Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crise libyenne: nouvelle médiation de l'ONU à Genève


Deux gouvernements se disputent depuis mars le pouvoir libyen.

L'ONU a annoncé jeudi la tenue la semaine prochaine à Genève d'une rencontre entre les présidents des deux chambres libyennes rivales pour tenter de trouver un accord sur un cadre constitutionnel permettant la tenue d'élections.

"J'ai le plaisir de confirmer que le président de la Chambre des représentants Aguila Saleh et le président du Haut Conseil d'Etat Khaled el-Mechri ont accepté mon invitation à se rencontrer aux bureaux des Nations unies à Genève les 28 et 29 juin pour discuter du projet de cadre constitutionnel pour les élections", a indiqué sur Twitter la conseillère spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la Libye Stephanie Williams.

"Je félicite les chefs des deux chambres pour s'être engagés à rechercher un consensus sur les questions en suspens après la réunion du comité mixte la semaine dernière au Caire", a-t-elle ajouté.

Rassemblés au Caire du 12 au 19 juin sous les auspices des Nations unies, des représentants du Parlement, installé dans l'est de la Libye, et du Haut conseil d'Etat (HCE) qui fait office de sénat et qui est basé à Tripoli (ouest), ont échoué à trouver un accord sur le texte censé régir les scrutins présidentiel et législatif qui devaient initialement se tenir fin 2021.

La tenue à une date prévisible des élections présidentielle et législatives, reportée sine die en décembre 2021, semble hautement improbable en raison des très fortes divergences entre rivaux politiques et des tensions sur le terrain, avec des affrontements armés de plus en plus récurrents entre milices rivales à Tripoli.

Deux gouvernements se disputent depuis mars le pouvoir. Celui de Tripoli qui a été mis sur orbite début 2021 sous l'égide de l'ONU pour mener la transition jusqu'à des élections, et un gouvernement formé en mars et soutenu par le Parlement, qui a élu provisoirement domicile à Syrte, faute de pouvoir prendre ses fonctions dans la capitale.

Le mandat du gouvernement basé à Tripoli, dirigé par l'homme d'affaires Abdelhamid Dbeibah, a théoriquement expiré mercredi aux termes de l'accord conclu sous l'égide de l'ONU.

Le Premier ministre rival, Fathi Bachagha a affirmé mercredi dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qu'il lui revenait désormais de "se charger de tous les efforts nécessaires pour organiser des élections en Libye dès que possible". La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

XS
SM
MD
LG