Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Campus Faso connait des difficultés


Des étudiants en difficulté d'inscription sur CampusFaso, à Ouagadougou, le 14 octobre 2018. (VOA/Issa Napon)

Cette innovation majeure sensée faciliter l’inscription et l’orientation en ligne des nouveaux bacheliers rencontre des obstacles inattendus. A quelques heures de la clôture des inscriptions prévue le 17 octobre, quelque 7.000 étudiants étaient encore à la peine pour s’inscrire.

Tatiana est une nouvelle bachelière burkinabè. Elle a choisi l’anglais comme filière à l’université de Ouagadougou. Mais sa volonté de s’inscrire au plus vite sur la plateforme en ligne connaît un coup d’arrêt dans le processus, constate-t-elle avec amertume.

"C’est un peu confus avec la connexion actuellement", raconte Tatiana. "S'ils avaient dit ça avant qu’on ne compose les examens, là ou pouvait se préparer psychologiquement".

Tatiana fait ainsi partie des milliers d’étudiants qui n’ont pas eu la chance de voir leurs efforts sur la plateforme couronnés de succès.

André, un étudiant, à Ouagadougou, le 14 octobre 2018. (VOA/Issa Napon)
André, un étudiant, à Ouagadougou, le 14 octobre 2018. (VOA/Issa Napon)

La faute à la qualité d’Internet, mais pas seulement, soutien André un autre bachelier rencontré devant les services d’orientations de l’université Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo.

"Rien que pour pouvoir créer le compte, c’est bloqué", explique André. "J’ai tenté plusieurs fois, je n’ai pas pu résoudre le problème. J’étais là hier et je suis revenu encore aujourd’hui pour voir, malheureusement les bureaux sont fermés".

Au niveau de la section spéciale en charge de l’administration de la plateforme d’inscription CampusFaso, on est conscient de ces difficultés qui entachent la bonne marche de ce nouvel outil d’inscription et d’orientation reconnaît Brahima Konaté, responsable de la plateforme CampusFaso.

Brahima Konaté, responsable plateforme CampusFaso, à Ouagadougou, le 14 octobre 2018. (VOA/Issa Napon)
Brahima Konaté, responsable plateforme CampusFaso, à Ouagadougou, le 14 octobre 2018. (VOA/Issa Napon)

"Il faut dire que les difficultés majeures qui nous parviennent actuellement, c’est surtout ceux qui ne se rappellent plus de leur mot de passe ou de ceux qui ne se rappellent pas de leur mot de passe Gmail tout simplement parce qu'ils ont demandé les services d’une tierce personne qui a utilisé son compte personnel pour créer plusieurs comptes pour les étudiants en question", souligne-t-il.

"36.665 ont pu générer leurs dossiers, qui ont pu être identifiés. De toute façon, on va faire le point au niveau de la directrice générale de l’enseignement supérieur, ils vont voir quelle est la solution qu’il faut mettre en place".

Face à ces soucis, les étudiants avancent des propositions.

"Je suggère qu’ils reprennent l’ancienne méthode, ils n’ont qu’à recevoir les dossiers comme l’année passée, comme ça, ça va nous arranger", suggeste une étudiante.

"J’aimerais d’abord qu’on prolonge la date afin que ceux qui n’ont pas pu, qu’ils puissent se conformer. Et deuxièmement, j’aimerais bien que hormis ça, qu’il y ait des informations, avec qui on peut prendre contact facilement, on l’appelle et on lui explique le problème pour qu’il puisse résoudre parce que vraiment, c’est compliqué", demande un étudiant.

La balle est désormais dans le camp des autorités de l’enseignement qui pourront analyser et prendre les mesures nécessaires afin de satisfaire et absorber l’ensemble des bacheliers de l’année 2018.

Voir les commentaires (5)

Ce forum a été clos.
XS
SM
MD
LG