Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Enlèvement de deux employés chinois d'une mine d'or au Nigeria

Des véhicules brûlés à l'extérieur du quartier général du commandement de l'État d'Imo de la police nigériane après que des hommes armés ont attaqué et incendié des propriétés dans l'État d'Imo, au Nigeria, le 5 avril 2021.

Deux employés chinois d'une mine d'or du sud-ouest du Nigeria ont été enlevés par des hommes armés qui ont blessé par balles leurs deux gardes de sécurité, a indiqué mercredi la police nigériane.

L'enlèvement s'est déroulé lundi après-midi dans le village d'Okepa Itikan, dans l'État d'Osun, a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la police, Yemisi Opalola.

"Un gang de criminels a attaqué et enlevé les deux ressortissants chinois", identifiés comme Zhao Jian, 33 ans, et Wen, 50 ans, travaillaient sur un site minier", a-t-elle indiqué sans préciser le nom de la société minière employant les deux hommes.

Les deux gardes privés ont été blessés et hospitalisés, ajoute le communiqué.

Les enlèvements avec demande de rançon sont courants au Nigeria, notamment dans le sud pétrolifère, et les entreprises chinoises sont des cibles de prédilection de cette criminalité.

Le 1er février, trois Chinois ont été enlevés et leur escorte policière tuée à la suite d'un différend avec des ouvriers sur un site minier de la région d'Atakumosa, dans l'État d'Osun. Ils ont été libérés après avoir passé près d'une semaine en captivité.

En juillet dernier, quatre Chinois avaient été enlevés sur une carrière du sud de l'État de Cross River et libérés un mois plus tard.

Toutes les actualités

Affaire Daunte Wright: 5e nuit de manifestation devant la police

Affaire Daunte Wright: 5e nuit de manifestation devant la police
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Au moins 8 morts dans une fusillade à Indianapolis

La police métropolitaine d'Indianapolis enquête sur la scène à la suite d'une fusillade dans un centre commercial à Indianapolis, Indiana, le 28 octobre 2015.

Une fusillade a fait au moins huit morts et plusieurs blessés tard jeudi à Indianapolis, dans le centre des Etats-Unis, et un tireur présumé se serait donné la mort, a annoncé la police.

Toutes les victimes ont été retrouvées dans un centre du groupe de transport de lettres et colis FedEx près de l'aéroport international de la ville, a déclaré aux journalistes une porte-parole de la police, Genae Cook, précisant que les policiers étaient intervenus vers 23 heures locales (3 heures GMT).

Huit personnes avec des blessures par balle ont été retrouvées mortes sur le site et plusieurs autres hospitalisées. "C'est une tragédie", a-t-elle ajouté. Nombre des policiers intervenus "tentent de faire face parce que c'est une vision que personne ne devrait jamais avoir à affronter".

La police estime que le tireur présumé s'est suicidé et pour les autorités il n'y a plus de menace pour la sécurité publique mais la collecte d'informations et l'identification des victimes se poursuit.

Un homme travaillant sur le site a raconté à la télévision locale WISH-TV avoir vu une personne tirer à l'arme automatique et entendu plus de dix tirs qu'il a d'abord pris pour des bruits provenant d'un moteur.

"J'ai vu un homme avec une sorte de pistolet mitrailleur, une arme automatique, et il tirait en plein air", a dit Jeremiah Miller. "Je me suis baissé immédiatement et j'avais peur".

FedEx a confirmé dans un communiqué une fusillade sur son site et souligné que le groupe coopérait avec les autorités.

"Nous avons connaissance de la fusillade tragique sur notre installation au sol près de l'aéroport d'Indianapolis", a affirmé le communiqué de FedEx. "La sécurité est notre priorité absolue et nos pensées vont à tous ceux qui ont été touchés".

Le site emploie plus de 4.000 personnes selon des médias.

Les fusillades, fléau récurrent

Un autre employé du site témoin de la scène, Timothy Boillat, a expliqué à WISH-TV avoir vu une trentaine de voitures de police arriver sur place alors que la fusillade s'achevait.

"Après avoir entendu les tirs, j'ai vu un corps par terre", a-t-il dit. "Par chance, j'étais suffisamment loin, il (le tireur) ne m'a pas vu".

Des images vidéo ont montré le périmètre de sécurité installé par la police autour du site de la fusillade, laquelle fait suite à une série d'incidents similaires ces dernières semaines.

Les fusillades sont un fléau récurrent aux Etats-Unis, relançant régulièrement le débat sur la prolifération des armes à feu dans le pays.

Le 9 avril, une personne avait été tuée et plusieurs autres blessées dans un magasin d'ameublement au Texas, quelques heures après la présentation par le président Joe Biden d'un plan limité pour lutter contre la violence par armes à feu.

Le 31 mars, quatre personnes, dont un enfant de neuf ans, avaient été tuées près de Los Angeles, une fusillade survenue après deux autres tueries qui ont fait 18 morts en mars, en particulier huit personnes dont six femmes asiatiques dans des salons de massage d'Atlanta en Géorgie.

Les armes à feu ont fait plus de 43.000 morts, suicides inclus, aux Etats-Unis en 2020, selon le site Gun Violence Archive qui a dénombré 611 "fusillades de masse" -au moins quatre victimes- en 2020 contre 417 l'année précédente.

Depuis le 1er janvier, plus de 11.000 personnes ont déjà été tuées par une arme à feu.

"La violence par arme à feu dans ce pays est une épidémie, c'est une honte internationale", avait fustigé M. Biden le 8 avril en dévoilant des mesures ciblées pour lutter contre la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis.

Des mesures d'une portée réduite en raison de la difficulté à faire adopter au Congrès des mesures plus audacieuses au regard de la très courte majorité parlementaire démocrate.

Des républicains avaient aussitôt dénoncé les projets présidentiels. De nombreux Américains restent très attachés à leurs armes.

Les Nigérians peuvent à nouveau activer leurs cartes SIM

Un fournisseur de services MTN tente d'enregistrer la carte SIM d'un client à Lagos, le 27 octobre 2015.

La vente de cartes SIM pour téléphones mobiles reprendra lundi au Nigeria, quatre mois après sa suspension pour des raisons de sécurité, a annoncé le ministère nigérian des Communications.

Le pays le plus peuplé d'Afrique avait suspendu l'ouverture de nouvelles lignes mobiles dans l'attente de l'enregistrement de leurs titulaires, afin d'en contrôler l'usage dans un pays ravagé par l'insécurité entretenue par des jihadistes dans le nord-est, des bandes criminelles dans le nord-ouest et des séparatistes dans le sud-est.

Les opérateurs de téléphonie mobile avaient reçu pour instruction de lier toute carte SIM à un numéro national d'identité afin d'en contrôler les titulaires.

"La mise en oeuvre des nouvelles dispositions commencera lundi 19 avril 2021", a affirmé le ministère dans un communiqué publié jeudi soir.

"La délivrance de nouvelles cartes SIM et la reprise d'autres activités liées recommencera à cette date, avec toutes les mesures de contrôle prévues", affirme le communiqué du ministère.

Quelque 200 millions de lignes mobiles existent au Nigeria.

En 2015, le plus gros opérateur mobile en Afrique, le sud-africain MTN, avait été sanctionné d'une amende géante de 3,2 milliards d'euros pour n'avoir pas déconnecté quelque 5,1 millions de lignes à la demande du gouvernement, inquiet de l'utilisation des lignes par des groupes jihadistes. Le montant de l'amende avait par la suite été réduit à 1,2 milliard d'euros.

Indignation à Chicago après la publication d'une vidéo où la police abat un garçon de 13 ans

Cette image extraite de la vidéo capturée par une caméra corporelle d'un policier de Chicago montre le moment précédant le tir qui a causé la mort d'Adam Toledo, 13 ans, le 29 mars 2021, à Chicago.

Une vidéo capturée par la caméra corporelle d'un policier publiée jeudi montre un agent de la police de Chicago ouvrir le feu sur un garçon de 13 ans.

Le garçon, Adam Toledo, semble avoir les mains en l'air une fraction de seconde avant que le policier Eric Stillman tire sur lui dans la nuit du 29 mars. Il meurt sur le champ.

L'intervention de la police faisait suite à des rapports faisant état de coups de feu dans le secteur.

Pour sa part, la police affirme que l'adolescent avait une arme de poing sur lui avant la fusillade. Et la vidéo de l'agent Stillman le montre en train d'éclairer une arme sur le sol près du corps du garçon.

La publication des images et d'autres éléments de l'enquête intervient à un moment délicat, avec le procès en cours à Minneapolis de l'ancien policier Derek Chauvin accusé d'avoir tué George Floyd.

Dans le même temps, des manifestations ont lieu dans la banlieue de Minneapolis, où Daunte Wright, un jeune Noir de 20 ans, a été tué par balle par une policière qui dit avoir confondu son pistolet et son Taser, une arme qui émet un choc électrique paralysant.

La mairesse de Chicago, Lori Lightfoot, a lancé un appel au calme jeudi soir.

"Nous vivons dans une ville traumatisée par une longue histoire de violence et de mauvaise conduite de la police", a déclaré Lori Lightfoot.

"Il est certainement compréhensible que tant de nos résidents ressentent cette vague trop familière d'indignation et de douleur. Il est encore plus clair que la confiance entre notre communauté et les forces de l'ordre est loin d'être guérie et reste gravement brisée", a-t-elle ajouté.

Dix-neuf secondes se sont écoulées entre le moment où l'agent Stillman est sorti de sa voiture de police et quand il a tiré sur le garçon.

Double meurtre des experts de l'ONU au Kasaï: un témoin parle de "préméditation"

Un combattant de la Force de résistance patriotique de l'Ituri (FRPI) debout à côté d’un véhicule de la Monusco, près de Tchei, Ituri, 28 juillet 2006.

Une journaliste française a été entendue jeudi comme témoin au procès des auteurs présumés du meurtre dans le sud-est de la République démocratique du Congo de deux experts des Nations unies, en mars 2017, en marge du conflit dans la région du Kasaï.

Correspondante en RDC pour Radio France internationale (RFI), Sonia Rolley a évoqué la thèse de la "préméditation" et de la complicité des agents des forces de sécurité lors de son audition devant la justice militaire à Kananga, chef-lieu d'une des provinces du Kasaï.

Une trentaine de personnes sont accusées du meurtre des deux jeunes experts des Nations unies, l'Américain Michael Sharp et la Suédoise d'origine chilienne Zaida Catalan, le 12 mars 2017.

Selon la version officielle des autorités de l'époque, ils ont été tués par des miliciens de la secte Kamuina Nsapu, alors en guerre contre l'armée régulière. Le conflit a fait 3.400 morts et des dizaines de milliers de déplacés entre septembre 2016 et mi-2017.

Sonia Rolley a indiqué avoir rencontré les deux experts par deux fois à Kananga en 2017 au plus fort de l'insurrection des miliciens du chef coutumier Kamuina Nsapu, tué par les forces de sécurité en août 2016.

"Ils m'ont expliqué qu'ils étaient au Kasaï avec le mandat du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'enquêter sur la situation des enfants dans les groupes armés, l'approvisionnement en armes de la milice, leurs soutiens au niveau de l'échiquier politique et administratif tant provincial que national et enfin les fosses communes", a déclaré la journaliste.

"Je pense qu'il y a eu préméditation" dans le meurtre des deux experts, a-t-elle ajouté, reprenant des éléments d'une de ses enquêtes de décembre 2017 sur la duplicité des autorités.

"L'interprète des experts disposait d'une carte de l'Agence nationale des renseignements", a-t-elle indiqué.

Voir plus

XS
SM
MD
LG