Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Entrée en fonctions d'un gouvernement "inclusif" en Bissau


Aristides Gomes, le Premier ministre de la Guinée-Bissau, le 16 avril 2018.

Les 26 membres d'un nouveau gouvernement "inclusif" en Guinée-Bissau sont entrés en fonctions jeudi, avec pour principale tâche de préparer les législatives du 18 novembre après plus de deux années de crise politique.

Nommés mercredi par le nouveau Premier ministre "de consensus" Aristides Gomes, les 18 ministres et huit secrétaires d'Etat, dont quatre femmes, ont prêté serment jeudi.

Le nouveau gouvernement est notamment composé de 10 membres du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), la formation de M. Gomes, et de huit personnalités issues du Parti de la rénovation sociale (PRS), deuxième formation parlementaire, qui, jusqu'il y a deux semaines, ne parvenaient pas à s'entendre sur la formation d'un gouvernement.

>> Lire aussi : Ouverture du Parlement pour la première fois depuis deux ans en Guinée-Bissau

Outre son poste de Premier ministre, Aristides Gomes garde la main sur l'Economie et les Finances, tandis que les Affaires étrangères sont confiées à l'ancien directeur du Centre national de la recherche scientifique Joao Ribeiro Co (PRS).

Ce petit pays d'Afrique de l'Ouest a traversé des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre issu du PAIGC, Domingos Simoes Pereira, auquel M. Vaz appartient également.

Un nouvel accord de sortie de crise a été conclu au sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) le 14 avril à Lomé.

Il a ouvert la voie à la nomination de M. Gomes deux jours plus tard puis à la reprise des travaux du Parlement, interrompus pendant deux ans, et à la fixation des législatives au 18 novembre 2018.

>> Lire aussi : Nomination d'un nouveau Premier ministre en Guinée Bissau

Le nouveau chef du gouvernement a assuré que son cabinet suivrait "scrupuleusement" les dispositions de l'Accord de Conakry de 2016, qui prévoyait un processus de sortie de crise et des législatives mais qui est longtemps resté lettre morte.

"Avec un Premier ministre de consensus et un gouvernement d'inclusion, nous venons de démontrer que nous sommes capables de dépasser nos divergences et nos ambitions personnelles", s'est félicité jeudi le président Vaz pendant la cérémonie de prestation de serment.

Un groupe de 15 députés frondeurs du PAIGC, qui s'étaient rangés derrière le chef de l'Etat, obtient deux ministères et un secrétariat d'Etat. Trois petites formations complètent l'équipe avec chacune un portefeuille.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG