Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burkina : le gouvernement admet « des ressentiments » au sein de l’armée


Des soldats burkinabè pendant une parade militaire, à Ouagadougou, le 4 janvier 2017.

Des tirs sporadiques ont été entendus peu après minuit jeudi nuit au sein du camp Guillaume Ouédraogo, au cœur de la capitale Ouagadougou.

Les autorités burkinabè ont reconnu vendredi après-midi qu’il y avait un malaise au sein de l’armée après des tirs sporadiques entendus dans la nuit de jeudi à vendredi dans le camp guillaume, une base militaire située au cœur de la capitale.

Des tirs sporadiques ont été entendus peu après minuit au sein du camp Guillaume Ouédraogo, au cœur de la capitale Ouagadougou. Après des heures de silence, le gouvernement a reconnu dans l’après-midi de vendredi l’existence de ces tirs. Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement, Remis Dandjinou, a affirmé que "l’état-major général des forces armées s’est rendu au Camp Guillaume et a obtenu le retour du calme".

"Il ressort des échanges que cette situation est l’expression d’un ressentiment par rapport à l’attaque de Koutougou", a reconnu le ministre. Vendredi à la mi-journée, plusieurs commerces étaient fermés dans le centre-ville.

24 militaires ont été tués lundi à Koutougou, dans le Nord au cours d'une attaque attribuée à des groupes islamistes, la plus meurtrière jamais perpétrée contre l'armée. Selon des informations de VOA Afrique, les soldats reprochent à leur hiérarchie la mauvaise gestion de cette crise et de la lutte contre le terrorisme. Jeudi, le président Roch Marc Christian Kaboré a décrété un deuil national de trois jours pour rendre hommage aux soldats tués à Koutougou.

XS
SM
MD
LG