Liens d'accessibilité

Zambie : les députés de l'opposition boycottent le discours du président réélu


Le président Edgar Lungu de la Zambie, salue la foule lors de son investiture à Lusaka, en Zambie, 13 septembre 2016.

Le président Edgar Lungu de la Zambie, salue la foule lors de son investiture à Lusaka, en Zambie, 13 septembre 2016.

Le principal parti d'opposition zambien a boycotté vendredi le premier discours devant le Parlement du président Edgar Lungu depuis sa réélection en août, un scrutin qui avait été entaché de fraude selon ses opposants.

Aucun des 58 membres du Parti uni pour le développement national (UPND, opposition) n'était présent vendredi à l'ouverture de la session parlementaire.

Le secrétaire général de l'UPND, Stephen Katuka, n'a pas souhaité commenter ce boycottage.

L'UPND avait saisi la justice contre la réélection de M. Lungu, estimant que le scrutin avait été truqué, mais ses recours ont été rejetés.

Le 11 août, M. Lungu a obtenu 50,3% des suffrages et devancé d'à peine 100.000 voix le chef de l'UPND, Hakainde Hichilema, crédité de 47,6%.

Dans son discours vendredi devant les parlementaires, le président Lungu s'est engagé à diversifier l'économie de la Zambie, extrêmement dépendante de l'industrie minière et notamment du cuivre dont les cours ont chuté ces dernières années.

"Notre priorité est de stimuler la production agricole", a déclaré M. Lungu, alors que la croissance de la Zambie est retombée à 3,2% en 2015 après avoir dépassé les 10% dans les années 2000.

Le président a aussi saisi cette occasion pour dénoncer les violences post-électorales: "La Zambie a connu pendant longtemps des élections paisibles. C'est décourageant de constater qu'il y a eu des violences post-électorales" cette fois-ci.

Quelque 150 personnes, qui dénonçaient la réélection de M. Lungu, avaient été arrêtées dans le sud du pays peu après la présidentielle.

Le chef de l'Etat s'est aussi engagé vendredi à lutter contre la corruption. "Nous ne céderons pas dans la lutte contre la corruption. Personne ne sera épargné (...). Personne ne devrait tolérer la corruption".

La Zambie pointe au 76e rang des pays corrompus, sur un total de 168 selon l'enquête de l'organisation Transparency International.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG