Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Fernando Haddad, le plan B de Lula pour la présidentielle

Le maire de Sao Paulo, Fernando Haddad, du Parti des travailleurs, salue les partisans à Sao Paulo, au Brésil, le 30 septembre 2016.

Fernando Haddad est dans une situation à la fois étrange et inconfortable: il doit être la "voix" de son mentor Lula, qui tente de gagner l'élection présidentielle brésilienne depuis sa prison, mais pourrait finalement le remplacer en haut de l'affiche.

Pour le moment, l'ancien maire de Sao Paulo est officiellement candidat à la vice-présidence du Brésil sur le ticket de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010).

Lula, qui purge depuis avril une peine de 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment d'argent, rêve de briguer un troisième mandat mais sa candidature sera vraisemblablement invalidée par la justice électorale.

Mais l'icône de la gauche n'a rien perdu de son charisme et les sondages le placent largement en tête des intentions de vote pour le scrutin du 7 octobre, avec plus de 30% des voix.

Le Parti des Travailleurs (PT, gauche), qui a confirmé officiellement la candidature de Lula le 4 août, se défend de préparer un plan B, mais le choix de Fernando Haddad, 55 ans, pour composer le ticket, est un signe fort.

Aussi étrange que cela puisse paraître, si Lula est finalement autorisé à se présenter, il est peu probable que Haddad garde son statut de candidat à la vice-présidence.

L'ex-maire de Sao Paulo devrait céder sa place sur le ticket à la jeune élue communiste Manuela D'Avila, âgée de seulement 36 ans.

Dans le cas contraire, il hériterait vraisemblablement de la tête d'affiche, avec D'Avila pour colistière.

Selon une expression populaire brésilienne, Lula, qui a quitté le pouvoir avec une popularité record à l'issue de ses deux mandats, est si charismatique qu'il serait capable "de faire élire un lampadaire" rien qu'avec son soutien.

Fernando Haddad s'en amuse, se présentant volontiers comme le "lampadaire" de Lula.

Une photo utilisée pour illustrer de nombreux articles montre Fernando Haddad souriant, portant à son visage un masque en carton à l'effigie du Lula distribué aux militants lors de l'officialisation de la candidature de l'ex-président par le PT.

"Haddad joue ce rôle de candidat à la vice-présidence pour le moment pour être la voix de Lula au quotidien durant la campagne, il est le représentant de Lula", a affirmé mardi la présidente du PT Gleisi Hoffmann dans un entretien au journal Estado de S.Paulo.

Professeur de sciences politiques à l'Université de Sao Paulo, Fernando Haddad a fait pratiquement toute sa carrière politique à l'ombre de Lula, qui l'a nommé ministre de l'éducation en 2005.

Effet Lula

En 2012, ce fils d'immigrés libanais était loin d'être favori pour l'élection municipale de Sao Paulo, la capitale économique du pays, mais son mentor l'a soutenu à bout de bras jusqu'à la victoire finale.

Quatre ans plus tard, cependant, Fernando Haddad a subi une défaite cuisante dès le premier tour quand il briguait sa réélection, n'obtenant que 17% des voix.

À l'époque, le PT avait subi une déconfiture monumentale aux municipales, quelques mois après la destitution controversée de la présidente de Dilma Rousseff, dauphine de Lula (2011-2016), pour maquillage des comptes publics.

Plusieurs membres du PT commençaient également à être rattrapés par les affaires de corruption, y compris Lula lui-même.

Mais la bénédiction de l'icône de la gauche peut toujours faire la différence lors du scrutin à venir.

Dans un sondage récent de l'institut Ipespe, M. Haddad n'est crédité que de 2% d'intentions de vote quand son nom seul figure parmi les candidats possibles.

Mais quand les sondeurs le présentent comme le "candidat soutenu par Lula", son score grimpe à 13%.

Cela lui permettrait d'arriver au second tour, en deuxième position derrière le député d'extrême-droite Jair Bolsonaro, mais devant le candidat de centre-droit Geraldo Alckmin et l'écologiste Marina Silva, crédités de 9% chacun.

Mais pour être considéré comme un candidat crédible, il faudrait encore qu'il ait le temps de véritablement faire campagne.

La défense de Lula a l'intention d'épuiser tous les recours possibles pour lui permettre de se présenter, ce qui devrait donner lieu à un imbroglio politico-juridique pouvant laisser des traces.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'Australie sur le pied de guerre pour faire face aux incendies

La ville de Sydney est enveloppée par une fumée provenant d'incendies dans le nord de la ville, en Australie, le 11 novembre 2019.

Des milliers de pompiers ont été déployés mardi dans l'est de l'Australie pour faire face aux incendies qui devraient s'intensifier en raison d'une combinaison de facteurs: des vents violents, des températures caniculaires et une végétation sèche.

Alors que des dizaines de feux de brousse n'étaient toujours pas maîtrisés, des températures atteignant les 40 degrés, des vents soufflant à 60 km/h sont attendus dans certaines régions de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est).

Les pompiers ont prévenu qu'une vaste région située autour de Sydney était menacée par ces conditions "hors normes".

Depuis vendredi, les incendies sur la côte est de l'Australie ont déjà fait trois morts, détruit plus de 150 habitations et contraint des milliers d'habitants à fuir.

Shane Fitzsimmons, responsable des pompiers de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est), a affirmé que dans les conditions actuelles, "si un incendie se déclare et s'établit ... nous ne l'arrêterons pas".

"Nous avons déjà d'importants incendies sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud. Certains couvrent à eux seuls une superficie de plus de 100.000 hectares, soit un périmètre d'un millier de kilomètres", a-t-il ajouté.

Les vents qui soufflent d'ouest en est et la végétation qui souffre d'une intense sécheresse risquent de propager les feux de brousse en direction des foyers de population vivant sur le littoral.

A titre préventif, environ 600 écoles ont été fermées, ainsi que de nombreux parcs nationaux et, par endroits, les habitants ont été invités à envisager de quitter leurs domiciles.

La police et l'armée apportent un appui logistique aux pompiers qui ont également reçu le soutien aérien de plus de 80 appareils.

"Maintenant, il est temps de réfléchir à partir, partez tôt et allez dans un endroit sûr", a conseillé M. Fitzsimmons.

Le rallye d'Australie, dernière manche du championnat du monde des rallyes de la FIA, qui devait débuter jeudi en Nouvelle-Galles du Sud, a été annulé mardi par les organisateurs.

"Il n'est pas opportun d'organiser le rallye", a déclaré dans un communiqué Andrew Papadopoulos, le président de cet événement, invoquant notamment des raisons de sécurité.

- "Les feux sont partout" -

Dans la petite ville de Taree, au nord de Sydney, des dizaines de personnes ont trouvé refuge dans un parc d'exposition.

Caroline Watson, 59 ans, est arrivée lundi soir avec son époux et leur chien.

"Les feux sont absolument partout ", a-t-elle dit à l'AFP. "Ils ne nous ont pas demandé de partir, mais on s'est dit que ça viendrait."

Dans les Blue Mountains, à l'ouest de Sydney, Alan Gardiner, un pompier de Winmalee, a indiqué que les habitants étaient "terrifiés et à bout de forces".

La ville porte encore les stigmates de l'incendie de 2013 qui avait détruit 200 habitations et la population est parfaitement consciente du fait, qu'en raison du peu d'axes routiers dans cette zone montagneuse, ils doivent envisager de partir avant qu'il ne soit trop tard.

Mais M. Gardiner veut encore croire que "la journée sera très calme. (...) S'il y a un incendie, ce sera catastrophique".

Les autorités ne pensent pas que la ville de Sydney, qui compte plus de quatre millions d'habitants, soit menacée mais elles ont lancé une alerte sanitaire en raison de l'épais nuage de fumée toxique qui recouvre la ville.

La présence de ces nuages de fumée, liés aux incendies de la semaine dernière, a été signalée jusqu'en Nouvelle-Calédonie, à près de 1.500 kilomètres de l'autre côté de la mer.

Sue Johnson, qui vit dans le nord de Sydney, a participé à l'évacuation de chevaux qui se trouvaient dans des zones menacées aux environs de Sydney.

"J'ai emmené deux chevaux au milieu de la nuit", a-t-elle expliqué, avant de préciser qu'elle a coupé la végétation autour de sa maison.

"J'espère que rien de tout cela ne sera nécessaire, a-t-elle souligné, mais les habitants ont "peur, très peur".

De tels incendies se produisent chaque année sur l'immense île-continent pendant le printemps et l'été en Australie. Cette année, elle a été particulièrement précoce et violente. Elle pourrait être l'une des pires qu'ait connue l'Australie.

En Nouvelle-Galles du Sud, un million d'hectares ont déjà brûlé, soit déjà trois fois plus que l'an dernier.

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:01 0:00

Les Américaines dans l’armée de l’air

Les Américaines dans l’armée de l’air
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

L'évolution du rôle des femmes dans l'armée américaine

L'évolution du rôle des femmes dans l'armée américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG