Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Manifestation pour la Journée mondiale des réfugiés à Athènes

Des migrants marchent sur une route près du poste frontière d'Ipsala à Edirne, à la frontière turco-grecque, le 3 mars 2020.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Athènes à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés pour dénoncer la situation des migrants en Grèce dont des milliers sont menacés d'être expulsés de leur logement à cause d'une nouvelle politique mise en application par le gouvernement.

Environ 1.100 protestataires, selon la police grecque, 2.000 selon un photographe de l'AFP, ont défilé dans le centre d'Athènes en brandissant des pancartes exigeant : "Pas de réfugiés sans-abris, persécutés, emprisonnés", et protestant contre l'expulsion de leur logement de réfugiés qui bénéficiaient d'un hébergement provisoire.

La plupart des manifestants étaient des sympathisants d'organisations antiracistes rejoints par quelques réfugiés venus des camps de migrants situés près d'Athènes.

Les autorités grecques comptent déplacer 11.200 personnes pour faire de la place pour d'autres demandeurs d'asile qui vivent actuellement dans des conditions sordides dans des camps dans les îles grecques.

Les réfugiés ayant obtenu l'asile pouvaient bénéficier de logements où ils avaient le droit de rester six mois. Or le gouvernement conservateur du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a réduit cette période à un mois, une mesure qui a suscité l'inquétude du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) car des milliers de réfugiés risquent de devenir des sans-abris.

Le gouvernement grec a affirmé qu'il faisait tout son possible pour "assurer une transition douce à ceux qui quittent leur logement".

Dans un message à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le ministère grec des Migrations et de l'asile a souligné qu'au cours "des dernières années la Grèce s'était retrouvée au centre de la crise des migrations en portant un fardeau disproportionné".

La présence continue de plus de 32.000 demandeurs d'asile sur les îles a fini par susciter des tensions avec les populations locales.

Samedi, la Grèce a annoncé une nouvelle prolongation du confinement en raison du Covid-19 dans les camps de migrants. Le ministère des Migrations et de l'asile a indiqué que les mesures de confinement pour les migrants résident dans les camps d'accueil et d'identification dans l'ensemble du pays seraient prolongées jusqu'au 5 juillet afin "de prévenir la propagation du Covid-19".

La Grèce avait imposé des mesures de confinement strictes dans les camps de migrants le 21 mars ainsi qu'un confinement général le 23 mars.

Toutes les actualités

Coronavirus: les Etats-Unis, pays le plus touché, promettent un vaccin gratuit

Coronavirus: les Etats-Unis, pays le plus touché, promettent un vaccin gratuit
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Israël signe un accord de paix avec les Emirats arabes unis

Le ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie à l'occasion de la remise à l'armée de l'air israélienne du système d'interception David's Sling ("Fronde de David"), le 2 avril 2017.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s’est félicité, jeudi, de la normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats arabes unis. Pour lui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe. 

M. Netanyahu a déclaré, lors d'une allocution télévisée, avoir eu une discussion trilatérale avec le président américain Donald Trump et le cheikh émirati Ben Zayed. Les trois hommes ont convenu d'un accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv".

"Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël. Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région", a affirmé le Premier ministre israélien, se félicitant de ce troisième accord de paix avec un pays arabe, après l'Egypte et la Jordanie.

La normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats faisait partie du plan Trump pour le Proche-Orient; qui prévoyait aussi l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies juives en Cisjordanie occupée, un projet décrié par les Palestiniens et plusieurs pays européens et ceux de la région.

Cette normalisation aura pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion, a dit M. Netanyahu qui affirme n'avoir pas "renoncé" à cette option.

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, la normalisation des relations entre Abou Dhabi et Tel-Aviv "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation" par l'Etat hébreu.

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG