Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Grande Bretagne: semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit

La première ministre britannique, Theresa May, le 3 décembre 2018. (AP Photo/Frank Augstein)

Une semaine décisive s'ouvre lundi pour la Première ministre britannique Theresa May, qui tentera de sauver l'accord de Brexit menacé d'être retoqué lors d'un vote historique mardi au Parlement, mais aussi son avenir à Downing Street.

Les députés britanniques se prononceront mardi soir sur ce "Traité de retrait" de l'Union européenne, âprement négocié durant 17 mois avec Bruxelles, mais dont l'adoption semble très compromise en raison des multiples critiques dont il fait l'objet.

L'accord déçoit aussi bien les plus ardents "Brexiters", qui redoutent une forme d'amarrage permanent à l'UE, que les europhiles espérant encore pouvoir faire marche arrière.

Après trois premiers jours de débats devant la chambre des Communes la semaine dernière, le gouvernement conservateur devrait déployer d'ultimes efforts lundi et mardi pour tenter de convaincre les députés du bien-fondé du texte, mais les chances d'y parvenir semblent bien minces.

Dimanche encore, des responsables de tous bords ont appelé l'exécutif à revoir sa copie, et à relancer les négociations avec Bruxelles, où se rendra Theresa May en fin de semaine pour un sommet européen.

A moins d'un changement, "nous sommes déterminés à voter contre (...), à l'instar de nombreux collègues", a d'ores et déjà prévenu Nigel Dodds, député du petit parti nord-irlandais DUP, dont le soutien est indispensable aux conservateurs pour atteindre la majorité absolue.

- Négociations, élections, référendum? -

Boris Johnson, rival de Theresa May et ex-ministre des Affaires étrangères, a même proposé de mettre en balance une partie de la facture de divorce dont devra s'acquitter le Royaume-Uni en quittant l'UE, évaluée entre 40 et 45 milliards d'euros, comme levier dans de nouvelles négociations.

Inquiets devant la perspective d'un échec cuisant mardi, plusieurs ministres ont exhorté Theresa May à reporter le vote, rapportait la publication conservatrice The Spectator.

Car un rejet du texte pourrait exposer Theresa May à une motion de censure, et in fine à de nouvelles élections législatives.

"Le vote aura bien lieu (mardi), parce c'est un bon accord, et le seul accord", a toutefois assuré dimanche le ministre du Brexit Stephen Barclay, sur la BBC, soulignant qu'une éventuelle réouverture des négociations avec l'UE n'était pas sans risque. "Les Français, les Espagnols et d'autres réclameront (eux aussi) davantage", a-t-il dit.

Anticipant un vote pour le moins compliqué, Theresa May a mis en garde contre les conséquences que pourrait avoir un rejet du traité. "Cela signifierait", a-t-elle déclaré dans le Mail on Sunday, "une grave incertitude pour le pays, avec un risque très réel de ne pas avoir de Brexit, ou de quitter l'Union européenne sans accord".

Ce maintien dans le club européen évoqué par la dirigeante pourrait découler d'un nouveau référendum sur l'UE, une hypothèse exclue à ce stade par le gouvernement mais qui gagne du terrain au Royaume-Uni, et qu'un rejet de l'accord pourrait pousser un peu plus.

- Le Labour dans les starting-blocks -

S'adressant plus particulièrement aux parlementaires conservateurs prêts à enterrer le traité, la Première ministre a également agité la menace de nouvelles législatives, et d'une éventuelle victoire de Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition.

Les travaillistes sont "prêts" à former un gouvernement, a assuré dimanche un responsable travailliste, le député Jon Trickett, sur Sky News. "Cela pourrait se produire dès mercredi matin, afin de commencer à relancer les négociations" avec Bruxelles, a-t-il dit.

Les Britanniques étudieront par ailleurs avec attention l'arrêt que rendra lundi la Cour de justice de l'Union européenne, qui dira si le Royaume-Uni peut oui ou non décider seul de renoncer à quitter l'UE.

La Cour, qui siège à Luxembourg, a été saisie par la justice écossaise, qui lui demande si le Royaume-Uni a le droit de révoquer de manière unilatérale son initiative de retrait de l'UE. La semaine dernière, l'avocat général, dans un avis n'engageant pas la Cour, avait proposé de répondre par l'affirmative.

Avec AFP

Toutes les actualités

Giscard et l'affaire des "diamants de Bokassa"

Le président français Valery Giscard d'Estaing et le président de la République centrafricaine Jean-Bedel Bokassa assistent à une cérémonie à Bangui, lors de la visite officielle du président français, le 5 mars 1975.

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi, s'était retrouvé en 1979 au centre de l'affaire dite des "diamants de Bokassa", suscitant une polémique embarrassante avant la présidentielle de 1981 qu'il allait perdre.

Le 10 octobre 1979, l'hebdomadaire français Le Canard enchaîné révèle que Valéry Giscard d'Estaing (VGE), a reçu en 1973, alors qu'il était ministre des Finances, une plaquette de trente carats de diamants offerte par le président centrafricain Jean Bedel Bokassa

La semaine suivante, Le Canard affirme que la valeur de la plaquette est de 1 million de francs et précise que d'autres diamants lui ont été offerts à l'occasion des ses déplacements à Bangui entre 1970 et 1975.

Le 27 novembre, le président Giscard d'Estaing oppose un "démenti catégorique et méprisant" aux allégations concernant la valeur des cadeaux qu'il aurait reçus. "Il faut, dit-il, laisser les choses basses mourir de leur propre poison".

L'hebdomadaire satirique relance l'affaire un an plus tard, le 16 septembre 1980, en publiant un entretien téléphonique avec l'ancien "empereur" centrafricain Jean Bedel Bokassa, déposé de son trône le 20 septembre 1979.

Il affirme "avoir remis à quatre reprises des diamants au couple présidentiel". "Vous ne pouvez pas imaginer ce que j'ai remis à cette famille-là", ajoute Bokassa.

Le 10 mars 1981, VGE déclare à la télévision qu'il "n'y a aucun mystère dans l'affaire des diamants" et que "le produit de ces cadeaux a été versé à des œuvres humanitaires centrafricaines". Il précise que les diamants ont été vendus "au profit de la Croix rouge centrafricaine, d'une maternité, d'une pouponnière et d'une mission".

Selon l'hebdomadaire Le Point du 22 mars 1981, qui a consulté la comptabilité des cadeaux officiels à l'Élysée, les diamants ont été vendus pour une somme de 114.977 francs remise à des œuvres de bienfaisance centrafricaines.

Dans une interview au Washington Post du 8 mai 1981, l'empereur déchu réaffirme avoir offert des diamants à VGE, en présence de témoins, à quatre occasions en huit ans.

Contrairement aux indications du président français, pour qui les diamants reçus n'étaient que de petites pierres, Bokassa affirme lui avoir offert des diamants de 10 à 20 carats. Il soutient également avoir offert à la famille Giscard d'Estaing, dont deux cousins, plus de diamants qu'à n'importe qui d'autre. "Je les ai gâtés", déclare-t-il, ajoutant : "ils sont pourris".

Bokassa reconnaît accorder cette interview, à la veille du second tour de l'élection présidentielle, dans le but d'empêcher la réélection du président centriste VGE. "Je règle mes comptes avec ceux qui ont provoqué ma chute", termine-t-il. Le 10 mai, le socialiste François Mitterrand remporte l'élection présidentielle en France.

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing est mort

L'ancien président français Valery Giscard d'Estaing lors des funérailles d'État de l'ancien chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt à l'extérieur de l'église Sankt Michaelis, à Hambourg, le 23 novembre 2015.

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, âgé de 94 ans, est décédé mercredi soir "entouré de sa famille" dans le centre de la France, a appris l'AFP auprès de son entourage, confirmant une information de la radio Europe 1.

Plus jeune président de la Ve République lors de son élection (48 ans) en 1974, le centriste Valéry Giscard d'Estaing avait été hospitalisé à plusieurs reprises ces derniers mois pour des problèmes cardiaques.

Pendant son mandat jusqu'en 1981, il a eu une action modernisatrice sur le pays, promulguant d'importantes réformes de société, comme l'autorisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) ou l'abaissement du droit de vote à 18 ans. Il fut aussi le premier président non gaulliste de la Ve République, après l'emblématique général de Gaulle, et son héritier politique Georges Pompidou.

Il n'avait effectué qu'un seul mandat, battu par le socialiste François Mitterrand en 1981.

M. Giscard d'Estaing, qui séjournait depuis le début du confinement dans sa résidence de campagne à Authon (centre), avait été admis quelques jours dans le service de cardiologie de l'hôpital de Tours du 15 au 20 novembre pour une "insuffisance cardiaque".

Il avait auparavant été hospitalisé quelques jours mi-septembre à à Paris pour une légère infection aux poumons. Mais les médecins avaient écarté une infection au coronavirus.

M. Giscard d'Estaing, qui a fêté ses 94 ans le 2 février, a déjà été hospitalisé à Pompidou en cardiologie à plusieurs reprises il y a quelques années pour la pose de stents.

L'une de ses dernières apparitions publiques remonte au 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d'un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre de 1974 à 1976.

Il a aussi fait parler de lui en mai, visé par une enquête pour agression sexuelle après la plainte d'une journaliste allemande. Cette dernière l'accusait de lui avoir touché les fesses lors d'une interview plus d'un an plus tôt.

Vaccins: des procédures accélérées partout dans le monde

Une bouteille de vaccin contre le Covid-19 en essai clinique, le 17 novembre 2020.

Le Royaume-Uni a été le premier pays au monde à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. Aux Etats-Unis et en Europe, les autorités examinent encore plusieurs projets de vaccin. Le point sur les différentes procédures d'homologation.

Analyse en continu au Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a accordé son feu vert au vaccin après la recommandation de son Agence indépendante de réglementation des médicaments (MHRA).

L'agence a mis en place une procédure d'examen continu, utilisée pour examiner un traitement prometteur dans le cas d'une urgence sanitaire. Elle a ainsi traité les données au fur et à mesure qu'elles devenaient disponibles.

"Des équipes distinctes ont travaillé en parallèle", "jour et nuit", y compris le weekend, sur les différents aspects de la sécurité du vaccin, sans attendre d'en finir avec l'un pour commencer l'autre, a expliqué la directrice de la MHRA, June Raine, qui a également contesté les affirmations du ministre de la Santé britannique selon lesquelles la MHRA avait pu agir rapidement grâce au Brexit.

Contrairement à l'Agence européenne du médicament (EMA), "la MHRA peut poser des questions au fur et à mesure et obtenir des réponses plus rapidement en tant qu'agence unique", a précisé de son côté Dr Penny Ward, du King's College de Londres.

Processus accéléré en Europe

L'EMA, basée à Amsterdam, est chargée d'autoriser et de contrôler les médicaments dans les 27 pays de l'Union européenne. Elle a également mis en oeuvre une procédure accélérée dite "d'examen continu" afin d'analyser les données de sécurité et d'efficacité des vaccins contre le Covid-19 au fur et à mesure de leur parution.

Les vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna et Oxford/AstraZeneca sont tous trois soumis depuis plusieurs semaines à ce processus.

Cette procédure accélérée est appliquée pour évaluer des produits pouvant répondre à des cas d'urgence de santé publique.

En temps normal, toutes les données relatives à un vaccin doivent être collectées et soumises au début d'une demande d'autorisation.

L'Agence européenne du médicament doit se prononcer le 29 décembre "au plus tard" sur le vaccin Pfizer/BioNTech, et d'ici au 12 janvier sur celui du concurrent américain Moderna.

Le feu vert final à la mise sur le marché est ensuite donné par la Commission européenne.

Conseil consultatif aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, Pfizer/BioNTech et Moderna ont tous deux déposé des demandes d'autorisations d'utilisation en urgence de leur vaccin contre le Covid-19 auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA).

La procédure américaine est plus lente que la britannique, avec un processus de consultation publique.

Avant de prendre une décision, l'agence réalise une évaluation interne et interroge un conseil consultatif externe. "La procédure de la FDA est complètement transparente, des experts indépendants commentent, posent des questions, conseillent l'agence et formulent des recommandations", a expliqué mercredi Moncef Slaoui, responsable de l'opération "Warp Speed" de distribution des vaccins.

Le conseil consultatif pour le vaccin Pfizer est prévu le 10 décembre, celui pour Moderna le 17 décembre.

La FDA devrait trancher dans la foulée de ces réunions. En cas de feu vert, les deux vaccins pourraient être disponibles dans le courant du mois aux Etats-Unis, le pays qui paie le plus lourd tribut humain à la pandémie (plus de 270.000 morts).

Russie: simplification de procédure

En Russie, l'évaluation des produits en cours de développement est assurée par le "Centre scientifique pour l'expertise des médicaments" du ministère de la Santé.

Selon le site officiel sur les vaccins, "contrairement à de nombreux pays, il existe en Russie un système d'essais étatiques, utilisant des médicaments de comparaison, une méthode en double aveugle et d'autres essais contrôlés sans la participation des développeurs".

Le président Vladimir Poutine a chargé le gouvernement de simplifier la procédure d'enregistrement par l'Etat de certains médicaments pour accélérer le processus de validation du vaccin anti-Covid.

L'évaluation de Spoutnik V a démarré mi-février, les phases 1 et 2 des essais cliniques ont été achevées le 1er août.

Le 11 août, les autorités ont approuvé le vaccin, avant que la phase 3 ne commence. Cette phase est désormais terminée mais ses résultats ne sont pas encore connus.

Poutine vient d'ordonner aux autorités de débuter les vaccinations "à grande échelle" des "populations à risque" la semaine prochaine. Celle du grand public devrait commencer début 2021.

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:42 0:00

La Camerounaise Djaïli Amadou Amal récompensée par le Goncourt des Lycéens

L'écrivaine camerounaise Djaili Amadou Amal à Paris, le 17 novembre 2020.

L'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a remporté le 33e Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes", roman poignant sur la condition des femmes au Sahel.

"L'écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C'est un livre subtil qui permet d'observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant", a déclaré par visio-conférence la présidente du jury lycéen Clémence Nominé.

"Les Impatientes", publiée par la maison d'édition Emmanuelle Colas, est la reprise d'un roman publié dans son pays en 2017 sous un autre titre, "Munyal", mot peul qui signifie patience. S'inspirant de sa propre expérience de femme mariée de force à 17 ans à un polygame, Djaïli Amadou Amal met en scène plusieurs de ces femmes contraintes comme elle d'accepter les codes d'une société patriarcale oppressante.

Emue, Djaïli Amadou Amal s'est dite "très sensible" au choix des lycéens. Pour elle, l'intérêt porté par les jeunes au sujet des violences faite aux femmes "signifie un espoir pour l'avenir".

Pour la phase finale, un jury national composé de 12 lycéens a débattu mercredi matin à huis clos et en distanciel. Créé il y a plus de 30 ans, Le Goncourt des Lycéens est un des prix qui entraîne les meilleures ventes de livres.

Voir plus

XS
SM
MD
LG