Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Covid-19: nouveau record du nombre de décès quotidiens au Mexique

Un employé de la ville de Mexico dans un camion transportant des bonbonnes d'oxygène dans l'arrondissement d'Iztapalapa, le 15 janvier 2021. La ville propose des recharges d'oxygène gratuites pendant la pandémie de Covid-19. (AP/Marco Ugarte)

Le Mexique a enregistré mardi un nouveau record de décès en raison du Covid-19, soit 1.584 morts supplémentaires comptabilisés en 24 heures, selon des chiffres publiés par les autorités sanitaires nationales.

Pays de 128 millions d'habitants, le Mexique compte désormais 142.832 décès depuis le début de la pandémie. Il est le quatrième pays le plus touché au monde après les États-Unis, le Brésil et l'Inde.

Le ministère mexicain de la Santé a également fait état de 18.894 nouveaux cas confirmés du coronavirus, portant le nombre total à 1.668.396.

Entre les 8 et 14 janvier, le pays a enregistré la mortalité la plus élevée depuis le début de la pandémie, avec une moyenne de 983 décès par jour, selon la même source.

L'augmentation des infections et des décès est concentrée dans les zones densément peuplées comme la capitale Mexico, et sa vaste agglomération où vivent quelque 23 millions d'habitants et qui est devenue l'épicentre de la pandémie dans ce pays d'Amérique latine.

Toutes les actualités

Seulement 4% des recherches Covid sont pertinentes pour l'Afrique

Des volontaires attendent dans un centre d'essai de vaccins près de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 30 novembre 2020.

Seuls 4% des recherches scientifiques publiées sur le Covid-19 sont pertinentes pour l'Afrique, alors que le continent comprend près d'un cinquième de l'humanité, selon une étude publiée mardi.

Avec près de quatre millions de cas confirmés à travers le continent, les auteurs de l'étude ont déclaré que le manque relatif de recherches sur l'Afrique ou rédigées par des Africains s'ajoutait aux «preuves de colonialité dans la recherche et la prise de décision en santé mondiale».

Les chercheurs ont analysé plus de 2.000 articles évalués et publiés dans les 10 principales revues médicales entre le 1er janvier et le 30 septembre 2020.

L'analyse a révélé que 94 articles seulement sur 2.196 articles étudiés - environ 4% - comprenaient du contenu lié à l'Afrique ou à un pays africain spécifique.

Dans les articles relatifs à l'Afrique, seuls 210 auteurs sur 619 ont cité des auteurs africains, soit 34%.

Cela signifie que les deux tiers des auteurs de la recherche Covid-19 liée au continent n'étaient pas africains, contre des auteurs africains représentant 3% des auteurs de recherches non axées sur l'Afrique.

L'Afrique abrite 17 pour cent de la population mondiale.

Les auteurs de l'analyse, publiée dans la revue en ligne BMJ Global Health, ont déclaré que les résultats n'étaient pas surprenants étant donné la façon dont les auteurs africains ont été historiquement sous-représentés dans la recherche scientifique.

«La politique de santé n'est pas seulement éclairée par des recherches originales; des directives, des opinions et des commentaires sensés et adaptés au contexte sont également essentiels pour améliorer le fonctionnement des systèmes de santé», ont-ils écrit.

«Cela est particulièrement vrai en période de forte augmentation, lorsque la recherche originale peut être difficile à produire dans des régions à faibles ressources, comme en Afrique.

«Les voix et la recherche africaines sont nécessaires pour guider la riposte locale à la pandémie», ont-ils conclu.

Les auteurs ont appelé les gouvernements à augmenter le financement de la recherche, en particulier sur les maladies infectieuses, et ont déclaré que les revues scientifiques avaient un rôle à jouer pour garantir que leurs études soient plus représentatives de la population mondiale.

«Le moment est venu pour les revues faisant autorité de se tourner vers les auteurs et de se demander où se trouve la représentation locale quant aux articles décrivant les systèmes de santé dans des régions qui ne sont pas les leur», ont-ils écrit.

Une analyse distincte a renforcé les résultats, en examinant la recherche liée aux chercheurs ou institutions africains entre novembre 2019 et août 2020.

Elle a constaté que les pays africains ont produit 3% de la part mondiale des publications de Covid-19 au cours de cette période.

Près des deux tiers d'entre elles provenaient de trois pays seulement: l'Afrique du Sud, l'Égypte et le Nigeria.

A cause du covid, les Kenyans préfèrent le vélo au transport en commun

A cause du covid, les Kenyans préfèrent le vélo au transport en commun
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

Des étudiants construisent un robot pour s’occuper des patients du Covid-19

Des étudiants construisent un robot pour s’occuper des patients du Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

Début de la vaccination anti-covid en Afrique du Sud

Début de la vaccination anti-covid en Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Suspension des cours à Sao Tomé pour contenir la propagation du covid

Des élèves de São Tomé et Príncipe lors d'un cours.

Les autorités reconnaissent que la gestion de la pandémie doit être améliorée face à l'accroissement des cas de Covid-19 au cours des deux derniers mois.

A São Tomé et Príncipe, le gouvernement a décidé de suspendre les cours à tous les niveaux de l'enseignement du 1er au 16 mars dans le cadre des nouvelles mesures visant à contenir la montée en flèche des cas de Covid-19 dans le pays.

Les experts de la santé accusent l'exécutif de mauvaise gestion face à la pandémie.

D'avril au 31 décembre 2020, l'archipel a accumulé environ un millier de cas d'infection de Covid-19 et 17 décès, tandis qu'en janvier et février de cette année seulement, près de 800 nouveaux cas ont été enregistrés (soit 1786 cas au total), le nombre total de décès est passé à 28.

Les spécialistes du monde de la santé disent que les chiffres sont inquiétants et critiquent la manière dont les autorités gèrent la pandémie.

« Je ne comprends pas cette situation de marasme que nous ne cessons de renouveler. Les gens ne respectent pas les mesures et le gouvernement ne réagit pas », déplore Óscar Baía.

De son côté, Ana Maria Costa, médecin et spécialiste de la santé, affirme que pour des raisons politiques, les avis des quelques experts qui existent dans le pays sont négligés.

« Vous ne pouvez pas traiter une pandémie en mettant de côté les personnes qui la comprennent le plus. À ce jour, nous n'avons toujours aucune idée de l'ampleur de la pandémie à São Tomé et Príncipe », déclare Costa.

Face aux critiques sur le traitement des patients et le manque de moyens dans les hôpitaux, le Premier ministre Jorge Bom Jesus a visité l'hôpital de campagne et le centre hospitalier Dr. Ayres de Menezes.

« Il existe plusieurs contraintes liées au manque d'oxygène et au manque d'eau. Nous devons améliorer la gestion de la pandémie », a conclu le chef du gouvernement à l'issue de la visite.

Pour l'instant, l'exécutif a adopté des mesures plus restrictives pour contenir l'augmentation des cas de Covid-19, y compris la suspension des cours à tous les niveaux de l'enseignement.

Le risque d'une "génération perdue" plane sur les pays pauvres, avertit l'Unesco
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:11:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG