Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Arrestation à Alger de 8 personnes "financées par un grand pays étranger"

Des policiers dans la ville de Laghouat, en Algérie, le 11 janvier 2012.

Huit personnes associées au mouvement de contestation populaire en Algérie ont été arrêtées pour activités subversives financées par une chancellerie "d'un grand pays étranger", a indiqué mardi la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN).

"Les services de sécurité ont arrêté une association criminelle composée de huit personnes âgées de 26 à 60 ans actives sous couvert d'une association culturelle, non agréée, à Bab El Oued", quartier populaire d'Alger, a précisé la DGSN dans un communiqué.

Cette association a acquis du matériel technologique moderne grâce "au financement d'une représentation diplomatique à Alger d'un grand pays étranger", a-t-elle ajouté sans identifier ce pays.

Le financement a permis à l'association "de produire films, documents provocateurs" et "tracts appelant à la violence" durant les manifestations du mouvement antipouvoir, Hirak, d'après le texte. Les responsables de l'association "ont reconnu ce financement sous couvert d'activités culturelles", selon la même source.

L'association n'est pas nommée mais le même jour des militants de SOS Bab El Oued, parmi lesquels son président Nacer Maghnine, ont été présentés au procureur du tribunal de Bab El Oued, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD). M. Maghnine a été placé sous mandat de dépôt.


Les militants avaient été arrêtés lors de manifestations vendredi à Alger, accusé et placé sous mandat de dépôt.


Après ces arrestations, le siège de l'association "SOS Bab El Oued" a été perquisitionné, et "677 banderoles, sept ordinateurs, une caméra numérique ultra-moderne, 3 scanners et 12 imprimantes ont été saisis", a indiqué le CNLD.

Début avril, le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune a mis en garde les manifestants du Hirak contre tout "dérapage" et des "activités non innocentes" qui "tentent d'entraver le processus démocratique".

A l'approche d'élections législatives anticipées en juin, le pouvoir semble à nouveau serrer la vis à l'encontre des militants antipouvoir qui appellent à boycotter les urnes.

Le CNLD a fait état d'une dizaine d'arrestations mardi avant la marche hebdomadaire des étudiants devant l'université de Tizi Ouzou, en Kabylie (nord-est), dont le jeune militant Walid Nekkiche, qui a néanmoins été relâché en fin d'après-midi.

La Kabylie commémore cette semaine le 20e anniversaire du "Printemps noir", des émeutes nées de la mort d'un lycéen dans une gendarmerie, réprimées dans le sang par le régime.

A Alger, quelque 200 manifestants ont défilé pour notamment réclamer la libération des détenus d'opinion.

"Macron ennemi du peuple algérien", pouvait-on lire sur une pancarte en allusion au président français Emmanuel Macron. La France est régulièrement accusée par les protestataires de soutenir M. Tebboune, conspué dans les cortèges.

Né en février 2019 du rejet massif d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le Hirak réclame un changement radical du "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962.

Il est aujourd'hui accusé par le pouvoir d'être infiltré par des activistes islamistes, héritiers du Front islamique de salut (dissous en mars 1992), qui chercheraient à entraîner le Hirak dans la confrontation violente.

Toutes les actualités

Les meurtres encore en hausse en Afrique du Sud

Un homme est arrêté par des membres de la police métropolitaine d'Ekurhuleni dans le canton de Johannesburg Katlehong, le 5 septembre 2019.

Le nombre de meurtres a une nouvelle fois augmenté au cours des trois premiers mois de l'année en Afrique du Sud qui, malgré une baisse sensible de la criminalité, reste un des pays les plus violents au monde, a annoncé vendredi la police sud-africaine.

Un total de 4.976 personnes ont été tuées pendant cette période au cours de laquelle le pays a progressivement assoupli les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, soit 8,4% de plus que l'année précédente, a déclaré le ministre de la Police Bheki Cele devant la presse.

Près de la moitié de ces meurtres (2.378) sont survenus dans des lieux publics: rues, champs, parcs, plages et bâtiments abandonnés.

Le trimestre précédent, fin 2020, les homicides avaient déjà augmenté de 6,6%, avait déjà affirmé le ministre.

La criminalité a toutefois globalement baissé de 8,5% pendant cette période, avec notamment une diminution de 4% des viols, alors qu'en moyenne 110 cas sont déclarés chaque jour à la police.

Entre janvier et mars, 9.518 personnes ont déclaré avoir subi un viol, soit 387 de moins que l'année dernière. Plus de la moitié ont eu lieu au domicile de la victime ou du violeur présumé, a précisé M. Cele.

Les cambriolages de domiciles ont connu une baisse significative (-20,5%), tout comme les vols de véhicules (-17,2%).

Les agressions ont également baissé de 9%, mais plus de 75.000 cas de coups et blessures volontaires ont été rapportés à la police.

Dans plus de 2.800 cas, "il a été confirmé que la victime, l'auteur ou les deux avaient consommé de l'alcool", a souligné le ministre de la Police.

L'Afrique du Sud avait connu un répit des violences lors du confinement le plus strict entre mars et mai 2020, lié à la pandémie, qui incluait l'interdiction de vente et de consommation d'alcool dans les lieux publics.

Un fidèle et un policier tués dans des affrontements entre musulmans à Kinshasa

Un fidèle et un policier tués dans des affrontements entre musulmans à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

La panique des automobilistes américains à la recherche d'essence s'étend

La panique des automobilistes américains à la recherche d'essence s'étend
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

La police camerounaise accuse un détenu d'avoir usurpé l'identité de présidents africains

La police camerounaise accuse un détenu d'avoir usurpé l'identité de présidents africains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:22 0:00

Des victimes de violences sexuelles en RDC témoignent

Des victimes de violences sexuelles en RDC témoignent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG