Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Le vice-président ivoirien annonce sa démission

Daniel Kablan Duncan au Forum économique mondial (WEF) à Davos, en Suisse, le 21 janvier 2016. REUTERS/Ruben Sprich

Le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan a démissionné de son poste, a annoncé lundi le secrétaire général de la présidence Patrick Achi.

M. Duncan, 77 ans, a annoncé son départ "pour des raisons de convenance personnelle" depuis février.

Au cours des mois suivants, il a eu plusieurs conversations avec le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara, sans succès.

"Le président a pris acte et procédé le 8 juillet à la signature d'un décret mettant fin aux fonctions de M. Kablan Duncan", affirme un communiqué lu par Patrick Achi.

Le Président Ouattara a rendu hommage à son ancien vice-président pour les services rendus à l'Etat ivoirien.

Ancien ministre d'État, ministre des Affaires étrangères, Premier ministre, chef du gouvernement, M. Duncan devient vice-président de la République de Côte d'Ivoire en 2017.

Toutes les actualités

Le Cojep a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition

Le Cojep a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Le parti de Blé Goudé se retire d'une coalition de l'opposition ivoirienne

Le parti de Blé Goudé se retire d'une coalition de l'opposition ivoirienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le Cojep quitte une coalition de l'opposition ivoirienne

Charles Blé Goudé (à g.), ancien ministre et ex-chef des Jeunes Patriotes.

En Côte d’Ivoire, le parti de l'ancien chef des Jeunes patriotes Charles Blé Goudé a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition, dénonçant "des guerres de positionnement".

Le Cojep, Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples, "suspend sa participation aux activités liées aux élections législatives avec les plateformes de l'opposition", a écrit Patrice Saraka, secrétaire général du parti.

Pour le Cojep, ces élections doivent être vues comme "une opportunité pour renforcer la cohésion et l'unité de l'opposition", mais ont "malheureusement mis au grand jour les appétits et autres guerres de positionnement entre des entités pourtant supposées être des partenaires".

Les deux principaux partis d'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire de l'ancien président Henri Konan Bédié, et le Front populaire ivoirien de l'ex-président Laurent Gbagbo, ont annoncé début janvier avec leurs alliés leur participation au scrutin du 6 mars. Mi-janvier, le parti de l'ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a lui annoncé son boycott des législatives.

Charles Blé Goudé s'était exilé de la Côte d'Ivoire après la crise post-électorale de 2010-11. Il avait été arrêté en 2013 au Ghana puis transféré à la CPI en 2014, pour être jugé aux côtés de Laurent Gbagbo. Les deux hommes ont été acquittés en janvier 2019 mais doivent attendre la décision sur un éventuel procès en appel, en liberté conditionnelle.

Charles Blé Goudé était un des membres les plus controversés du clan Gbagbo, surnommé le "général des rues" pour sa capacité à mobiliser ses partisans.

Ses détracteurs le considèrent comme un de ceux qui ont contribué aux violences pendant la crise post-électorale de 2010-11.

Il a indiqué à plusieurs reprises nourrir des ambitions pour la présidentielle de 2025.

Trois Casques bleus ivoiriens tués dans la région de Tombouctou

Trois Casques bleus ivoiriens tués dans la région de Tombouctou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Trois Casques bleus ivoiriens tués dans une attaque au Mali

Des militaires inspectent les lieux d'une attaque à Sokoura, au Mali.

Trois Casques bleus ivoiriens de la Mission de l'Onu au Mali (Minusma) ont été tués mercredi dans dans une attaque jihadiste contre leur convoi, a indiqué un responsable de la Minusma sous le couvert de l'anonymat.

L'information a été confirmée par un responsable des services de sécurité maliens.

Le porte-parole de l'Onu, Stéphane Dujarric, avait auparavant fait état à New York d'un mort et de sept blessés dans la même attaque contre leur convoi dans la région de Tombouctou (Nord-Ouest).

Fin novembre, des camps des forces étrangères et maliennes ont été attaqués à l'arme lourde dans trois localités du nord du Mali, sans faire de victimes.

Il s'agisssait des positions militaires à Ménaka, Gao et Kidal.

Des obus et des roquettes ont causé des dégâts matériels, notamment dans le camp de la Minusma à Kidal.

Voir plus

XS
SM
MD
LG