Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Golf: Scheffler sacré, Woods de retour


"Je ne peux pas mettre de mots sur ce que cela signifie pour moi de savoir que je pourrai revenir ici à vie", a déclaré Scheffler, après s'être vu remettre la traditionnelle veste verte des vainqueurs.

Sacre majeur et sacré retour: le N.1 mondial Scottie Scheffler a remporté en favori le Masters, son premier Grand Chelem, dimanche à Augusta, où Tiger Woods a réussi son pari fou d'un retour à la compétition treize mois après son accident de voiture.

L'Américain âgé de 25 ans a fini avec un score de -10, devançant de trois coups le Nord-Irlandais Rory McIlroy, auteur d'une remontée fantastique mais vaine et qui attendra pour ajouter le seul Majeur manquant à sa collection. L'Australien Cameron Smith et l'Irlandais Shane Lowry, troisièmes ex aequo, ont fini à cinq unités.

"Je ne peux pas mettre de mots sur ce que cela signifie pour moi de savoir que je pourrai revenir ici à vie", a déclaré Scheffler, après que son prédécesseur au palmarès, le Japonais Hideki Matsuyama, lui a fait la traditionnelle veste verte réservée aux vainqueurs. Après ce succès prestigieux, il confirme sa suprématie actuelle sur le circuit nord-américain PGA.

Or son ascension est météorique, car il n'a remporté son premier tournoi qu'il y a deux mois, à l'Open de Phoenix. Puis il a enchaîné, s'adjugeant le 6 mars l'Arnold Palmer Invitational en Floride, et le Championnat du monde WGC de match-play à Austin (Texas) le 28. Cerise sur le gâteau de cette victoire, le Texan de 25 ans, qui occupait le 15e rang le 6 février, a alors chipé la première place mondiale à l'Espagnol Jon Rahm.

Sang-froid à toute épreuve

La pression était donc sur ses épaules en arrivant à Augusta, même si le retour fascinant de Woods a concentré la majeure partie de l'attention et l'a laissé un peu tranquille.

Mais ça n'a valu que le temps de 48 heures, car dès vendredi, il survolait déjà les débats et comptait cinq longueurs d'avance après 36 trous. Samedi fut sa journée la plus délicate, Cameron Smith se rapprochant à trois unités.

Et même une seule, après deux birdies réussis d'entrée par l'Australien lors de ce 4e tour entamé piano par Scheffler, qui parmi ses qualités manifestes possède celle d'un sang-froid à toute épreuve. En témoigne cet extraordinaire birdie au N.3 grâce à un chip parfait au-dessus la butte. "Ca m'a surpris. Je ne m'attendais pas à voir la balle entrer. C'a fait décoller les choses pour moi", a-t-il confié.

Ce coup de maître a quelque part aussi mis Smith K.O. Car il concédait dans le même temps un bogey sur ce trou, repassant dès lors à trois unités de retard. Ce fut le début de la fin: trois autres bogeys ont suivi et même un double bogey au N.12 de l'Amen Corner, là où en effet se perdent et se gagnent les Masters.

Ces difficultés, Scheffler les a passées sans encombre, après un nouveau birdie au N.7. Mais dans son rétroviseur a surgi comme une balle Rory McIlroy, auteur d'un dernier tour exceptionnel.

"C'était incroyable"

Non content d'avoir rendu une carte sans faute, le Nord-Irlandais a réussi un eagle somptueux sur le N.13 et son sixième birdie du jour, par une sortie de bunker sur le N.18 qui mis en fusion le public amassé autour.

Sa carte de 64 (-8) est la plus basse réalisée un dimanche à Augusta. Et la deuxième plus basse de l'histoire du tournoi derrière Nick Price et Greg Norman, qui avaient fait encore mieux des années plus tôt (-9).

Sur ce N.18 où il avait donc déjà tournoi gagné, après deux birdies d'affilée aux N.14 et N.15 pour lui donner cinq coups d'avance sur McIlroy, Scheffler a pour la première fois tangué en quatre jours, trahi par une émotion légitime. Il a commis un double bogey après deux putts enroulés sur le rebord qui sont ressortis. Il s'en est mis la main droite sur la bouche, mais celle-ci n'a pas tremblé pour enfin en finir, sous les vivats du public.

Un public qui en avait réservé d'aussi vibrants à Tiger Woods deux heures plus tôt. Son score de +13, le plus bas en 24 participation, ne comptait évidemment pas. Car ce champion hors norme, qui a frôlé l'amputation de sa jambe droite en février 2021, venait de réaliser là un de ses plus grands exploits.

"Je ne pense pas que les mots puissent décrire ce que j'ai ressenti. C'était incroyable", a confié le Tigre, tout simplement heureux de rugir à nouveau.

XS
SM
MD
LG