Liens d'accessibilité

A contre-courant, le Sénégal et la Mauritanie misent sur les hydrocarbures


Le champ de pétrole d'El Nar, au Soudan du Sud, bombardé par les Soudanais le 3 mars 2012. De leurs côtés, le Sénégal et la Mauritanie poursuivent leurs importants projets d'hydrocarbures.

Le champ de pétrole d'El Nar, au Soudan du Sud, bombardé par les Soudanais le 3 mars 2012. De leurs côtés, le Sénégal et la Mauritanie poursuivent leurs importants projets d'hydrocarbures.

Au moment où les pays pétroliers subissent la chute des cours et où les producteurs de gaz naturel appréhendent l'impact des exportations américaines, le Sénégal et la Mauritanie poursuivent leurs importants projets d'hydrocarbures.

Selon des spécialistes de l'énergie, leurs gisements sous-marins permettront à ces deux pays d'Afrique de l'Ouest de devenir exportateurs à l'horizon 2020, en pariant sur la demande à long terme, un redressement du marché et leur proximité avec l'Europe.

"La demande de pétrole et de gaz continuera à augmenter, à mesure que de plus en plus de gens dans le monde quitteront les zones rurales pour les villes et voudront les commodités de la vie moderne", affirme à l'AFP Thomas Golembeski, porte-parole de la compagnie américaine Kosmos Energy.

Kosmos Energy, basée à Dallas (Texas, sud des Etats-Unis), estime à quelque 560 milliards de m3 les réserves de gaz d'un gisement à cheval sur la Mauritanie et le Sénégal, après avoir foré seulement quatre puits, un signe encourageant dans cette activité, souligne M. Golembeski, ajoutant que la prospection de pétrole suivra.

La société britannique Cairn Energy, qui mène des explorations pétrolières aux "résultats positifs" au large du sud-ouest du Sénégal, a récemment annoncé de son côté le prochain démarrage d'un quatrième puits.

Beaucoup reste encore à faire pour commercialiser ces ressources: Cairn et Kosmos sont en négociations avec des entreprises de production pour les extraire et les distribuer. Or attirer des investissements pour ces projets se chiffrant en milliards de dollars "est la partie la plus difficile", prévient David Thomson, analyste au cabinet Wood Mackenzie.

"Ce sont des projets massifs, à haute intensité en capital", explique-t-il. Selon lui, il faudra du temps aux sociétés impliquées pour obtenir les fonds nécessaires dans la conjoncture économique actuelle, mais elles devraient y parvenir.

A l'autre bout du continent, le Kenya et la Tanzanie attendent une période plus favorable pour exploiter des ressources similaires, souligne Nadine Koné, coordinatrice régionale pour les industries extractives de l'ONG Oxfam, qui invite le Sénégal et la Mauritanie à les imiter.

"Je ne discerne pas de vision claire pour l'utilisation de ces ressources", a-t-elle dit à l'AFP.

Demande de transparence

En outre, le rendement s'avère parfois décevant, comme le montre l'exemple du champ pétrolier mauritanien de Chinguetti, au large de Nouakchott, dont la production depuis sa mise en service en 2006 ne représente qu'une fraction des prévisions.

Pour les Etats concernés, détenteurs de 10% des parts dans chacun des projets, les recettes espérées seraient plus que bienvenues pour sortir de la pauvreté et du sous-développement chroniques.

"L'Etat a pris toutes les dispositions pour que ces ressources soient exploitées dans la plus grande transparence et dans l'intérêt bien compris des générations actuelles et futures", a ainsi assuré le président sénégalais Macky Sall lors de la fête de l'Indépendance le 4 avril, saluant "de nouvelles et heureuses perspectives" grâce aux découvertes récentes.

Plus avancée dans la production de ce type de ressources, la Mauritanie paraît mieux armée: elle a créé en 2006 un Fonds national des revenus des hydrocarbures (FNRH), après avoir adhéré en 2005 à l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), rappelle l'économiste mauritanien Isselmou Ould Mohamed.

"Cela réduit considérablement les possibilités de corruption à grande échelle", a déclaré M. Ould Mohamed à l'AFP à Nouakchott. La Mauritanie "est obligée de rendre publics tous les paiements reçus de ces entreprises", elles-mêmes "tenues de déclarer tous les versements effectués au profit de l'Etat", et les comptes font l'objet d'audits publics par des cabinets internationaux.

Mais le risque de mauvaise gestion est important, compte tenu du délai de cinq à dix ans seulement entre la prospection et la commercialisation, au Sénégal faute de cadre légal adéquat, et en Mauritanie par manque d'influence de la société civile face à l'Etat, selon Nadine Koné.

La responsable d'Oxfam leur conseille de s'inspirer du Ghana, qui s'est doté d'un fonds pour les hydrocarbures dont les recettes sont affectées prioritairement à des domaines comme l'agriculture et l'éducation.

Selon elle, "le cas du Ghana est instructif, parce qu'ils ont appris de plusieurs années d'extraction de l'or et des exemples négatifs du Nigeria et d'autres pays producteurs de pétrole".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG