Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Difficile reconstruction après l'incendie de Bukavu en RDC


Difficile accès à l'eau potable sur ce site sinistré d'Irambo après l'incendie de Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)

La vie reprend petit à petit en commune d’Ibanda après l'incendie meurtrier qui a frappé 197 maisons, mettant à la rue plus de 400 ménages.

Les sinistrés commencent timidement à se refaire un "chez-soi" pour lutter contre les intempéries. Ces sinistrés, le regard vide, se regroupent sur le site de l’avenue Irambo devenue méconnaissable, tout est carbonisé

Reportage d'Ernest Muhero, correspondant à Bukavu pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Des tôles calcinées jonchent la terre, de la fumée se dégage, ça sent encore le brûlé.

Le désespoir se lit encore sur le visage des victimes de l’incendie qui a consumé les biens de centaines de familles en moins de 3 heures.

Un site sinistré après l'incendie à Irambo, un quartier de Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)
Un site sinistré après l'incendie à Irambo, un quartier de Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)

Pour l’heure, une timide chaîne de solidarité se déploie en faveur des sinistrés qui passent la nuit à la belle étoile, mais la plupart des volontaires qui passent se limitent à faire un geste à l’endroit où leurs familles ont été touchées.

Le chef de quartier, Nyalukemba Deo Kurasa, appelle à la "solidarité collective".

Face aux intempéries, ceux qui n’ont pas envoyé leurs enfants dans les familles les plus proches, tentent de se reconstituer un abri avec les moyens de bord, comme Vincent Ndola Ndola, un sinistré.

Les reconstructions ont commencé après l'incendie à Irambo, un quartier de Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)
Les reconstructions ont commencé après l'incendie à Irambo, un quartier de Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)

Marteaux et outils en mains, les hommes, les femmes, et même les enfants mettent la main à la patte bien que le ventre crie famine, confient-t-ils à VOA Afrique.

La vie est invivable par ici : pas d’électricité, pas de nourriture, pas d’abri et pire, l’eau ne coule presque plus des robinets.

Les sinistrés déplorent que parmi ceux qui sont venus les aider à éteindre les feux, "quelques inciviques s’y sont aussi infiltrés", comme le dénonce une sinistrée, Rebecca Bahati.

Des centaines des familles sans-abri à Irambo, Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)
Des centaines des familles sans-abri à Irambo, Bukavu, le 20 août 2018. (VOA/Ernest Muhero)

C’est le troisième incendie à Irambo depuis le début de l’année, une situation qui révolte plus d’un habitant.

Anselme Wimye, habite un quartier voisin. Rencontré sur le lieu du drame, il plaide pour "l’élargissement de la ville de Bukavu pour lutter contre la promiscuité qui favorise pareille tragédie".

Pour rappel, le 17 août dans la soirée, un incendie s'est propagé à grande vitesse. Une fillette de 12 ans aurait jeté une serviette enflammée sur un matelas alors qu’elle faisait la cuisson.

XS
SM
MD
LG