Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des observateurs électoraux de l'UE au Zimbabwe pour la première fois depuis 2002


Le président Emmerson Mnangagwa donne un discours lors du jour d'indépendance du Zimbabwe à Harare, le 18 avril 2018.

L'Union européenne (UE) enverra pour la première fois depuis 2002 des observateurs électoraux au Zimbabwe pour les scrutins présidentiel et législatifs prévus en juillet, selon les termes d'un accord conclu lundi entre Bruxelles et Harare.

Ces élections seront les premières organisées depuis la démission en novembre de Robert Mugabe, contraint de quitter le pouvoir sous la pression de l'armée, de la rue et de son parti, la Zanu-PF, après trente-sept ans au pouvoir.

Le nouveau chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa, candidat de la Zanu-PF à la présidentielle, ne cesse de répéter que les élections de 2018 seront transparentes et pacifiques, alors que les scrutins organisés pendant l'ère Mugabe ont été régulièrement entachés de fraudes et de violences.

Mais les critiques de M. Mnangagwa doutent de son engagement, rappelant qu'il a été l'un des exécuteurs de la répression ordonnée par Robert Mugabe.

>> Lire aussi : Elections "dans quatre à cinq mois" au Zimbabwe, dit Mnangagwa

Le nouveau régime zimbabwéen, qui tente de renouer avec l'Occident, a invité la communauté internationale, dont l'UE et le Commonwealth, à venir observer les élections de 2018.

Lundi, Harare et Bruxelles se sont entendus sur les droits et obligations de la mission de l'UE.

"L'UE salue l'engagement du gouvernement (zimbabwéen) d'organiser des élections pacifiques, crédibles, inclusives et transparentes", a déclaré le chef de la délégation de l'UE au Zimbabwe, Philippe Van Damme.

"En invitant différents acteurs internationaux à observer la démocratie en action, la nouvelle administration témoigne de son désir de transparence dans le processus électoral", a estimé le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères Sibusiso Moyo.

>> Lire aussi : Le principal parti d'opposition a désigné son candidat pour la présidentielle au Zimbabwe

La dernière mission électorale de l'UE au Zimbabwe remonte à 2002. Son chef avait été expulsé avant la présidentielle.

Dans la foulée, Bruxelles avait adopté des sanctions contre Robert Mugabe et nombre de ses proches, accusant le régime d'atteintes aux droits humains.

Sauf énorme surprise, Emmerson Mnangagwa est assuré de remporter la présidentielle face à une opposition orpheline de son chef historique Morgan Tsvangirai, décédé en février.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG