Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

De nouveaux cadavres de migrants repêchés après un naufrage au Maroc


Un sauveteur en mer Méditerranée, à environ 90 km au nord de Sabratha (Libye), le 6 avril 2017.

De nouveaux corps ont été repêchés sur les côtes marocaines après le naufrage lundi, au large de Nador (nord), d'une embarcation de migrants qui a fait au moins 13 morts.

"Deux corps de migrants ont été repêchés mercredi", a dit à l'AFP un responsable au sein des autorités locales, qui avaient fait état lundi d'un premier bilan de 11 morts.

Une ONG présente sur place a toutefois affirmé à l'AFP que quatre cadavres supplémentaires --et non deux-- avaient été découverts et transportés mercredi à la morgue de Nador.

"Le bilan pourrait encore s'alourdir", a ajouté Omar Naji, responsable local de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH).

Il a affirmé que certains des migrants ayant péri étaient de nationalités malienne et guinéenne.

Mardi, la militante espagnole Helena Maleno, membre de Caminando Fronteras, une ONG basée au Maroc, a de son côté fait état sur Twitter d'un bilan de "34 morts, dont un bébé", après le naufrage "d'une embarcation de fortune avec 60 personnes à bord".

Selon les autorités marocaines, l'embarcation s'est retrouvée en "difficulté" lundi au large de Nador, ajoutant qu'une trentaine de migrants avait été "secourue". Le passeur présumé, un Malien âgé de 18 ans qui se trouvait à bord, a été arrêté, ont-elles annoncé mardi soir dans un communiqué.

Interrogée mardi par l'AFP à Madrid, une porte-parole des garde-côtes espagnols a de son côté confirmé que son service avait été alerté dès dimanche par l'ONG Caminando Fronteras "de la présence d'une embarcation dans la zone de sauvetage marocaine".

"Nous nous sommes mis en contact à plusieurs reprises avec les autorités marocaines, le MRCC (Centre de coordination et de recherche maritime, ndlr) de Rabat, nous leur avons offert notre collaboration pour la recherche de l'embarcation mais nous n'avons pas reçu de réponse", a assuré cette porte-parole des sauveteurs espagnols.

Elle n'a pas pu préciser la manière dont ces contacts avaient été établis, ni confirmer le nombre de morts: "Le Maroc ne nous a pas informés directement", a-t-elle assuré.

Le Maroc connaît un afflux de migrants et de réfugiés voulant gagner l'Europe. Depuis janvier, plus de 36.600 migrants sont arrivés en Espagne clandestinement par la voie maritime, selon l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), soit plus du triple que l'an dernier sur la même période.

Au moins 363 migrants sont morts en 2018 en tentant de gagner l'Espagne par la mer à partir des côtes marocaines, selon l'OIM.

D'après des chiffres officiels, le Maroc a stoppé 54.000 tentatives de passage vers l'UE et démantelé "74 réseaux criminels de traite d'êtres humains" depuis début 2018.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG