Liens d'accessibilité

Edgar Lungu sera investi lundi, a tranché la justice zambienne en réponse aux recours de l’opposition


Le président sortant zambien réélu, Edgar Lungu, 30 janvier 2015

Le président sortant zambien réélu, Edgar Lungu, 30 janvier 2015

La Haute cour de Zambie a décidé vendredi que le président élu Edgar Lungu devait être investi dans ses fonctions mardi prochain en dépit des recours de l'opposition qui a cherché à bloquer cette investiture.

"La cérémonie d'investiture du président Edgar Lungu aura lieu comme prévu (...), la cour a tranché en notre faveur", a annoncé l'un des avocats de M. Lungu, Tutwa Ngulube, à l'issue d'une audience de la Haute cour.

Le candidat malheureux de l'opposition à la présidentielle d'août en Zambie, Hakainde Hichilema, avait appelé auparavant vendredi les électeurs à se battre pour "rétablir leurs droits démocratiques" et accusé son adversaire réélu d'avoir volé sa victoire.

"Je veux vous dire à vous tous les Zambiens que (vous devez) engager le combat pour rétablir vos droits démocratiques", a lancé M. Hichilema. "Désormais nous ne sommes plus seulement des hommes politiques mais des combattants de la liberté et nous devons demander à ce que nos droits soient respectés".

Le 11 août, le président sortant Edgar Lungu a remporté de justesse le scrutin avec 50,3% des suffrages et 100.000 voix d'avance, évitant un second tour requis en l'absence de majorité absolue au premier tour.

M. Hichilema, un riche homme d'affaires qui briguait pour la cinquième fois la magistrature suprême, a lui recueilli 47,6% des voix mais a dénoncé des fraudes.

La Cour constitutionnelle a rejeté lundi son recours.

Le chef du Parti uni pour le développement national (UPND) a toutefois renouvelé vendredi ses accusations, affirmant que M. Lungu avait corrompu les magistrats de la Cour.

"Dès que les avocats de Lungu ont vu notre dossier, ils se sont rendu compte qu'ils n'avaient aucune chance et ont donc acheté les juges", a-t-il déclaré, qualifiant le président réélu de "dictateur".

La réélection pour cinq ans de M. Lungu, qui doit être investi mardi, intervient alors que l'économie de ce pays d'Afrique australe a fortement ralenti ces dernières années, victime de la chute des cours du cuivre, sa principale ressource.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG