ceux qui vivent aujourd'hui tentent encore de surmonter les conséquences".

"Nous ne pleurons pas la mort d'Elizabeth", a déclaré le parti d'opposition marxiste sud-africain, les Economic Freedom Fighters, dirigé par Julius Malema.

"Notre interaction avec la Grande-Bretagne a été marquée par la douleur, la mort et la dépossession, ainsi que par la déshumanisation du peuple africain", a-t-il déclaré, énumérant les atrocités commises par les forces britanniques à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Malgré cette vision d'elle, Elizabeth a forgé une relation étroite avec feu le dirigeant sud-africain Nelson Mandela, le premier président post-apartheid, et s'est rendue deux fois en Afrique du Sud après la fin du régime de la minorité blanche.

Elizabeth n'avait que 25 ans et était en visite au Kenya avec son mari Philip lorsqu'elle a appris la mort de son père, le roi George VI, et son accession au trône le 6 février 1952.

Pendant ce temps, l'accession du roi Charles au trône a suscité de nouveaux appels de politiciens et d'activistes pour que les anciennes colonies des Caraïbes retirent au monarque le rôle de leur chef d'État et que la Grande-Bretagne paie des réparations pour l'esclavage.

XS
SM
MD
LG