Liens d'accessibilité

Arrestation de l'un des principaux pourvoyeurs en logistique et armement des groupes djihadistes au sud du Mali


Yacouba Touré, un des principaux  pourvoyeurs en logistique et armement des groupes djihadistes. Photo prise le 8 mai 2016 (VOA/ Kassim Traoré)

Yacouba Touré, un des principaux  pourvoyeurs en logistique et armement des groupes djihadistes. Photo prise le 8 mai 2016 (VOA/ Kassim Traoré)

Les forces spéciales de la Sécurité d’Etat ont mis la main sur Yacouba Touré, un des principaux  pourvoyeurs en logistique et armement des groupes djihadistes au sud du Mali.

Son arrestation a été possible grâce aux informations données par Souleymane Keïta, le patron de la Katibats d’Ansar Dine du Sud.

Un reportage de notre correspondant à Bamako, Kassim Traoré pour VOA Afrique.

Reconverti en négociant de bétails depuis les attaques de Fakola et Misseni en 2015, Yacouba Touré faisait la navette entre le Mali et la Côte d’Ivoire tranquillement avec ses animaux.

Mais sa tentative de se soustraire à la vigilance des services de renseignements n’est pas allée loin. Il a été arrêté à Bamako-Sénou ce week end, où il devait prendre la route de la côte d'Ivoire avec ses bœufs.

Pourvoyeur en logistique et en armement

Agé d’une quarantaine d’années et originaire de Koniyo dans le cercle de Djenné, Yacouba Touré rejoint les groupes islamistes dans la région de Kidal, en 2010, où il reçoit les formations militaires adéquates en maniement d’armes.

Il devient alors un membre de la police islamique et fait la connaissance de Souleymane Keïta, émir d’ancardine du Sud et Boubacar Sawadogo, chef de la branche burkinabé d’ancardine.

Yacouba Touré est l’un des initiateurs de la création des Katibats, terroristes du sud du Mali, et y assure le rôle de principal pourvoyeur en logistique et en armement.

C’est d’ailleurs lui qui fournit les armes et les grenades à la Katibat de Boubacar Sawadogo, essentiellement constituée de djihadistes de nationalité burkinabé.

Sa livraison d’une vingtaine d’armes de guerre, une trentaine de grenades ainsi qu’une importante quantité de munitions pour un coût total de 5 millions de francs CFA aurait permis aux membres de la branche burkinabé d’ancardine de perpétrer l’attaque du poste de gendarmerie de Somorogouan, (Bobo Dioulasso) ayant causé la mort de trois gendarmes burkinabé, ce jour funeste du 9 octobre 2015.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG