Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Ethiopie: les rebelles du Tigré disent s'être retirés de l'Afar


Une fille est assise alors qu'elle fait la queue avec des dizaines d'autres personnes déplacées à l'intérieur du pays pour être enregistrées par les autorités locales dans un complexe à Semera, dans la région d'Afar, en Éthiopie, le 14 février 2022.

Les rebelles éthiopiens de la région du Tigré ont affirmé mardi s'être retirés des zones qu'ils occupaient depuis neuf mois dans celle voisine de l'Afar, une des conditions posées par le gouvernement éthiopien à une trêve annoncée en mars.

Ni le gouvernement fédéral éthiopien ni les autorités régionales de l'Afar n'ont répondu dans l'immédiat aux sollicitations de l'AFP pour confirmer ou démentir et il n'était pas possible de vérifier sur le terrain les assertions du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), en guerre avec Addis Abeba depuis novembre 2020.

Deux porte-paroles du TPLF, Getachew Reda et Kindeya Gebrehiwot, ont indiqué mardi à l'AFP que les troupes rebelles avaient totalement évacué l'Afar.

"Nous nous sommes d'ores et déjà retirés de toutes les zones de l'Afar" qu'occupait le TPLF, a assuré Kindeya Gebrehiwot.

Le conflit au Tigré a éclaté en novembre 2020 quand le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l'armée y déloger le TPLF, parti qui administrait la région et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le TPLF, qui a gouverné de fait l'Ethiopie durant près de 30 ans jusqu'à l'arrivée de M. Abiy au pouvoir en 2018, contestait alors l'autorité du gouvernement fédéral depuis plusieurs mois.

Après avoir initialement conquis le Tigré, l'armée fédérale en a été chassée en juin 2021 par une contre-offensive du TPLF qui a ensuite progressé dans les régions voisines, puis en direction d'Addis Abeba.

En décembre, le TPLF s'était finalement replié au Tigré mais avait continué d'occuper plusieurs zones des régions limitrophes de l'Amhara et de l'Afar.

"Dès le départ, nous n'avons jamais eu l'intention de rester" durablement en Afar, "nous y sommes allés pour régler des menaces en matière de sécurité envers le Tigré", notamment "représentées par des milices afar", a précisé mardi Kindeya Gebrehiwot.

La récente trêve a permis depuis le 1er avril à plusieurs convois d'acheminer, pour la première fois depuis la mi-décembre, de l'aide humanitaire par la route au Tigré, région soumise à ce que l'ONU qualifie de "blocus de fait", dont chaque camp se renvoie la responsabilité.

Mais cette aide reste très insuffisante au regard des besoins énormes de la région de six millions d'habitants où menace la famine et qui reste privée de services de base (électricité, télécommunications, banques...).

"Les problèmes humanitaires et politiques devraient être dissociées", a répondu Kindeya Gebrehiwot, interrogé sur la possibilité que le retrait des rebelles de l'Afar permette de faciliter l'accès de l'aide au Tigré.

Le TPLF avait annoncé le 12 avril son retrait d'une première zone de l'Afar et avait affirmé ces derniers jours, dans une lettre ouverte au secrétaire-général de l'ONU Antonio Guterres son "engagement à poursuivre le retrait des forces tigréennes du territoire afar".

Le gouvernement éthiopien exige par ailleurs le retrait du TPLF des zones qu'il occupe toujours en Amhara.

XS
SM
MD
LG