Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Les experts de l'OMS enfin sur le terrain à Wuhan

Des experts de l'Organisation mondiale de la santé quittent leur hôtel de quarantaine dans un bus à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine centrale, le jeudi 28 janvier 2021.

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont enfin entamé vendredi à Wuhan (centre de la Chine) leur enquête de terrain sur l'origine du coronavirus, qui doit les mener notamment sur des sites sensibles.


Sortis jeudi de 14 jours de quarantaine, les membres de l'équipe ont discuté dans la matinée avec des scientifiques chinois avant de quitter leur hôtel pour se rendre dans un hôpital de cette ville où l'épidémie a débuté fin 2019.

L'OMS a confirmé jeudi que les enquêteurs iraient bien au désormais célèbre Institut de virologie de Wuhan -- équipé de laboratoires P3 et P4 de haute sécurité -- qui manipulait notamment des coronavirus.

Dès le début de la pandémie, l'établissement a fait l'objet d'hypothèses, reprises par l'administration de l'ex-président américain Donald Trump, selon lesquelles le virus aurait pu s'en échapper avant de contaminer la planète.

Une théorie qui ne s'appuie pour l'instant sur rien de tangible.

La dizaine d'experts se rendront également au marché Huanan, premier foyer où l'épidémie de Covid-19 s'est manifestée et où étaient notamment vendus vivants des animaux sauvages. Il est fermé depuis plus d'un an.

"L'équipe prévoit de visiter des hôpitaux, laboratoires et marchés", a par ailleurs souligné l'OMS sur Twitter. "Ils s'entretiendront avec les premiers intervenants (contre la maladie) et certains des premiers malades du Covid-19".

L'emploi du temps précis des experts reste toutefois opaque. Leurs tweets et ceux de l'OMS constituent les principales sources d'information, la Chine étant quasi-muette sur cette visite, ultra-sensible politiquement pour elle.

La vie suit son cours à Wuhan, un jour avant l'arrivée de l'équipe de l'OMS
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Toutes les actualités

Les "tentes à câlins" pour faire revivre la chaleur humaine comme avant la pandémie

Les "tentes à câlins" pour faire revivre la chaleur humaine comme avant la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Le Kenya lance sa campagne de vaccination

Le personnel médical du dépôt national de vaccins de Nairobi, où le premier lot de vaccins COVID-19 du pays est conservé dans une chambre froide, contrôle les vaccins dans une chambre froide à Nairobi le 4 mars 2021.

Le Kenya a lancé vendredi sa campagne de vaccination contre le coronavirus, avec une première phase ciblant les personnels médicaux, alors que de premiers lots de vaccins sont également déployés dans plusieurs autres pays d'Afrique de l'Est.

Au Kenya, le directeur général du ministère de la Santé, Patrick Amoth, a été le premier à recevoir le vaccin à l'hôpital national Kenyatta dans la capitale Nairobi.

"Je suis très content d'avoir reçu le vaccin et j'exhorte les autres agents de santé à ne pas avoir peur. Le vaccin est sûr", a-t-il déclaré.

Les personnels de l'unité de soins intensifs de l'établissement ainsi que des internes en médecine ont suivi.

Le Rwanda a également pleinement lancé vendredi sa campagne de vaccination, après le déploiement d'un premier millier de doses du vaccin Moderna en février à destination d'agents de santé.

Le Rwanda, premier pays africain à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Kenya a reçu mercredi un peu plus d'un million de doses du vaccin Oxford-AstraZeneca, fabriquées par le Serum Institute of India, dans le cadre de l'initiative Covax, créé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour permettre aux pays les plus démunis d'avoir accès aux vaccins.

"C'est un moment passionnant pour notre nation. Nous combattions la pandémie avec des balles en caoutchouc mais ce que nous avons acquis aujourd'hui équivaut, métaphoriquement parlant, à des bazookas et des mitrailleuses dans la lutte contre la pandémie", avait déclaré le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe, lors de la réception des vaccins mercredi.

La première phase de vaccination, qui durera jusqu'à juin, vise d'abord quelque 400.000 agents de santé, qui seront suivis d'autres fonctionnaires considérés comme prioritaires, tels les policiers et les enseignants.

De juillet à juin 2022, la campagne ciblera les personnes à haut risque de décès ou de maladie, avant une phase finale, prévue jusqu'à juillet 2023, qui ouvrira la vaccination au reste de la population.

Le Sénégal reçoit les premières doses du vaccin Covid-19 du programme Covax
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Kenya a enregistré 107.000 cas et 1.870 décès dus au coronavirus.

Egalement dans le cadre de l'initiative Covax, le Rwanda est devenu mercredi le premier pays africain à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, avec environ 100.000 doses livrées. Le pays a également reçu 240.000 doses du vaccin AstraZeneca.

Le Rwanda, qui compte 12 millions d'habitants, prévoit de vacciner 30% de sa population cette année et 60% d'ici fin 2022.

L'Ouganda attend, lui, attend sa première livraison de vaccins vendredi et commencera à les distribuer le 10 mars.

Les pays d'Afrique de l'Est ont été parmi les premiers du continent à mettre en œuvre des confinements stricts en mars 2020 pour contenir la pandémie. Ces trois pays sont toujours soumis à un couvre-feu nocturne.

USA: moins de 40.000 cas de Covid en 24H, une première depuis octobre

Test de dépistage du coronavirus (COVID-19) à Denver, Colorado, États-Unis, le 20 juin 2020.

Pour la première fois en cinq mois, les Etats-Unis ont recensé jeudi moins de 40.000 cas de Covid-19 en 24H, selon les données de l'université Johns Hopkins, qui font référence.

Après un pic de près de 300.000 cas en 24 heures enregistré le 8 janvier, le nombre d'infections quotidiennes a retrouvé son niveau d'avant Halloween, Thanksgiving et les autres fêtes de fin d'années, synonymes de nombreux déplacements à travers le pays et d'une propagation accrue du virus.

Autre signe encourageant dans le pays le plus touché par la pandémie en valeur absolue: les moyennes hebdomadaires des morts et des hospitalisations sont elles aussi nettement en baisse.

La campagne de vaccination lancée en décembre aux Etats-Unis bat désormais son plein, avec trois vaccins autorisés: ceux de l'alliance Pfizer/BioNTech, de Moderna, et depuis quelques jours, de Johnson & Johnson, dont les premières injections ont commencé mardi.

Et le nombre de personnes vaccinées s'apprête à dépasser celui des cas recensés dans le pays depuis le début de la pandémie.

Face à la concurrence de bonnes nouvelles, les Etats américains lèvent les uns après les autres les restrictions mises en place pour freiner la propagation du Covid-19, qui dépendent majoritairement des autorités locales aux Etats-Unis.

Ces annonces ont consterné le président américain Joe Biden, qui les juge trop prématurées. Il s'agit d'une "grande erreur", a-t-il dénoncé, emboîtant le pas des principaux responsables sanitaires fédéraux.

Santé avec Houmfa: la vaccination covid en Afrique

Santé avec Houmfa: la vaccination covid en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

Deux États lèvent les mesures anti-Covid, "raisonnement préhistorique" selon Biden

"Masque facial exigé" lit-on à l'entrée d'un centre commercial.

Le président américain Joe Biden n’a pas aimé la décision de deux Etats du Sud, le Texas et le Mississippi, de lever les restrictions anti-Covid, notamment de port du masque, les qualifiant de "raisonnement préhistorique" qui menaçait les progrès faits contre le virus.

"La dernière chose dont nous avons besoin est d'un raisonnement préhistorique qui affirme que tout va bien actuellement, retirez vos masques, oubliez-tout ça. Cela reste important", a-t-il déclaré à la presse dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

Au moment où la campagne de vaccination prend de l'ampleur, avec notamment l’arrivée d’un troisième vaccin, celui de Johnson & Johnson, le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, a annoncé mardi la fin du port du masque obligatoire et la réouverture de tous les commerces dès la semaine prochaine.

Il est temps de rouvrir "à 100%", a-t-il dit, estimant que le deuxième Etat le plus peuplé du pays avait désormais "les moyens de protéger" sa population.

Le Mississippi lui a emboité le pas dès le lendemain : "Il est temps!", a tweeté le gouverneur Tate Reeves.

Plusieurs grandes compagnies ont néanmoins indiqué qu’elles allaient continuer à imposer le port du masque dans l'enceinte de leurs bâtiments.

De leur côté, les autorités sanitaires fédérales ont demandé mercredi aux Américains de continuer à suivre les mesures permettant de réduire la transmission du Covid-19.

"Ce n'est pas le moment de lever toutes les restrictions", a déploré lors d'une conférence de presse Rochelle Walensky, la directrice des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies.

"Chaque individu a le pouvoir de faire la bonne chose malgré ce que les Etats décident", a-t-elle appelé, encourageant la population "à continuer à porter un masque, à respecter la distanciation sociale".

Le Texas compte à ce jour 2,3 millions de cas confirmés de coronavirus (dont plus de 43 560 décès), selon le département de la santé de l'État.

Pour sa part, le Mississippi a un peu plus de 296 000 cas et 6 700 morts.

Voir plus

XS
SM
MD
LG