Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Décès d'une figure de l'ex-rebellion au Mali

Le Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, et le représentant de la coalition rebelle touareg, Mahamadou Djery Maiga, le 20 juin 2015 à Bamako.

Le vice-président du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), membre de la coalition de l'ex-rébellion malienne, Mahamadou Djéri Maïga, est décédé lundi des suites d'une courte maladie à Bamako, ont annoncé mardi son mouvement et des membres de sa famille.

Agé de 46 ans, Mahamadou Djéri Maïga, enseignant de profession et originaire de Gao, principale ville du nord du Mali, était membre du comité de suivi de l'accord de paix conclu en 2015 entre Bamako et l'ex-rébellion à dominante touareg, où il représentait la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA).

"Djéri Maïga est mort d'une courte maladie lundi. C'est un deuil pour sa famille et pour le MNLA", a déclaré à l'AFP un parent du défunt, Oumar Maïga.

Plusieurs mouvements armés du nord du Mali signataires de l'accord de paix, dont la CMA, ont également annoncé son décès.

Originaires de la communauté songhaï, peuple d'agriculteurs et d'artisans de la vallée du Niger, il était pour certains un symbole de l'ouverture aux sédentaires de la rébellion du nord du Mali. Pour d'autres, il n'était que la "caution noire" d'une rébellion dominée par les Touareg, de tradition nomade.

En 1994, Mohamed Djéri Maïga avait adhéré au mouvement d'autodéfense Gandakoye, farouchement opposé aux rebelles touareg de l'époque, selon les recoupements d'un correspondant de l'AFP.

Mais en 2010, il avait annoncé rejoindre les mouvements armés touareg pour "faire entendre sa voix". Un an plus tard, il est dans les rangs de l'embryon du MNLA à Tombouctou et lorsque les rebelles touareg s'associent en 2012 à des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, avec qui ils contrôlent le Nord pendant quelques mois avant d'être évincés.

Cet homme marié, père de quatre enfants, a ensuite souvent représenté son mouvement lors de négociations ou de rencontres internationales.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Les intempéries les plus meurtrières en Afrique australe depuis 20 ans

Zimbabwe Cyclone

L'Afrique australe a plusieurs fois été meurtrie par des tempêtes et inondations, comme lors du cyclone Idai qui vient de dévaster le Mozambique et le Zimbabwe. Rappel des intempéries les plus meurtrières des vingt dernières années :

- La plus meurtrière au Mozambique en 2000 -

En février et mars 2000, des inondations sans précédent depuis un demi-siècle au Mozambique font quelque 800 morts, au moins 50.000 sans-abri et affectent environ deux millions de personnes sur une population de 17 millions.

Les provinces les plus touchées sont Maputo, Gaza et Inhambane (sud). Cette catastrophe, à laquelle s'ajoutent les effets du passage du cyclone Eline, porte un coup sévère à l'économie du pays. Eline tue également 130 personnes à Madagascar.

En janvier et février 2013, de nouvelles inondations dans la province de Gaza font plus d'une centaine de morts et environ 250.000 sinistrés, emportant routes, hôpitaux et maisons.

En janvier 2015, le Mozambique connaît une autre catastrophe majeure: après de fortes précipitations, le fleuve Licungo, qui sépare le pays en deux, monte subitement de 12 mètres, dévastant la province de Zambézie (centre), plongeant la moitié nord du pays dans le noir et coupant l'axe autoroutier Nord-Sud, ce qui complique l'acheminement de l'aide humanitaire. Ces inondations font près de 160 morts (hors cas de choléra) et 177.000 sinistrés. Au Malawi voisin, des crues tuent 176 personnes.

- 2004 : Madagascar -

En mars 2004 à Madagascar, le cyclone Gafilo dévaste le nord et l'ouest faisant au moins 241 morts, ainsi que plus de 300.000 sans-abri.

L'île est fréquemment frappée par de nombreux cyclones et tempêtes tropicales, comme Géralda en février 1994 (au moins 200 morts, 500.000 sinistrés) et Gretelle en janvier 1997 (152 morts, 60.000 sans-abri).

- 2016-2017 : Zimbabwe -

Entre décembre 2016 et février 2017, le Zimbabwe, déjà touché par la sécheresse, subit des inondations qui font au moins 246 morts. Plus de 2.000 personnes sont déplacées.

S'ensuit une recrudescence du paludisme, qui provoque 150 morts en deux mois.

Les intempéries les plus meurtrières des dernières décennies sur l'ensemble du continent africain ont frappé entre octobre 1997 et janvier 1998 une vaste zone englobant la Somalie, l'Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda. De gigantesques inondations, suite à des pluies torrentielles causées par El Niño, une anomalie océanique et atmosphérique qui s'empare du Pacifique tropical, qui perturbe tous les trois à sept ans températures, courants et précipitations, avaient alors affecté ces cinq pays pendant trois mois, faisant plus de 6.000 morts.

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

L’art du Cap attire les collectionneurs

L’art du Cap attire les collectionneurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Les femmes disent non au harcèlement sexuel

Les femmes disent non au harcèlement sexuel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Deuil national au Mozambique

Deuil national au Mozambique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG