Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des chercheurs veulent "rationnaliser" le débat sur l'immigration


Des migrants se tiennent sur le pont de l'Aquarius alors que le navire entre dans le port de Valence, le 17 juin 2018.

Quelque 500 universitaires, principalement européens, appellent à une approche plus scientifique des politiques d'immigration dans une lettre publiée dans le quotidien britannique The Guardian, alors que l'Europe se déchire depuis des mois sur la question des migrants.

Ces chercheurs, dont l'économiste français Thomas Piketty ou le directeur de l'Institut Max Planck Steven Vertovec, réclament "une réunion d'urgence de scientifiques et d'experts pour éclairer la prise de décision politique".

Ils réclament aussi qu'"il soit mis fin à des solutions politiques de court terme et inadaptées qui nous mènent à des crises politiques et humanitaires" et la création d'un "panel international sur la migration et l'asile".

>> Lire aussi : Un Portugais met KO le candidat de Trump à la tête de l'agence de l'ONU pour les migrations

Cette lettre paraît alors qu'au petit matin vendredi, les 28 pays membres de l'Union Européenne sont difficilement parvenus à un accord sur les questions migratoires, lors d'un Conseil européen à Bruxelles, prévoyant notamment des "plateformes de débarquements" de migrants.

Depuis des semaines, un bras de fer diplomatique est engagé en Europe autour de navires transportant des migrants secourus en Méditerranée, auxquels Rome refuse de rester seul à autoriser l'accostage.

Selon les universitaires, "l'afflux récent de demandeurs d'asile syriens en Europe a imposé aux leaders européens et aux citoyens une grande prise de conscience de la crise mondiale qui a lieu en grande partie dans l'hémisphère sud".

>> Lire aussi : Crise migratoire : les Européens encore loin du compte malgré leur accord au forceps

Leur lettre pointe le manque de données fiables, et au-delà du problème des chiffres, souligne qu'"une politique uniforme et basée sur l'idéologie ne fonctionne pas".

Ils relèvent que l'accès rapide au logement, à l'éducation comme au marché du travail améliore l'intégration des migrants et des demandeurs d'asile dans les pays d'accueil, en plus de réduire les inégalités.

"La fermeture des frontière restreint non seulement la mobilité mais aussi les échanges et les transferts d'argent, le savoir-faire et les idées à travers les frontières", affirment-ils encore.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG