Liens d'accessibilité

Nouvelles exécutions sommaires à Benghazi en Libye


Des voitures incendiées près des bâtiments endommagés lors d'affrontements entre les forces militaires fidèles au gouvernement de l'Est de la Libye et le Conseil Shura des révolutionnaires libyens, à Benghazi, Libye, 24 avril 2016.

Des voitures incendiées près des bâtiments endommagés lors d'affrontements entre les forces militaires fidèles au gouvernement de l'Est de la Libye et le Conseil Shura des révolutionnaires libyens, à Benghazi, Libye, 24 avril 2016.

L’hôpital de Benghazi, deuxième ville de Libye, qui a reçu les 14 corps parle de personnes non identifiées exécutées d'une balle dans la tête et l'ONU dénonce, pour sa part, des "crimes de guerre".

Ces corps ont été trouvés jeudi et transportés au centre médical de Benghazi par des membres du Croissant-Rouge, a indiqué à l'AFP un médecin de cet établissement.

"Ils portent des impacts de balle à la tête, ce qui pourrait signifier que ces personnes ont été exécutées", a expliqué le médecin sous le couvert de l'anonymat.

L'émissaire de l'ONU pour la Libye Martin Kobler a qualifié sur Twitter cette macabre découverte de "crimes de guerre", se disant "absolument choqué et consterné par l'exécution sommaire d'un certain nombre de gens à Benghazi".

La grande ville de l'est libyen est le théâtre de combats violents depuis plus de deux ans entre des forces loyales aux autorités basées dans l'est du pays et des groupes islamistes, dont le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

L'EI s'est implanté en Libye fin 2014, à la faveur du chaos qui règne dans ce pays livré aux milices armées et miné par des luttes de pouvoir depuis la chute et la mort de Mouammar Kadhafi il y a près de cinq ans.

Les forces loyales aux autorités de l'est ont gagné du terrain ces derniers mois à Benghazi mais n'ont pas encore repris toute la ville.

Selon le médecin interrogé par l'AFP, les 14 corps ont été retrouvés dans un secteur contrôlé par ces forces.

Des responsables de sécurité à Benghazi ont refusé de confirmer à l'AFP cette découverte.

Dans son fief libyen de Syrte, à mi-chemin entre Tripoli et Benghazi, l'EI fait actuellement face à une offensive d'autres forces libyennes, loyales elles au gouvernement d'union nationale soutenu par l'ONU.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG