Liens d'accessibilité

Près de 10.000 euros à la famille de chaque mort de la bousculade en Mauritanie


Un homme repart avec un sac de riz dans un centre de distribution alimentaire géré par l'ONG espagnole Accion contra el Hambre (Action contre la Faim) en Tarenguel, région du Gorgol, en Mauritanie, 30 mai 2012. REUTERS / Susana Vera (MAURITANIE - Tags: SOCIETYENVIRONNEMENT DE CATASTROPHE) - RTR32UQ2

Un homme repart avec un sac de riz dans un centre de distribution alimentaire géré par l'ONG espagnole Accion contra el Hambre (Action contre la Faim) en Tarenguel, région du Gorgol, en Mauritanie, 30 mai 2012. REUTERS / Susana Vera (MAURITANIE - Tags: SOCIETYENVIRONNEMENT DE CATASTROPHE) - RTR32UQ2

Un homme d'affaires mauritanien a décidé de payer près de 10.000 euros à chacune des familles de huit personnes décédées mercredi dans la bousculade survenue lors d'une distribution de la "zakat", l'aumône légale aux pauvres, une pratique connue sous ce nom en islam, annonce l'entourage du donateur.

La bousculade est survenue dans le quartier de Tevragh Zeina, au centre de Nouakchott, où de nombreux pauvres se pressaient pour recevoir la "zakat" - l'aumône légale en islam - distribuée par Zein El-Abidine Ould Cheikh Ahmed, actif dans le commerce et la promotion immobilière.

Huit personnes ont été tuées et une vingtaine blessées dans le mouvement de foule, selon une source hospitalière et la télévision nationale.

"Zein El-Abidine a rendu visite aux familles des personnes décédées et à remis à chacune de ces familles 4 millions d'ougiyas (près de 10.000 euros)", a affirmé un membre de la famille de l'homme d'affaires, sous couvert d'anonymat.

Selon ses proches, il a aussi décidé de prendre en charge les soins des blessés de la bousculade, "en plus de leurs parts de la zakat qui leur sont remises directement". Aucun détail supplémentaire n'a été fourni.

Jointe par téléphone, la fille d'une des femmes décédées dans la bousculade a confirmé à l'AFP la visite de l'homme d'affaires ainsi que la somme annoncée.

"Effectivement, nous avons reçu sa visite" mardi soir, "il nous a remis cet argent et nous a exprimé ses condoléances", a dit cette jeune femme, Khoueidija, résidant à Dar Naim, dans le nord-est de Nouakchott.

En Mauritanie, des riches redistribuent directement la zakat, mais dans nombre de pays musulmans, ces fonds sont collectés par des institutions étatiques pour de petits projets en faveur des plus démunis.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG