Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Barrage éthiopien sur le Nil: l’Union africaine fait baisser la tension


Vue partielle du barrage éthiopien en cours de construction, le 26 décembre 2019. (Photo EDUARDO SOTERAS / AFP)

Les dirigeants du Soudan, de l'Éthiopie et de l'Égypte ont déclaré qu'ils espéraient que l'Union africaine pourrait les aider à négocier un accord pour mettre fin à un conflit de dix ans sur l'approvisionnement en eau dans un délai de deux ou trois semaines.

Une réunion de l’Union africaine (UA) sur ce dossier a eu lieu vendredi.

"Les discussions ont été très constructives et un consensus a été atteint pour que les trois pays concluent un accord sur ce projet historique dans les prochaines semaines dans le cadre d'un processus mené par l'UA", a tweeté le président de l'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, qui est aussi l'actuel président de l'UA.

Le Grand barrage éthiopien de la Renaissance (GERD) est en cours de construction à environ 15 km de la frontière avec le Soudan sur le Nil Bleu, ce qui alarme l'Egypte et le Soudan, deux pays voisins qui en dépendent.

L'Ethiopie estime que ce projet hydroélectrique de 4 milliards de dollars, qui aura une capacité installée de 6 450 mégawatts, est essentiel à son développement économique.

Les négociations tortueuses qui ont eu lieu au fil des ans n'ont pas permis de parvenir à un accord pour réglementer la manière dont l'Éthiopie exploitera le barrage sans faire préjudice aux deux autres pays.

Les avis divergent sur qui devrait assurer principalement la médiation.

Côté éthiopien, on insiste sur une solution africaine, sous l’égide de l’UA. Pour l’Égypte, par contre, c’est le Conseil de sécurité des Nations unies qui aidera les pays dans les négociations.

Le Conseil devait tenir une réunion publique lundi pour discuter de la question.

Voir les commentaires (2)

XS
SM
MD
LG