Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Biden défend son plan de sauvetage: "Il faut frapper fort"

Le président Joe Biden s'entretient avec des journalistes sur la pelouse sud de la Maison Blanche avant de monter à bord du Marine One à Washington, le 16 février 2021.

La page du procès Trump tournée, Joe Biden a pris mardi les Américains à témoin en vantant les mérites de son gigantesque plan de sauvetage de l'économie de 1.900 milliards de dollars.

"Il faut dépenser maintenant, il faut frapper fort", a-t-il martelé depuis la ville de Milwaukee, dans le Wisconsin (nord des Etats-Unis), lors d'un "town hall", un forum où il a répondu à des questions posées par des citoyens, et retransmis en direct sur la chaîne CNN.

Face aux ravages du Covid-19, il faut aller vite, a-t-il insisté, assurant que son plan, qu'il souhaite faire adopter sans attendre un hypothétique consensus au Congrès, permettrait de créer "7 millions d'emplois cette année".

Après une série de décrets à la portée souvent symbolique, visant à marquer la rupture avec Donald Trump, il sait qu'il est très attendu sur ce dossier.

La Maison Blanche souligne inlassablement que les sondages montrent qu'une majorité d'Américains sont derrière le nouveau président sur ce thème. "69% des Américains soutiennent mon plan!", a souligné Joe Biden. "Le pays n'est pas aussi divisé qu'on le dit".

Interrogé sur les progrès en cours sur la vaccination, M. Biden a prédit que "600 millions de doses" seraient disponibles d'ici fin juillet, soit suffisamment "pour vacciner tous les Américains".

A quand le retour à la normale? "D'ici Noël, nous serons dans une situation très différente de celle d'aujourd'hui", a répondu, prudent, le président américain.

Mitch McConnell, chef des républicains au Sénat, estime que l'opposition à ce projet - à ses yeux trop dépensier - peut contribuer à rassembler la famille républicaine déchirée?

"Cela rassemblera peut-être les républicains mais cela fera beaucoup de mal à l'Amérique", a répondu Joe Biden plus tôt dans la journée, au moment de quitter la Maison Blanche pour prendre la direction du Wisconsin.

Dès mardi matin, il avait affiché sa volonté de se concentrer presque exclusivement sur ce dossier.

"Avant de prendre mes fonctions, j'avais annoncé comme objectif 100 millions de vaccinations dans les 100 premiers jours. Avec les progrès que nous accomplissons, je pense que nous allons non seulement l'atteindre mais le dépasser", a-t-il tweeté.

S'il peut se vanter d'avoir mis de l'ordre dans la réponse fédérale, nombre d'experts avaient cependant souligné dès le départ que son objectif initial manquait singulièrement d'ambition et serait atteint bien avant la date annoncée.

Selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), quelque 52 millions de doses de vaccins ont été administrées, et le rythme quotidien est désormais de 1,6 million de doses injectées.

Trump tempête contre "Mitch"

Avec plus de 485.000 décès, les Etats-Unis sont le pays qui affiche le plus lourd bilan au monde. Mais depuis le pic du 8 janvier, les courbes de cas positifs, d'hospitalisations et de décès sont en baisse marquée et continue.

Après avoir un temps affirmé qu'il chercherait à emporter l'adhésion des républicains du Congrès, Joe Biden y a de facto renoncé, mettant en avant la "douleur" des Américains qui attendent "l'aide de leur gouvernement".

Les démocrates, qui contrôlent désormais la Chambre des représentants et le Sénat, avancent à marche forcée, au risque d'écorner l'image d'un Biden capable de transcender les clivages de Washington et de rassembler l'Amérique.

Depuis son club de Mar-a-Lago, en Floride, Donald Trump n'a pas dit un mot sur la pandémie, mais a alimenté les règlements de comptes au sein de son parti.

Après son acquittement par le Sénat, qui le jugeait pour son rôle dans les violences du 6 janvier au Capitole, il s'était contenté d'un simple communiqué, sans rien dévoiler de sa stratégie pour les mois à venir.

Mardi soir, dans un communiqué d'une violence inouïe, le vibrionnant ex-président a éreinté Mitch McConnell qui avait voté pour son acquittement mais, dans la foulée, l'avait déclaré "moralement responsable" de l'assaut du Capitole qui a fait cinq morts.

"Mitch est un politicien renfrogné, maussade, qui ne sourit jamais et si les sénateurs républicains restent avec lui, ils ne gagneront plus", a écrit l'ex-président, visiblement déterminé à peser de tout son poids au sein du "Grand Old Party".

Toutes les actualités

Covid-19: cas confirmés et décès en hausse au Cameroun

Covid-19: cas confirmés et décès en hausse au Cameroun
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Début de la vaccination contre le covid au Nigeria

Début de la vaccination contre le covid au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Le Rwanda lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19

Le Rwanda lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Les "tentes à câlins" pour faire revivre la chaleur humaine comme avant la pandémie

Les "tentes à câlins" pour faire revivre la chaleur humaine comme avant la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Le Kenya lance sa campagne de vaccination

Le personnel médical du dépôt national de vaccins de Nairobi, où le premier lot de vaccins COVID-19 du pays est conservé dans une chambre froide, contrôle les vaccins dans une chambre froide à Nairobi le 4 mars 2021.

Le Kenya a lancé vendredi sa campagne de vaccination contre le coronavirus, avec une première phase ciblant les personnels médicaux, alors que de premiers lots de vaccins sont également déployés dans plusieurs autres pays d'Afrique de l'Est.

Au Kenya, le directeur général du ministère de la Santé, Patrick Amoth, a été le premier à recevoir le vaccin à l'hôpital national Kenyatta dans la capitale Nairobi.

"Je suis très content d'avoir reçu le vaccin et j'exhorte les autres agents de santé à ne pas avoir peur. Le vaccin est sûr", a-t-il déclaré.

Les personnels de l'unité de soins intensifs de l'établissement ainsi que des internes en médecine ont suivi.

Le Rwanda a également pleinement lancé vendredi sa campagne de vaccination, après le déploiement d'un premier millier de doses du vaccin Moderna en février à destination d'agents de santé.

Le Rwanda, premier pays africain à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Kenya a reçu mercredi un peu plus d'un million de doses du vaccin Oxford-AstraZeneca, fabriquées par le Serum Institute of India, dans le cadre de l'initiative Covax, créé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour permettre aux pays les plus démunis d'avoir accès aux vaccins.

"C'est un moment passionnant pour notre nation. Nous combattions la pandémie avec des balles en caoutchouc mais ce que nous avons acquis aujourd'hui équivaut, métaphoriquement parlant, à des bazookas et des mitrailleuses dans la lutte contre la pandémie", avait déclaré le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe, lors de la réception des vaccins mercredi.

La première phase de vaccination, qui durera jusqu'à juin, vise d'abord quelque 400.000 agents de santé, qui seront suivis d'autres fonctionnaires considérés comme prioritaires, tels les policiers et les enseignants.

De juillet à juin 2022, la campagne ciblera les personnes à haut risque de décès ou de maladie, avant une phase finale, prévue jusqu'à juillet 2023, qui ouvrira la vaccination au reste de la population.

Le Sénégal reçoit les premières doses du vaccin Covid-19 du programme Covax
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Kenya a enregistré 107.000 cas et 1.870 décès dus au coronavirus.

Egalement dans le cadre de l'initiative Covax, le Rwanda est devenu mercredi le premier pays africain à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, avec environ 100.000 doses livrées. Le pays a également reçu 240.000 doses du vaccin AstraZeneca.

Le Rwanda, qui compte 12 millions d'habitants, prévoit de vacciner 30% de sa population cette année et 60% d'ici fin 2022.

L'Ouganda attend, lui, attend sa première livraison de vaccins vendredi et commencera à les distribuer le 10 mars.

Les pays d'Afrique de l'Est ont été parmi les premiers du continent à mettre en œuvre des confinements stricts en mars 2020 pour contenir la pandémie. Ces trois pays sont toujours soumis à un couvre-feu nocturne.

Voir plus

XS
SM
MD
LG