Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

L'Afrique du Sud bientôt dotée d'un "centre de transfert de technologie" sur les vaccins

Un flacon du vaccin Novavax de phase 3 contre le coronavirus à l'hôpital universitaire St. George à Londres, le 7 octobre 2020.

L'Afrique du Sud va accueillir un "centre de transfert de technologie" pour les vaccins contre le coronavirus afin d'intensifier le savoir-faire en matière de production dans ce pays, le plus touché d'Afrique par la pandémie, a déclaré lundi le président sud-africain Cyril Ramaphosa.

L'initiative doit être annoncée lors d'un point-presse en ligne prévu à 15H00 GMT avec le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, et le président français Emmanuel Macron, a déclaré M. Ramaphosa.

"La réunion se concentrera sur la création du premier centre de transfert de technologie d'ARN messager pour les vaccins contre le Covid-19, situé en Afrique du Sud", a déclaré la présidence sud-africaine dans un bref communiqué.

L'OMS a déjà mis en place de tels centres, qui fournissent un savoir-faire et une formation aux fabricants locaux, dans le but de stimuler la production mondiale de vaccins contre la grippe.

L'Afrique du Sud représente plus de 35% du total des cas de Covid-19 enregistrés en Afrique et souffre actuellement d'une troisième vague d'infections massives.

M. Ramaphosa a déclaré lundi que le nombre de cas quotidiens avait explosé depuis avril, passant de moins de 800 cas par jour à plus de 13.000 la semaine dernière. "La hausse des nouveaux cas a été extraordinairement rapide et abrupte", a-t-il déclaré dans son bulletin hebdomadaire.

Avec l'Inde, l'Afrique du Sud a fait pression pour une renonciation temporaire aux droits de propriété intellectuelle des vaccins afin que chaque pays puisse produire des doses.

Lors d'une visite à Pretoria fin mai, M. Macron a estimé que "les brevets ne doivent être en rien un frein", se disant favorable à demander une levée temporaire des droits, même si la priorité devait rester le transfert de technologie.

Toutes les actualités

Afrique du Sud : deux décès après une vaccination anti-Covid

Vaccination contre le coronavirus à l'hôpital universitaire Chris Hani Baragwanath de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 26 mars 2021.

Le régulateur sud-africain des médicaments a signalé deux cas mortels du syndrome de Guillain-Barré (SGB), une rare atteinte neurologique, chez des personnes qui avaient reçu le vaccin anti-Covid du laboratoire américain Johnson & Johnson (J&J).

L'autorité de Santé (SAHPRA) avait signalé un premier décès le 4 août.

"La SAHPRA a été informée d'un second cas mortel du syndrome de Guillain-Barré après une vaccination avec le vaccin contre le Covid-19 de Janssen", a-t-elle déclaré lundi dans un communiqué.

Contacté par l'AFP, J&J a souligné mardi dans une réponse écrite que "de très rares cas du trouble neurologique, le syndrome de Guillain-Barré, ont été signalés après une vaccination avec le vaccin Janssen contre le Covid-19, la plupart survenant au cours des 42 premiers jours suivant la vaccination".

"Le SGB est un effet indésirable très rare mais grave qui est associé à l'administration de divers vaccins et autres médicaments et qui peut également être déclenché par des infections telles que le SRAS-CoV-2", a ajouté le laboratoire, sans faire directement référence aux cas sud-africains.

La SAHPRA n'a pas donné plus de détails sur les patients décédés, invoquant "le secret médical".

Elle avait toutefois signalé dans son communiqué que "les effets signalés chez la personne vaccinée correspondaient à la définition de cas de SGB et aucune autre cause probable de SGB n'a été identifiée".

Le syndrome de Guillain-Barré est une atteinte des nerfs périphériques caractérisée par une faiblesse voire une paralysie progressive, débutant le plus souvent au niveau des jambes et remontant parfois jusqu'à atteindre les muscles de la respiration puis les nerfs de la tête et du cou.

L'Afrique du Sud, officiellement le pays africain le plus touché par la pandémie, a enregistré plus de quatre millions de cas de coronavirus et 102.129 morts.

Sur la population de 60 millions, 20,3 millions de Sud-Africains ont été vaccinés. Plus de 9,2 millions ont reçu le vaccin de J&J et 12,5 millions celui du laboratoire Pfizer, selon les chiffres officiels.

Anthony Fauci, le “Monsieur Covid” de Washington, annonce sa retraite

Anthony Fauci, le “Monsieur Covid” de Washington, annonce sa retraite
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Le confinement a conduit à un boom du marché immobilier américain

Le confinement a conduit à un boom du marché immobilier américain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Aux États-Unis, les experts affirment que les tendances post-pandémiques continuent d’être le moteur du marché immobilier. Les prix des maisons ont augmenté de près de 30% par rapport à ceux d’il y a deux ans, selon Zillow, un géant immobilier spécialiste du domaine.

Joe Biden a contracté le coronavirus

Le président Joe Biden fait une déclaration aux journalistes à l'hôtel Waldorf Astoria Jeddah Qasr Al Sharq, le 15 juillet 2022, à Jeddah, en Arabie saoudite.

Âgé de 79 ans, Joe Bien est vacciné et a il déjà reçu deux doses de rappel. Il sera isolé mais "continuera à assumer la totalité de ses fonctions", précise la Maison Blanche.

Joe Biden, 79 ans et président le plus âgé jamais élu aux Etats-Unis, a été testé positif au Covid-19 jeudi mais ne présente que des "symptômes très légers", selon un communiqué de sa porte-parole Karine Jean-Pierre.

Le démocrate, qui jusqu'ici n'avait jamais été testé positif, a "commencé à prendre du Paxlovid", la pilule anti-Covid de Pfizer, et va s'isoler à la Maison Blanche jusqu'à ce qu'il soit à nouveau négatif, a-t-elle indiqué.

Le président, pleinement vacciné et qui a reçu deux doses de rappel, "continuera à assumer la totalité de ses fonctions" pendant ce temps, selon le communiqué.

"Il a été en contact avec des membres de l'équipe de la Maison Blanche par téléphone ce matin, et il participera aux réunions prévues ce matin à la Maison Blanche par téléphone et par Zoom" depuis ses appartements privés, a précisé Karine Jean-Pierre.

"Robuste"

"Par souci de grande transparence", la Maison Blanche a promis de communiquer "chaque jour" sur l'état de santé de Joe Biden, qu'un examen médical en novembre dernier avait trouvé "robuste" et "apte" à exercer ses fonctions.

Le dernier test négatif du chef d'Etat américain, qui a effectué la semaine dernière une tournée en Israël et en Arabie saoudite, remontait à mardi, a précisé Karine Jean-Pierre.

Le président, qui veut faire campagne avant des élections législatives en novembre, avait initialement prévu un déplacement en Pennsylvanie jeudi et un autre en Floride lundi prochain.

Les Etats-Unis enregistrent actuellement environ 130.000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, un chiffre par ailleurs sous-estimé selon les experts, et le nombre d'hospitalisations est également en hausse. Le très contagieux sous-variant BA.5 d'Omicron est dominant dans le pays, où il représente environ 80% des cas.

Paxlovid

Le paxlovid, que prend donc Joe Biden, est un traitement antiviral qui agit en diminuant la capacité du virus à se répliquer, freinant ainsi la progression de la maladie. Il doit être pris dans les premiers jours après l'apparition des symptômes pour être efficace.

Il est recommandé aux Etats-Unis pour les personnes à risque de développer un cas grave de la maladie, une catégorie dans laquelle entre le président américain en raison de son âge.

Le prédécesseur de Joe Biden, le républicain Donald Trump, avait annoncé le 2 octobre 2020 sur Twitter avoir été testé positif au Covid-19.

Il avait été évacué par hélicoptère de la Maison Blanche vers l'hôpital militaire de Walter Reed, et y avait été soigné pendant trois nuits.

update

L'ex-Premier ministre guinéen Ibrahima Kassory Fofana poursuivi pour "détournement" de fonds Covid

ARCHIVES - Le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, à droite, discute avec des représentants des syndicats et du patronat à Conakry, Guinée, 18 juillet 2018. (Twitter/ Ibrahima Kassory Fofana)

En détention depuis avril, il est poursuivi pour "détournement" présumé de plus de 40 millions de dollars destinés à la gestion de l'épidémie du coronavirus.

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre de Guinée jusqu'au coup d'Etat militaire de 2021 et en détention depuis avril, est poursuivi pour "détournement" de plus de 40 millions de dollars destinés à la gestion de l'épidémie de Covid et des décaissements non justifiés, a révélé vendredi le procureur général de Conakry.

M. Fofana, dernier Premier ministre du président Alpha Condé (2010-2021), renversé en septembre 2021 par la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, est inculpé et écroué depuis le 6 avril pour "détournement" de fonds publics. Mais les faits qui lui sont reprochés n'avaient jusqu'ici pas été dévoilés.

"Nous reprochons à M. Ibrahima Kassory Fofana (un) détournement de plusieurs milliards de francs guinéens (...) notamment la somme de 46,2 millions de dollars dans le cadre de la procédure d'urgence pour supporter l'épidémie de Covid-19", a déclaré, lors d'une conférence de presse le procureur général Ali Touré, nommé par la junte au pouvoir.

Des montants de "81,2 milliards de francs guinéens" (plus de 9 millions d'euros) ont été "entièrement décaissés sur ordonnance de M. Ibrahima Kassory Fofana. Nous n'avons aucune justification de l'utilisation de ce montant", a déclaré le procureur, sans préciser la destination initiale de cet argent.

En outre, "des mouvements suspects dans ses comptes bancaires ont été constatés", a-t-il ajouté.

M. Fofana avait été inculpé et écroué le 6 avril avec trois autres ex-responsables, l'ancien ministre de la Défense Mohamed Diané, celui de l'Environnement Oyé Guilavogui et celui des hydrocarbures Zakaria Coulibaly.

Chef du gouvernement de mai 2018 jusqu'au coup d'Etat de septembre 2021, il venait d'être désigné, le 31 mars, à la tête de l'ex-parti au pouvoir sous M. Condé, jusqu'à un prochain congrès.

Les militaires qui ont pris le pouvoir par la force ont fait de la lutte contre la corruption réputée endémique en Guinée un de leurs grands combats proclamés. Plusieurs anciens responsables sont détenus dans ce cadre.

Le colonel Mamady Doumbouya, chef de la junte qui s'est fait investir président, a assuré qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières" mais que la justice serait la "boussole" du pays.

Voir plus

XS
SM
MD
LG