Liens d'accessibilité

RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias audiovisuels étrangers en RDC


Lambert Mende, porte-parole du gouvernement et ministre de la communication et des medias en RDC, 4 avril 2012.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement et ministre de la communication et des medias en RDC, 4 avril 2012.

Reporters sans frontières a jugé "liberticide" le nouvel arrêté pris par les autorités de Kinshasa sur les radios-télévisions étrangères en République démocratique du Congo.

Cet arrêté signé la semaine dernière vise "à museler les médias internationaux" et "à réduire le pluralisme de l'information", écrit dans un communiqué RSF, une organisation internationale de défense des journalistes.

"Nous demandons au ministre de la Communication de retirer immédiatement" cet arrêté, ajoute le texte.

Ce texte dispose que "les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère peuvent être autorisées à opérer de manière continue dans le secteur de la radiodiffusion sonore et de la télévision" en RDC "moyennant une participation majoritaire des Congolais dans le capital de ladite société".

L'arrêté donne un "délai de 30 jours" aux radios et télévisions étrangères "pour se mettre en règle", soit jusqu'au 12 décembre, huit jours avant la fin du mandat du président congolais Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de se représenter.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC),"après avoir examiné l'arrêté ministériel", prend "acte de cette décision", indique un communiqué publié vendredi sur le compte twitter de cet organe de régulation des médias en RDC.

La décision prise pendant qu'une mission du Conseil de sécurité était en visite officielle en RDC concerne au premier chef plusieurs radios comme Radio France International (RFI), la Voix de l'Amérique, la chaîne britannique BBC ou la chaîne francophone belge (RTBF).

Un membre de cette délégation avait alors déploré la coupure du signal de RFI à Kinshasa, qui dure depuis le 5 novembre, et le brouillage de celui de Radio Okapi, du 5 au 8 novembre.

"Depuis le 17 novembre, le signal de la Radio télévision belge (RTBF) est brouillé à Kinshasa, ainsi que le signal de RFI émettant depuis Brazzaville qui était jusqu'alors perceptible dans la capitale de la RDC", déplore RSF.

La RDC traverse une crise politique depuis la réélection contestée du Kabila en 2011, exacerbée par la non-tenue de la présidentielle qui devait avoir lieu cette année.

En octobre, le camp présidentiel et une frange minoritaire de l'opposition ont convenu du renvoi de ce scrutin à une date indéterminée, en échange d'un nouveau gouvernement dirigé par une personnalité de l'opposition.

Le président a nommé jeudi Samy Badibanga, un transfuge du parti historique de l'opposition, au poste du Premier ministre, avec pour mission principale l'organisation de la présidentielle.

La RDC est classée 152e sur 180 pays dans le classement 2016 sur la liberté de l'information établi par RSF.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG