Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Grève votée dans la plus grande mine de cuivre au monde


Des cathodes de cuivre de la mine d'Escondida, à Antofagasta, au Chili, le 31 mars 2008.

Les mineurs d'Escondida, au Chili, ont voté la grève après avoir rejeté la proposition de hausse salariale, jugée insuffisante, du géant anglo-australien BHP.

Quelque 84% des travailleurs affiliés au "Sindicato 1" ont approuvé l'arrêt de travail, selon le communiqué. Lors de la précédente grève, en 2017, la production de cuivre avait chuté de 39% au premier semestre, à 327.863 tonnes.

"Nous espérons qu'à partir de cette volonté ferme de rejeter la proposition de l'entreprise, que notre base a exprimé de manière mûre et démocratique, la direction comprenne la nécessité d'ouvrir des espaces pour parvenir à un accord qui reconnaisse nos droits", écrit le syndicat.

Des négociations salariales étaient en cours depuis plusieurs semaines à Escondida, site qui représente 5% de la production globale de cuivre, selon certains analystes.

>> Lire aussi : Les pays de l'Alliance du Pacifique défendent le libre-échange

Les travailleurs demandent notamment une augmentation de 5% et une participation salariale sur les bénéfices enregistrés en 2017.

Le mouvement social de plus d'un mois en 2017 avait aussi fait grimper le cours du cuivre alors que l'offre mondiale était fortement affectée.

BHP dispose d'un délai maximum de dix jours pour demander la médiation de la Direction du travail. Faute d'accord à travers cette instance, une nouvelle grève débuterait alors.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG