Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Laurent Gbagbo arrivera à Abidjan le 17 juin par un vol commercial

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo après une rencontre avec le chef de l'Union africaine et le président malawien Bingu wa Mutharika au palais présidentiel à Abidjan, le 25 janvier 2011.

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo arrivera le 17 juin à Abidjan par un vol commercial en provenance de Bruxelles, où il réside depuis son acquittement fin mars de crimes contre l'humanité par la justice internationale, a annoncé mercredi son porte-parole.

"Le président Laurent Gbagbo est attendu le 17 juin à Abidjan, il arrive par un vol de la compagnie (Brussels Airlines) à 14H00" locales et GMT, a déclaré le porte-parole, Justin Katinan Koné, lors d'une conférence de presse.

Absent depuis dix ans de Côte d'Ivoire, M. Gbagbo "vient pour la paix et son souhait est que tout se passe dans la paix" à l'occasion de son retour, a affirmé M. Katinan.

Selon lui, l'ex-président ivoirien arrive porteur "d'un message très important de réconciliation attendu par le peuple et dont l'objectif est de ressouder au maximum les liens cassés".

"Les préparatifs vont bon train" et "le gouvernement ne nous a exprimé aucune restriction, nous travaillons selon le format que nous nous sommes fixés, à savoir un accueil populaire", a-t-il souligné.

Dans la soirée, M. Gbagbo a dénoncé "l'arrachage nocturne des affiches commandées par (ses) sympathisants (...) et qui visaient à informer les populations de son retour dans son pays", selon un communiqué publié par son avocate Habiba Touré.

"Le Président Laurent Gbagbo appelle les Ivoiriens à l’apaisement, et leur demande d’aller au delà d’un simple problème d’affichages. Il estime que le chantier de la réconciliation est bien plus important que cela. (...) Il rappelle qu’il entend bien rentrer dans son pays le 17 juin 2021, et cela dans la paix et la sérénité", écrit Me Habiba Touré.

La décision du président Alassane Ouattara d'autoriser Laurent Gbagbo à rentrer dans son pays en lui accordant les avantages dus à son rang d'ancien chef de l'Etat, a été prise après son acquittement le 31 mars par la Cour pénale internationale (CPI), qui le jugeait pour crimes contre l'humanité.

Des négociations sur les conditions de ce retour après dix ans d'absence ont eu lieu ces dernières semaines entre le parti de M. Gbagbo et le gouvernement qui veut éviter tout débordement au moment de l'accueil que souhaitent lui réserver à Abidjan ses partisans.

M. Gbagbo avait été arrêté en avril 2011 après plusieurs mois de crise post-électorale, provoquée par son refus de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. La crise née de ce refus a fait quelque 3.000 morts.

C'est pour ces violences que M. Gbagbo avait d'abord été détenu dans le nord de la Côte d'Ivoire, puis transféré fin 2011 à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, qui l'a définitivement acquitté en appel le 31 mars.

Toutes les actualités

Les Ivoiriens réagissent aux mesures annoncées par Ouattara

Les Ivoiriens réagissent aux mesures annoncées par Ouattara
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Ouattara rencontre Thiam, ex ministre et banquier international de retour au pays

Tidjane Thiam, âgé de 60 ans, était rentré dans son pays où il a notamment été jeune ministre du Plan du président Henri Konan Bédié en 1998.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a rencontré lundi à Abidjan Tidjane Thiam, un ancien ministre et banquier international, le jour de son retour au pays après 22 ans d'absence, a appris l'AFP dans l'entourage de M. Thiam.

Arrivé en fin de matinée, M. Thiam, ex-directeur général du Crédit Suisse a dans la foulée été "reçu par le président Ouattara" avant de rejoindre son fief familial de Yamoussoukro, capitale politique du pays, a déclaré à l'AFP Abdel Aziz Thiam, son frère aîné.

Après de brillantes études à Paris au début des années 90, Tidjane Thiam, âgé de 60 ans, était rentré dans son pays où il a notamment été jeune ministre du Plan du président Henri Konan Bédié en 1998, jusqu'au coup d'Etat du général Robert Guei qui a renversé M. Bédié le 24 décembre 1999.

M. Thiam, qui possède la double nationalité française et ivoirienne, a alors quitté la Côte d'Ivoire, où il n'était plus revenu depuis.

En Europe, il a occupé plusieurs postes prestigieux à la tête de grandes entreprises, dont le groupe d'assurances Prudential et la banque Crédit Suisse. Il a démissionné de la banque février 2020 après que celle-ci a été éclaboussée par un scandale lié à des filatures d'anciens employés.

M. Thiam a toujours continué à s'intéresser à la vie politique dans son pays de naissance, certains lui prêtant même l'intention d'être candidat à la prochaine présidentielle de 2025, ce qu'il n'a ni démenti, ni confirmé.

"Reposez-moi la question en 2025", avait-il répondu en décembre 2021 à un journaliste de RFI qui l'interrogeait à ce sujet.

Lors de la présidentielle d'octobre 2020, il avait apporté son soutien à l'opposition face à Alassane Ouattara, qui briguait un nouveau mandat après dix ans au pouvoir. Un nouveau mandat jugé inconstitutionnel par ses opposants et suivi de manifestations qui avaient fait une centaine de morts.

Dans un communiqué publié lundi avant son arrivée à Abidjan, le porte-parole de M. Thiam avait indiqué qu'à son agenda était prévu "principalement des activités de nature familiale et privée, avec en outre, quelques rencontres avec des personnalités".

Alassane Ouattara gracie l'ex-président ivoirien Gbagbo

Le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara et son prédécesseurs Laurent Gbagbo

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé samedi avoir accordé sa grâce à son prédécesseur et ancien rival Laurent Gbagbo, sous le coup d'une peine de 20 ans de prison dans son pays à la suite de la crise post-électorale de 2010-2011.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé samedi avoir accordé sa grâce à son prédécesseur et ancien rival Laurent Gbagbo, sous le coup d'une peine de 20 ans de prison dans son pays à la suite de la crise post-électorale de 2010-2011.

"Dans le souci de renforcer la cohésion sociale, j'ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo", a déclaré M. Ouattara dans un discours à l'occasion du 62e anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire.

Le chef de l'Etat a également annoncé avoir demandé "qu'il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de ses rentes viagères".

Il a a en outre annoncé avoir signé un décret accordant "la libération conditionnelle" à deux anciennes figures de l'appareil militaire et sécuritaire du régime de Laurent Gbagbo, condamnées pour leur rôle dans la crise de 2010-2011.

Il s'agit du contre-amiral Vagba Faussignaux, ex-patron de la Marine, et du commandant Jean-Noël Abéhi, ancien chef de l'escadron blindé de la gendarmerie du camp d'Agban, à Abidjan.

Bédié, Gbagbo et Ouattara se sont rencontrés pour une "décrispation" du climat politique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Laurent Gbagbo, 77 ans, définitivement acquitté en mars 2021 de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye où il avait été transféré fin 2011, est rentré dans son pays en juin 2021.

Sans jamais avoir été inquiété depuis son retour, il restait néanmoins sous le coup en Côte d'Ivoire d'une condamnation à 20 ans de prison pour "le braquage" de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) pendant la crise de 2010-2011.

La crise était née du refus de M. Gbagbo de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara à la présidentielle de fin 2010 qui avait entraîné des violences ayant fait quelque 3.000 morts jusqu'à l'arrestation de Laurent Gbagbo à Abidjan en avril 2011.

En octobre 2021, Laurent Gbagbo a lancé le Parti des peuples africains - Côte d'Ivoire (PPA-CI), une nouvelle formation politique panafricaniste de gauche, assurant vouloir continuer la politique jusqu'à sa mort.

Militaires ivoiriens détenus au Mali: les autorités ivoiriennes rassurent les familles

Militaires ivoiriens détenus au Mali: les autorités ivoiriennes rassurent les familles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Les familles des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali ont été reçus mercredi par le ministre ivoirien de la Défense, Téné Birahima Ouattara. Il a rassuré les familles concernées que les soldats ivoiriens vont bien et sont en terre malienne dans un cadre légal, même si Bamako réfute cet argument.

Militaires ivoiriens arrêtés à Bamako: Abidjan dit privilégier le dialogue

Militaires ivoiriens arrêtés à Bamako: Abidjan dit privilégier le dialogue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG