Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Elections législatives et locales en septembre en Mauritanie


Une femme jette son vote lors du référendum constitutionnel du pays, le 5 août 2017.

Des élections législatives et locales seront organisées en Mauritanie le 1er septembre, a annoncé jeudi le gouvernement, alors que l'opposition radicale conteste la légitimité de la Commission électorale.

Le gouvernement a adopté jeudi un décret sur la "convocation du collège électoral pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale, des conseillers régionaux et des conseillers municipaux" le 1er septembre 2018, selon un communiqué officiel.

L'opposition radicale, regroupée dans le Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU), qui a boycotté les élections législatives et municipales de 2013, a annoncé en avril qu'elle participerait à celles de 2018.

Mais trois formations de l'opposition radicale et une de la majorité ont saisi la Cour suprême d'un recours en annulation de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), formée en avril.

>> Lire aussi : L'opposition mauritanienne s'oppose à toute modification de la Constitution

La Céni comprend 11 membres, dont cinq de l'opposition dite modérée, mais aucun de l'opposition radicale, qui a boycotté un dialogue avec le pouvoir en 2016.

La campagne pour ces trois scrutins est prévue du 17 au 30 août. En cas de second tour, il se tiendra le 15 septembre pour ces trois élections législatives, régionales et municipales.

La période de dépôt des candidatures pour l'élection des députés est ouverte du 18 juillet au 2 août. Celle des conseillers régionaux et des conseillers municipaux est fixée entre le 3 et le 13 juillet, selon le communiqué.

La Céni a récemment invité l'opposition radicale à des discussions sur le processus électoral Mais le FNDU, qui a ces derniers mois accusé le pouvoir de préparer un "hold up-électoral", n'a pas encore donné de réponse.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG