Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Au moins 10 civils tués dans une attaque de miliciens en Ituri

Des soldats de la mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) montent à bord d'un véhicule alors qu'ils patrouillent dans la région de Djugu, ravagée par la violence, dans la province de l'Ituri, à l'est de la RDC, le 13 mars 2020.

Au moins dix civils, dont six enfants, ont été tués mardi en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, dans une attaque attribuée aux miliciens du groupe Force patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC), a-t-on appris de source onusienne.

"A Nyara, au moins dix personnes tuées par les FPIC, avec plusieurs magasins pillés", a annoncé à l'AFP une source de la mission des Nations unies en RDC (Monusco), ajoutant que parmi elles figuraient "six enfants".

"Au moins 12 civils ont été tués par arme blanche ce matin (mardi) lors d'une incursion des (miliciens)– #FPIC à Nyara", selon le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais), qui dispose d'une équipe d'experts en Ituri.

"L'attaque a commencé à 4 heures (5 heures GMT). Des miliciens du groupe armé FPIC ont également brûlé des maisons", a déclaré à l'AFP Batagura Zamundu, un chef local, affirmant avoir enregistré "12 morts et 4 blessés", dans l'attaque.

La milice FPIC prétend défendre les intérêts de la communauté Bira.

L'armée a confirmé l'attaque, mais avec un bilan de cinq personnes tuées. "La situation est sous contrôle", a déclaré à l'AFP son porte-parole en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo.

Offensive de l'armée congolaise contre des rebelles en Ituri
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

"Il y a eu intervention des forces armées de la RDC, mais en retard et l'ennemi est encore aux alentours", a déploré Batagura Zamundu.

Les violences en cours ont fait "plus de 2.000 (morts) à Bunia pour la seule année 2020", selon des statistiques publiées par l'épiscopat catholique congolais.

Depuis le début de l'année, plus de 25 villages ont été attaqués et plus de 200 personnes tuées en Ituri et dans la province voisine du Nord-Kivu, selon le Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR).

Entre 1999 et 2003, un conflit communautaire avait fait des dizaines de milliers de morts en Ituri, à la frontière avec l'Ouganda et le Soudan du Sud.

Les membres des communautés Lendu et Hema s'étaient alors entretués par milices interposées jusqu'à l'intervention en 2003 de la Force européenne Artémis, sous commandement français.

Toutes les actualités

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

La justice confirme la décriminalisation de l'homosexualité au Botswana

Des militants brandissent des drapeaux arc-en-ciel devant la Haute Cour du Botswana à Gaborone le 29 novembre 2021.

La justice du Botswana a maintenu lundi en appel sa décision de décriminaliser l'homosexualité, rejetant un recours déposé par le gouvernement conservateur du pays enclavé d'Afrique australe.

"La demande en appel est rejetée", a déclaré la Haute Cour dans son arrêt dont l'AFP a eu copie.

En 2016, le tribunal de Gaborone, capitale du Botswana, avait ordonné que les lois punissant les relations entre personnes de même sexe soit amendées, les qualifiant de "reliques de l'ère (britannique) victorienne" qui "oppressent une minorité".


Ce jugement, salué comme "historique" au niveau international, était très attendu sur l'ensemble du continent africain où l'homosexualité reste illégale dans plus de la moitié des pays subsahariens.

Mais le gouvernement a fait appel de cette décision en octobre, estimant que cette "question politique" devait être tranchée par le Parlement et non par la justice.

Les citoyens botswanais homosexuels ont longtemps vécu dans "la peur constante d'être découverts ou arrêtés", a déclaré le juge Ian Kirby à la lecture de son arrêt. "Cela a parfois conduit à la dépression, au comportement suicidaire, à l'alcoolisme ou à la toxicomanie", a-t-il regretté.

Le Botswana est un des rares pays africains à avoir dépénalisé l'homosexualité. Les autres sont le Lesotho, le Mozambique, l'Angola et les Seychelles. L'Afrique du Sud est le seul pays africain autorisant le mariage gay, légalisé en 2006.

La justice s'était alors prononcée sur requête d'une personne contestant le code pénal qui réprimait depuis 1965 l'homosexualité avec des peines pouvant aller jusqu'à sept ans de prison.

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG