Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Retour d'exil de l'Ivoirien Toussaint Alain, ex-conseiller de Gbagbo

Toussaint Alain, ex-conseiller de Laurent Gbagbo, Washington, le 22 août 2017.

Toussaint Alain, un conseiller de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a annoncé mercredi qu'il était rentré mercredi d'exil à Abidjan pour participer à "l’œuvre de réconciliation nationale".

"J'ai regagné la Côte d'Ivoire ce mercredi 7 août après huit années loin de ma terre natale", a écrit l'ancien responsable de la communication du couple Gbagbo, dans une lettre dont l'AFP a obtenu une copie.

"Je reviens (...) animé d'un désir sincère de réconciliation et de paix. Seul le compromis permet de régler les situations conflictuelles", a-t-il ajouté, remerciant "les autorités qui ont favorisé son retour".

M. Gbagbo, 74 ans, acquitté de crimes contre l'humanité, en première instance, attend en Belgique une décision de la Cour pénale internationale sur un éventuel appel.

Toussaint Alain, journaliste de profession, était surnommé le "répondeur automatique" du régime Gbagbo (2000-2010) pour sa propension à répondre coup par coup aux propos de l'opposition.

Son retour intervient au lendemain d'une déclaration d'Amnesty international, appelant les autorités en Côte d'Ivoire "à mettre un terme aux attaques persistantes contre les militants de la société civile et les membres de l'opposition".

L'ONG a notamment dénoncé "la répression qui vise les voix dissidentes, dont le cybermilitant Soro Tangboho, alias Carton Noir". Sa condamnation à un an de prison a été alourdie et fixée à deux ans à l'issue de son procès en appel.

"Les menaces croissantes qui pèsent sur les militants et les opposants pacifiques en cette période de tensions politiques risquent de faire basculer le pays dans l'instabilité à l'approche des élections de l'an prochain", a déclaré Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice régionale pour l'Afrique occidentale et centrale à Amnesty International.

Une élection présidentielle doit se tenir en octobre 2020 en Côte d'Ivoire. Le président Alassane Ouattara, 77 ans, au pouvoir depuis 2010, maintient le suspense sur une nouvelle candidature.

En 2010, la contestation des résultats de l'élection avait débouché sur une crise majeure, qui avait fait 3.000 morts, après le refus du président Laurent Gbagbo d'admettre sa défaite face à l'actuel chef de l'Etat.

Toutes les actualités

Vives réactions à Abidjan suite à l'appel de la CPI concernant le verdict de Laurent Gbagbo

Vives réactions à Abidjan suite à l'appel de la CPI concernant le verdict de Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Afrotech : développement de la télémédecine en Côte d'Ivoire

Afrotech : développement de la télémédecine en Côte d'Ivoire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:28 0:00

Maître Altit réagit à l'appel contre l'acquittement de Laurent Gbagbo

Maître Altit réagit à l'appel contre l'acquittement de Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

CPI/ Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Fatou Bensouda fait appel

CPI/ Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Fatou Bensouda fait appel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Les pro-Gbagbo dénoncent un "acharnement" après l'appel de la CPI

Laurent Gbagbo attend le début de son procès devant la CPI à La Haye, le 28 janvier 2016.

Pascal Affi N'Guessan, président d'une tendance du Front populaire ivoirien (FPI), a dénoncé lundi "l'acharnement" à l'encontre de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, après l'annonce d'un appel de la procureure de la Cour pénale internationale contre son acquittement en première instance.

"C'est du dilatoire juridique et de l'acharnement politique pour maintenir le plus longtemps possible loin de leur pays Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, et les empêcher de prendre part à la vie politique de la Côte d'Ivoire", a déclaré à l'AFP M. Affi N'Guessan.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a fait appel lundi contre l'acquittement de crimes contre l'humanité prononcé en janvier en faveur de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, l'ex-chef du mouvement pro-Gbagbo des Jeunes Patriotes.

Ancien Premier ministre de M. Gbagbo, qui a fondé le FPI, Pascal Affi N'Guessan en revendique la présidence en son absence. Mais il est contesté par la tendance "légitimiste" du parti qui ne reconnaît que Laurent Gbagbo.

Georges Armand Ouegnin, président d'Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), coalition pro-Gbgabo qui regroupe des partis politiques d'opposition et des associations de la société civile, a lui aussi fait part de sa "déception" et dénoncé un "acharnement", après l'annonce de l'appel de la CPI.

"Je suis profondément déçu, mais je garde espoir". "J'ai confiance en la justice, même s'il y a un acharnement judiciaire", a déclaré à l'AFP M. Ouegnin. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé "sont innocents". "C'est important qu'ils reviennent en Côte d'Ivoire pour la réconciliation nationale".

Les deux hommes ont été reconnus non coupables de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales qui avaient fait 3.000 morts en Côte d'Ivoire, et libérés sous conditions. Dans l'attente de la suite du procès, M. Gbagbo réside à Bruxelles, et M. Blé Goudé aux Pays-Bas.

Voir plus

XS
SM
MD
LG