Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Boris Becker affirme détenir un passeport centrafricain authentique


L'ancien joueur de tennis allemand Boris Becker s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse de la Fédération allemande de tennis DTB à Francfort, Allemagne, 23 août 2017.

Le passeport diplomatique que Boris Becker affirme tenir des autorités de la Centrafrique est authentique, a assuré l'ancienne star allemande du tennis, qui, criblé de dettes, revendique un statut diplomatique et l'immunité associée pour échapper à la justice britannique.

"J'ai un vrai passeport. Il était à l'ambassade à Bruxelles, la dernière fois que j'ai vérifié", a déclaré Boris Becker à la BBC.

L'ex numéro un mondial, 50 ans, dit avoir été nommé en avril par le président centrafricain "attaché" auprès de l'Union européenne pour les affaires culturelles, sportives et humanitaires de ce pays.

Mi-juin, le triple vainqueur de Wimbledon a invoqué un prétendu statut diplomatique et l'immunité en découlant auprès de la justice britannique pour échapper à des poursuites pour non-paiement de dettes de plusieurs millions d'euros, après avoir été déclaré en faillite en 2017. Mais mardi le ministère des Affaires étrangères centrafricain a qualifié le document de "faux" et estimé qu'il pouvait provenir d'un lot "de passeports vierges volés en 2014".

"J'ai reçu ce passeport de l'ambassadeur, j'ai parlé au président à de nombreuses reprises (...). Je pense que les documents qu'ils me donnent sont authentiques", a argumenté Boris Becker dans un extrait d'une interview à la BBC qui sera diffusée dans son intégralité dimanche.

>> Lire aussi : La Centrafrique, royaume des "flibustiers des affaires"

Il a assuré qu'il serait "très heureux de se rendre à Bangui", la capitale centrafricaine, pour trouver un moyen de "résoudre ce malentendu".

Boris Becker a tenté récemment de rassembler les trophées et récompenses accumulés pendant sa prestigieuse carrière, afin de les vendre pour éponger ses dettes. Mais il a égaré les plus prestigieux.

L'ex-N.1 mondial a déjà eu des déboires judiciaires pour des dettes impayées avec la justice espagnole, concernant des travaux dans sa villa de Majorque, et avec la justice suisse, pour ne pas avoir payé le pasteur qui l'avait marié en 2009.

En 2002, la justice allemande l'avait condamné à deux ans de prison avec sursis ainsi qu'à 500.000 euros d'amende pour quelque 1,7 million d'euros d'arriérés d'impôts.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG