Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Dix ans après les législatives palestiniennes, le Hamas veut de nouvelles élections

Palestine

Les députés du Hamas ont réclamé à Gaza des élections législatives et présidentielle, dix ans exactement après le dernier scrutin dans les Territoires palestiniens, que le mouvement islamiste avait remporté avant d'être privé de sa victoire.

Lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion du dixième anniversaire des législatives de 2006, les membres gazaouis de la coalition du Hamas au Parlement ont appelé à "l'annonce d'une date précise pour la tenue d'élections législatives et présidentielle".

Ahmed Bahar, premier vice-président du Parlement et haut responsable du Hamas, a appelé à "travailler au plus vite à une réconciliation de la société et à colmater les brèches ouvertes par des années de division politique". Il a salué la tenue ce mois-ci d'une réunion du Hamas et du mouvement rival Fatah à Doha.

Le Parlement palestinien ne s'est plus réuni depuis 2007 et une quasi guerre civile entre le Hamas et le Fatah laïque et modéré du président palestinien Mahmoud Abbas.

En janvier 2006, le Hamas avait remporté les législatives, des élections décrites comme les plus transparentes tenues dans les Territoires palestiniens. Mais les résultats n'en ont pas été acceptés par la communauté internationale qui exigeait du Hamas qu'il renonce à la violence et reconnaisse Israël et les accords signés avec lui.

Hamas et Fatah se sont livré en 2007 une guerre fratricide pour le pouvoir dans la bande de Gaza.

Depuis 2007, le Hamas gouverne sans partage l'enclave, tandis que l'Autorité palestinienne dirige la Cisjordanie occupée où elle siège. Un accord de réconciliation conclu au printemps 2014 pour mettre fin aux divisions a fait long feu. L'accord prévoyait des élections d'ici à fin 2014.

Ahmed Bahar a exhorté la Ligue arabe, l'ONU et les organisations internationales à travailler pour faire pression pour la levée du blocus qu'Israël impose depuis 2006 à la bande de Gaza et qui a poussé l'économie du petit territoire hermétiquement clos au bord du gouffre.

Il a aussi appelé l'Egypte à ouvrir "au plus vite aux personnes et aux biens" le point de passage de Rafah, unique ouverture sur le monde non contrôlée par Israël. Il lui a aussi demandé de "cesser d'inonder Gaza", alors que les Palestiniens accusent Le Caire d'avoir inondé sa zone-tampon avec la bande de Gaza pour y noyer les tunnels de contrebande de et vers l'enclave.

Avec AFP

Toutes les actualités

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Israël signe un accord de paix avec les Emirats arabes unis

Le ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie à l'occasion de la remise à l'armée de l'air israélienne du système d'interception David's Sling ("Fronde de David"), le 2 avril 2017.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s’est félicité, jeudi, de la normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats arabes unis. Pour lui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe. 

M. Netanyahu a déclaré, lors d'une allocution télévisée, avoir eu une discussion trilatérale avec le président américain Donald Trump et le cheikh émirati Ben Zayed. Les trois hommes ont convenu d'un accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv".

"Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël. Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région", a affirmé le Premier ministre israélien, se félicitant de ce troisième accord de paix avec un pays arabe, après l'Egypte et la Jordanie.

La normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats faisait partie du plan Trump pour le Proche-Orient; qui prévoyait aussi l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies juives en Cisjordanie occupée, un projet décrié par les Palestiniens et plusieurs pays européens et ceux de la région.

Cette normalisation aura pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion, a dit M. Netanyahu qui affirme n'avoir pas "renoncé" à cette option.

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, la normalisation des relations entre Abou Dhabi et Tel-Aviv "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation" par l'Etat hébreu.

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG