Liens d'accessibilité

Unitaid lance un vaste appel d'offre pour le traitement préventif de la tuberculose


Un médecin examine un patient souffrant de la tuberculose dans un hôpital du gouvernement à Allahabad, en Inde, 24 mars 2014.

Un médecin examine un patient souffrant de la tuberculose dans un hôpital du gouvernement à Allahabad, en Inde, 24 mars 2014.

L'organisation internationale qui collecte des financements contre les maladies, a lancé un appel d'offre de 40 à 80 millions de dollars pour la création d'un nouveau traitement préventif plus court de la tuberculose.

Les institutions et laboratoires pharmaceutiques disposent de "trois mois" pour transmettre leurs idées, a déclaré en conférence de presse le directeur d'Unitaid, Lelio Marmora, précisant que l'organisation est prête à investir entre 40 à 80 millions de dollars.

"Si on ne répond pas à ces appels d'offre on peut avoir des énormes problèmes de santé publique. On dit toujours sécurité sanitaire - on pense toujours à Ebola, à Zika, au H1N1, la sécurité sanitaire ce sont des maladies aussi comme ça que l'on croyait à jamais vaincues et qui font 4.000 morts par jour", a affirmé le président d'Unitaid Philippe Douste-Blazy, ex-ministre français de la Santé qui brigue le poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé.

D'après les estimations de l'OMS, un tiers de la population mondiale est porteur de la tuberculose latente, une phase asymptomatique et non infectieuse de la maladie. Environ 15% d'entre eux sont susceptibles de développer une tuberculose active au cours de leur vie.

Les enfants de moins de 5 ans et les personnes vivant avec le VIH ont un risque accru de développer une tuberculose active, et sont plus susceptibles de mourir de cette maladie.

Actuellement, le traitement - donné aux personnes susceptibles de développer la tuberculose active - implique une prise quotidienne de pilules pendant 6 à 36 mois.

La longue durée du traitement et les effets secondaires font que bien souvent il n'est pas correctement suivi par les personnes et Unitaid espère aider à lancer de nouveaux traitements plus courts.

"L'annonce faite par Unitaid aujourd'hui est un grand pas en avant pour mettre fin à la tuberculose d'ici 2030", a estimé le directeur du Programme global tuberculose à l'OMS, Mario Raviglione, rappelant que mettre un terme à l'épidémie de tuberculose d'ici à 2030 figure parmi les cibles pour la santé indiquées dans les objectifs de développement durable adoptés en 2015 par les Nations Unies.

La tuberculose cause encore plus de 1,5 million de décès par an. Dans les pays développés, environ 10% de la population est porteur de la tuberculose latente, contre 40 à 60% dans les pays africains.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG